Comment prévenir le risque de cancer de la vessie ?

Cet article traite de la prévention du cancer de la vessie, des facteurs de risque, et plus encore.

Il est possible de réduire le risque de développer un cancer de la vessie. Certains comportements, comme éviter de fumer et avoir une alimentation équilibrée, peuvent réduire le risque de développer cette maladie.
Certains facteurs de risque, tels que l’âge de la personne et les antécédents familiaux de cancer de la vessie, sont inévitables. Cependant, on peut contribuer à la prévention du cancer de la vessie en modifiant son mode de vie. Cet article traite de la prévention du cancer de la vessie, des facteurs de risque, et plus encore.

Prévention du cancer de la vessie

Le cancer de la vessie survient lorsque les cellules de la vessie se développent anormalement. Ce développement anormal résulte de certaines modifications de l’ADN des cellules de la vessie. Les scientifiques appellent ces changements « mutations génétiques ». Certaines personnes naissent avec des mutations génétiques susceptibles de provoquer un cancer de la vessie. D’autres acquièrent des mutations génétiques au cours de leur vie. Il est possible pour certaines personnes d’éviter les mutations génétiques acquises dans certains cas. Grâce à des modifications du mode de vie et à d’autres changements, il est également possible d’éviter certains facteurs de risque de cancer de la vessie. Il s’agit de facteurs qui augmentent le risque de développer un cancer de la vessie.

Facteurs de risque inévitables

Il n’est pas toujours possible d’éviter les facteurs de risque de cancer de la vessie. Plusieurs facteurs de risque inévitables pour cette maladie. Il s’agit notamment de :

Âge : L’âge avancé est un facteur de risque de cancer de la vessie. Environ 90 % des cas de cancer de la vessie concernent des personnes âgées de plus de 55 ans.

Le sexe : Les hommes sont beaucoup plus susceptibles que les femmes de développer un cancer de la vessie. Globalement, les hommes ont un risque sur 27 de développer un cancer de la vessie au cours de leur vie, alors que les femmes ont un risque sur 89.

Problèmes et anomalies de la vessie : Plusieurs problèmes chroniques de la vessie sont des facteurs de risque de cancer de la vessie. Il s’agit notamment des infections chroniques des voies urinaires (IVU), des calculs vésicaux et de la schistosomiase. Certaines anomalies congénitales de la vessie, comme l’exstrophie ou l’urachus, sont également des facteurs de risque de cancer de la vessie.

Traitements anticancéreux : Certains traitements anticancéreux sont des facteurs de risque de cancer de la vessie. Il s’agit notamment de la radiothérapie de la région pelvienne. L’utilisation à long terme de cyclophosphamide, un médicament de chimiothérapie, peut également augmenter le risque de cancer de la vessie. La nécessité de ces traitements peut parfois être inévitable.

Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer de la vessie peuvent également présenter un risque plus élevé de développer cette maladie.

 

 

Les facteurs de risque évitables et ce que l’on peut faire pour réduire son risque de développer un cancer de la vessie

Arrêter ou éviter de fumer

Certains facteurs de risque de cancer de la vessie sont évitables. Le plus important d’entre eux est le tabagisme. Les personnes qui fument ont trois fois plus de risques de développer un cancer de la vessie que celles qui ne fument pas. Le tabagisme est à l’origine d’environ la moitié de ces cancers. Une personne peut contribuer à prévenir le cancer de la vessie en évitant ou en arrêtant de fumer. Elle doit également éviter la fumée de cigarette secondaire. Une étude de 2016 indique que l’arrêt du tabac peut réduire la probabilité d’un cancer de la vessie. Cependant, même après 20 ans d’arrêt du tabac, les anciens fumeurs ont toujours un risque accru de 50 % de développer un cancer de la vessie par rapport aux personnes qui n’ont jamais fumé.

Réduire l’exposition aux produits chimiques

Selon une étude de 2022, l’exposition à certains produits chimiques pourrait provoquer un cancer de la vessie. En évitant l’exposition à ces produits chimiques, une personne peut réduire son risque de cancer de la vessie.

Ces produits chimiques sont les suivants

la phénacétine
cyclophosphamide
l’arsenic

Certaines personnes peuvent être exposées à des produits chimiques sur leur lieu de travail. L’exposition à divers produits sur le lieu de travail pourrait être un facteur de risque de cancer de la vessie. Ces produits comprennent :

les caoutchoucs
le cuir
les textiles
peintures
teintures

Cette liste peut s’allonger avec le temps. Par exemple, l’exposition aux fumées de diesel sur le lieu de travail pourrait provoquer un cancer de la vessie. Les scientifiques continuent d’étudier les facteurs de risque chimiques du cancer de la vessie. Si la profession d’une personne lui fait courir le risque d’être exposée à des substances cancérigènes (substances qui peuvent causer le cancer), son employeur doit réduire ce risque autant que possible. Le port d’un équipement de protection et le fait d’éviter une exposition prolongée peuvent contribuer à réduire les risques d’exposition.

L’eau potable

Les habitudes de consommation d’eau d’une personne peuvent l’exposer au risque de développer un cancer de la vessie. Par exemple, toute personne qui boit de l’eau contaminée par de l’arsenic peut avoir un risque plus élevé de développer cette maladie. En outre, une consommation insuffisante de liquides semble être un facteur de risque de cancer de la vessie. Bien que le lien ne soit pas clair, les scientifiques supposent que les personnes qui boivent plus d’eau peuvent évacuer davantage de substances chimiques cancérigènes.

Maintenir un régime alimentaire et un programme d’exercices équilibrés

Le régime alimentaire et l’exercice physique peuvent influer sur le risque de développer un cancer de la vessie. Un régime alimentaire riche en fruits et légumes peut contribuer à réduire le risque de cancer de la vessie. Cependant, toutes les recherches ne suggèrent pas que ce soit le cas.

Questions fréquemment posées sur la prévention du cancer de la vessie.

Quels aliments contribuent à prévenir le cancer de la vessie ?

Certaines recherches suggèrent qu’une alimentation riche en fruits et légumes pourrait contribuer à protéger contre le cancer de la vessie. Cependant, ce n’est pas le cas de toutes les études. Quoi qu’il en soit, le maintien d’une alimentation équilibrée et nutritive peut présenter de nombreux avantages. Il peut également réduire le risque de certains autres cancers. Les fruits et légumes pourraient protéger contre le cancer de la vessie, mais les preuves sont faibles.

Quelles vitamines aident à prévenir le cancer de la vessie ?

Les chercheurs n’ont pas découvert que les vitamines ou les suppléments pouvaient aider à prévenir le cancer de la vessie. En fait, certains compléments, comme le bêta-carotène, peuvent légèrement augmenter le risque de cancer de la vessie. L’acide aristolochique, une substance présente dans plusieurs compléments alimentaires, pourrait également augmenter le risque de cancer de la vessie.

Résumé

Le cancer de la vessie est dû à des mutations génétiques dans les cellules de la vessie. Divers facteurs de risque peuvent rendre ces mutations plus probables. Certains facteurs de risque sont inévitables. Il s’agit de facteurs démographiques tels que l’âge et le sexe. Ils incluent également des facteurs médicaux tels que des problèmes de vessie et des antécédents de cancer de la vessie. D’autres facteurs de risque sont évitables. Une personne peut réduire son risque de cancer de la vessie en arrêtant de fumer ou en ne recommençant pas à fumer. Limiter l’exposition à certains produits chimiques et autres sur le lieu de travail peut également aider.
D’autres facteurs de risque potentiellement évitables sont la prise de certains médicaments, le fait de boire trop peu d’eau et certains facteurs liés à l’alimentation et à l’exercice physique.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.