Connaissez-vous les 4 types de mémoire que nous avons et comment l’améliorer?

Les souvenirs se présentent sous de nombreuses formes différentes. Il y a beaucoup de choses que les chercheurs ne comprennent pas à propos de la mémoire humaine et de son fonctionnement.
Les scientifiques débattent des classifications de la mémoire. Il existe de nombreuses théories sur les types de mémoire dans le cerveau humain. La plupart des scientifiques pensent qu’il existe au moins quatre types généraux de mémoire :

la mémoire de travail
la mémoire sensorielle
mémoire à court terme
mémoire à long terme

Certains chercheurs suggèrent qu’il ne s’agit pas de types de mémoire distincts, mais plutôt d’étapes de la mémoire. Selon eux, la mémoire commence par la mémoire sensorielle, passe à la mémoire à court terme, puis peut passer à la mémoire à long terme. Un souvenir qu’une personne n’utilise que brièvement, comme un mot qu’elle utilise en début de phrase, fait partie de la mémoire de travail et peut ne jamais passer à une autre partie de la mémoire.

Les 4 types de mémoire

1 Mémoire sensorielle

La mémoire sensorielle conserve les informations sensorielles pendant de très brèves périodes de temps, généralement 1 seconde ou moins. Le traitement des souvenirs et autres informations commence dans ce type de mémoire.

Si une personne prête attention à l’entrée sensorielle, l’information peut alors passer dans la mémoire à court terme puis à long terme.

Voici quelques exemples de mémoire sensorielle :

l’enregistrement des sons qu’une personne rencontre lors d’une promenade
reconnaître brièvement quelque chose dans le champ de vision
La mémoire sensorielle aide une personne à reconstituer un sens du monde à partir d’images, de sons et d’autres expériences sensorielles récentes.

Lorsqu’une expérience sensorielle spécifique devient pertinente, comme l’odeur de quelque chose dans la cuisine, elle peut passer à d’autres types de mémoire. Sinon, les souvenirs sensoriels sont à très court terme, et une personne les oublie rapidement. Par exemple, une personne ne se souviendra pas de tous les sons spécifiques qu’elle a entendus au cours des 30 dernières secondes, 30 minutes ou 30 jours, à moins qu’il n’y ait une raison de s’en souvenir.

2 Mémoire à court terme

La mémoire à court terme permet à une personne de se souvenir d’une chaîne limitée d’informations pendant une courte période. Ces souvenirs disparaissent rapidement, après environ 30 secondes. La mémoire à court terme n’est pas seulement une mémoire qui ne dure pas longtemps. Il s’agit plutôt d’un type de stockage de courte durée qui ne peut contenir que quelques éléments d’information.

Voici quelques exemples de mémoire à court terme :

la mémorisation d’une chaîne de 5 à 7 mots et sa répétition
se souvenir d’un numéro de téléphone tout en prenant un stylo pour le noter

3 Mémoire de travail

La mémoire de travail est similaire à la mémoire à court terme. Cependant, contrairement à cette dernière, la mémoire de travail est l’espace où une personne manipule des informations.
Cela l’aide à se souvenir des détails de sa tâche en cours. Voici quelques comportements qui utilisent la mémoire de travail :

-la résolution d’un problème mathématique complexe où une personne doit se souvenir de plusieurs nombres
-la cuisson de quelque chose, qui nécessite de rappeler les ingrédients qu’on a déjà ajoutés
participer à un débat, au cours duquel une personne doit se rappeler les principaux arguments et les preuves utilisées par chaque partie

Alors que les spécialistes séparent généralement la mémoire de travail et la mémoire à court terme en deux catégories différentes, la recherche constate souvent un chevauchement important entre les deux.

4 Mémoire à long terme

La mémoire à long terme stocke un large éventail de souvenirs et d’expériences. La plupart des souvenirs dont les gens se souviennent, en particulier ceux de plus de 30 secondes environ, font partie de la mémoire à long terme. De nombreux chercheurs divisent la mémoire à long terme en deux sous-catégories : les souvenirs implicites et les souvenirs explicites.

– Mémoire à long terme explicite

Les souvenirs explicites sont des souvenirs conscients d’événements, de faits autobiographiques ou de choses qu’une personne apprend.

Voici quelques types de mémoire explicite à long terme.

Mémoire épisodique

Ce sont des souvenirs d’événements ou des faits autobiographiques. Parmi les exemples de mémoire épisodique, on peut citer le souvenir d’une élection, d’événements de l’enfance et de faits personnels, par exemple si quelqu’un est marié.

Mémoire sémantique

Les mémoires sémantiques sont des connaissances générales sur le monde. Une personne peut se souvenir d’un fait ou d’un événement qu’elle n’a pas vécu parce qu’elle l’a appris ou étudié.
Par exemple, savoir à quoi ressemble le cœur humain est un exemple de mémoire sémantique. Cependant, il s’agirait d’une mémoire épisodique si la personne se souvenait d’avoir disséqué un cœur de porc à l’école.

– Mémoire implicite à long terme

Les souvenirs implicites sont des souvenirs qui influencent le comportement d’une personne. Cependant, les gens n’y pensent pas consciemment.

Mémoire procédurale

La mémoire procédurale aide une personne à effectuer des tâches familières, comme marcher ou conduire.

Au début, elle peut avoir à apprendre à faire ces choses et à se souvenir de compétences spécifiques, mais finalement, ces tâches deviennent une partie automatique de la mémoire procédurale.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Amorçage

L’amorçage se produit lorsque les expériences influencent le comportement d’une personne. Par exemple, un fumeur peut avoir envie d’une cigarette après un repas, ou un expérimentateur peut entraîner une personne à appuyer sur un bouton en réponse à une photo. Le conditionnement classique et opératoire consiste à conditionner des personnes ou des animaux de premier ordre à adopter des comportements spécifiques en réponse à certaines expériences.

La mémoire a-t-elle une capacité illimitée ?

La mémoire de travail, la mémoire sensorielle et la mémoire à court terme ont des capacités moindres. Cela s’explique par le fait que ces types de mémoire ne durent qu’une courte période.
Avec la mémoire à court terme, il y a généralement une limite spécifique à la quantité d’informations qu’une personne peut retenir, généralement environ sept éléments.

Certaines personnes pourraient augmenter leur capacité de mémoire à court terme avec de la pratique. Le cerveau n’est pas un ordinateur, et les souvenirs ne prennent pas de place dans l’espace physique. En théorie, il n’y a pas de limite spécifique à la capacité de la mémoire à long terme. Cependant, la qualité des souvenirs et de leurs détails peut varier et changer avec le temps car:

Les souvenirs peuvent être peu fiables

Le cerveau n’enregistre pas parfaitement les souvenirs, de sorte que les souvenirs peuvent changer ou disparaître avec le temps.

De nombreuses études suggèrent que les souvenirs ne sont pas fiables, même lorsqu’une personne se souvient très clairement de quelque chose.Dans une étude réalisée en 2015, des chercheurs ont réussi en quelques heures seulement à convaincre des innocents qu’ils avaient commis des crimes graves, comme une agression à l’aide d’une arme, pendant leur adolescence.

Une personne peut-elle avoir une mémoire photographique ?

Certaines personnes ont une mémoire exceptionnellement bonne. Les personnes atteintes d’hyperthymie, une maladie extraordinairement rare, peuvent se souvenir de tous leurs souvenirs autobiographiques ou de la plupart d’entre eux. D’autres peuvent exercer leur mémoire pour mieux mémoriser des informations ou se souvenir de chaînes de mots ou de chiffres.
Il n’existe aucune preuve scientifique que quelqu’un possède une mémoire dite photographique. Le cerveau n’est pas un appareil photo et ne peut pas parfaitement enregistrer des informations.

Améliorer sa mémoire

Voici quelques stratégies pour améliorer la mémoire :

-Développer des dispositifs mnémoniques pour mémoriser de nouvelles informations. Par exemple, la mémorisation de tous les noms d’une pièce peut impliquer la création d’une rime ou d’une association pour chaque nom.
-Faire des énigmes et des puzzles.
-Développer de solides associations de mémoire pour aider à se souvenir des choses. Parler des souvenirs récents ou tenir un journal peut aider à cultiver ces associations.
-Faire des exercices cardiovasculaires pour promouvoir la santé du cerveau. L’activité physique améliore en effet tous les marqueurs d’une bonne activité cérébrale. Mémoire comprise.

Sources

Aben, B., et al. (2012). About the distinction between working and short-term memory.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3425965/

Ally, B. A., et al. (2013). A case of hyperthymesia: Rethinking the role of the amygdala in autobiographical memory.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3432421/

Bridge, D. J., & Voss. J. L. (2014). Hippocampal binding of novel information with dominant memory traces can support both memory stability and change.
https://www.jneurosci.org/content/34/6/2203

Camina, E., & Güell, F. (2017). The neuroanatomical, neurophysiological and psychological basis of memory: Current models and their origins.
https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fphar.2017.00438/full

Cascella, M., & Khalili, Y. A. (2020). Short term memory impairment.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK545136/

Cowan, N. (2008). What are the differences between long-term, short-term, and working memory?
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2657600/

Keane, M. M., et al. (2015). Attention and implicit memory: Priming-induced benefits and costs to distinct attentional requirements.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4329254/

Lacy, J. W., & Stark, C. E. L. (2013). The neuroscience of memory: Implications for the courtroom.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4183265/

Sensory memory. (n.d.).
https://dictionary.apa.org/sensory-memory

Shaw, J., & Porter, S. (2015). Constructing rich false memories of committing crime [Abstract].
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0956797614562862

Strategies to improve memory. (2011).
https://www.lanecc.edu/sites/default/files/disability/memoryimprovementstrategies.pdf

Types of memory. (n.d.).
https://learn.genetics.utah.edu/content/memory/types/