Comment le microbiome influence votre poids en bien ou en mal?

Voici la façons dont nos bactéries intestinales peuvent affecter notre poids et nos habitudes alimentaires

Bien que la recherche n’en soit qu’à ses débuts, nous commençons à mieux comprendre la relation entre les bactéries intestinales, les aliments que nous consommons et la façon dont ils peuvent influer sur la gestion du poids et l’obésité.

Le corps humain abrite des billions de bactéries et d’autres microbes, tant dans le corps que sur la peau. Collectivement, ils sont connus sous le nom de microbiome, et ceux qui vivent dans l’intestin constituent le microbiome intestinal. Nous sommes tous porteurs d’une distribution très spécifique dans l’intestin, qui nous est relativement adaptée. C’est presque comme une empreinte digitale. Au cours des dernières décennies, une image plus complète du fonctionnement du microbiome intestinal a commencé à se cristalliser. Grâce à des initiatives telles que le projet du génome humain, les scientifiques comprennent mieux comment ces microbes affectent de nombreuses facettes de la santé humaine, de certains processus pathologiques à la santé mentale.

Mais de nombreuses questions demeurent, notamment celle du rôle des bactéries intestinales dans le maintien du poids. Bien que les chercheurs aient une idée assez précise de la façon dont les aliments que nous mangeons influent sur la composition des micro-organismes qui vivent dans l’intestin, la recherche commence tout juste à analyser l’inverse, c’est-à-dire la façon dont les bactéries intestinales influent sur nos habitudes alimentaires, nos envies, voire notre capacité à prendre ou à perdre du poids.

Par exemple, nous savons que, chez la souris, le microbiome peut provoquer l’obésité. Mais la question de savoir quels microbes sont potentiellement bénéfiques ou néfastes pour la santé métabolique et l’obésité est un sujet de recherche permanent. Nous en avons maintenant une meilleure idée.

Façons dont nos bactéries intestinales peuvent affecter notre poids et nos habitudes alimentaires

La preuve que les bactéries de nos intestins jouent un rôle important dans l’obésité provient de recherches antérieures comparant les microbiomes de jumeaux. Les chercheurs ont trouvé des similitudes chez les jumeaux, qu’ils appellent « microbiome de base », ce qui indique qu’il peut y avoir une composante génétique dans le type de bactéries qui peuplent notre tube digestif. Ils ont également découvert des différences fondamentales entre les microbiomes d’un jumeau qui avait un poids sain et du jumeau correspondant atteint d’obésité, ce qui montre que le microbiome peut également être influencé par des facteurs environnementaux.

Plus intéressant encore, lorsque les chercheurs ont transplanté des bactéries provenant de microbiomes humains dans des souris qui avaient été élevées sans germes, les souris qui avaient reçu les bactéries du jumeau obèse sont devenues obèses et celles qui avaient reçu les bactéries du jumeau de poids normal sont restées à leur poids normal. Ils ont pu reproduire ce phénomène à l’infini. Bien sûr, les experts ne peuvent pas dire avec certitude si les mêmes résultats sont vrais chez l’homme sans étude supplémentaire.

Afin de comprendre si la composition du microbiome d’une personne peut prédire le succès de la perte de poids, des chercheurs ont mené une expérience sur 105 personnes inscrites à un programme de bien-être d’un an. Ils ont évalué les bactéries intestinales des participants au début du programme et à nouveau à la fin, et ont constaté que certains gènes bactériens semblaient être associés à la capacité de perdre du poids et que d’autres étaient probablement associés à une forte résistance à la perte de poids. Ils ont également appris que les personnes dont les bactéries intestinales se reproduisaient rapidement réussissaient mieux à perdre du poids. Ces résultats, qui ont été publiés en octobre 2021 dans la revue mSystems, pourraient expliquer pourquoi certaines personnes ont plus de mal à perdre du poids que d’autres.

Les bactéries intestinales peuvent-elles influencer nos habitudes alimentaires ?

Les bactéries présentes dans nos intestins pourraient non seulement influencer la facilité avec laquelle nous prenons ou perdons du poids, mais aussi ce que nous mangeons. De nombreux éléments indiquent que le régime alimentaire peut avoir une grande influence sur ces communautés microbiennes. Nous savons que l’alimentation influence les microbes, mais les microbes peuvent-ils influencer l’alimentation?

Les premières données semblent indiquer qu’ils le peuvent. L’étude du microbiome étant relativement récente, une grande partie de ce que nous savons actuellement provient de recherches sur des souris. Dans une autre expérience utilisant des souris sans germes, les chercheurs ont introduit des colonies microbiennes provenant d’autres souris, chacune ayant un régime alimentaire spécifique : végétal, omnivore ou carnivore. Les souris sans germes qui ont reçu une greffe bactérienne provenant de souris au régime végétal ont préféré un régime riche en protéines à un régime riche en glucides et pauvre en protéines, une préférence qui différait de celle des autres groupes. Cela semble indiquer que la composition des bactéries dans l’intestin peut, d’une manière ou d’une autre, déterminer les préférences alimentaires, du moins chez les souris.

Bien qu’il soit trop tôt pour dire si ces résultats s’appliquent à l’homme, des recherches sont en cours sur l’effet des micro-organismes sur l’appétit et le métabolisme, ainsi que sur la sensation de faim ou de satiété.

Comment manipuler votre microbiome

Compte tenu des connaissances limitées dont nous disposons actuellement sur le microbiome et son rôle dans l’obésité, est-il possible de modifier la composition bactérienne de nos intestins pour maintenir notre poids, éviter l’obésité et améliorer notre santé à long terme ? Bien qu’il n’existe pas de solution rapide et facile, après tout, les communautés bactériennes diffèrent d’une personne à l’autre, et ce qui fonctionne pour l’une peut ne pas fonctionner pour une autre, les experts pensent que des interventions présentant un réel potentiel sont probables.

L’une de ces interventions pourrait consister à modifier le microbiome en consommant moins d’aliments transformés. Car de nouvelles recherches ont montré des liens possibles entre le régime alimentaire occidental et un déséquilibre de l’intestin. Nous dépendons beaucoup des aliments prêts à l’emploi, mais ils manquent de nutrition. Lorsque nous dépendons de ces aliments, nous ne nourrissons pas les microbes intestinaux bénéfiques. Et si vous ne nourrissez pas continuellement les microbes intestinaux bénéfiques, vous permettez aux microbes pathogènes de se développer, créant ainsi un équilibre malsain entre les bonnes et les mauvaises bactéries.

Mieux vaut alors augmenter la variété des plantes dans un régime alimentaire, en ajoutant non seulement plus de plantes mais aussi une plus grande variété. Elle cite une étude montrant que les personnes qui mangeaient 30 aliments végétaux différents par semaine présentaient une plus grande diversité de micro-organismes intestinaux que celles qui en mangeaient 10 ou moins.

Cela ne signifie pas qu’il faille abandonner complètement ses aliments préférés. Il s’agit simplement de diversifier. Comment faire en sorte que les flocons d’avoine du petit déjeuner soient un peu différents chaque jour ? Peut-être que ce sont des flocons d’avoine et des myrtilles un jour, des flocons d’avoine et des fraises le lendemain, des flocons d’avoine et des amandes le jour suivant.

Les probiotiques et les prébiotiques, lorsqu’ils sont utilisés de manière appropriée et avec d’autres modifications alimentaires, peuvent également aider en augmentant les bactéries intestinales bénéfiques et en diminuant les bactéries nocives, note la recherche.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants que l’on trouve dans les aliments fermentés comme le yaourt et, dans certains cas, dans les suppléments. Toutefois, il ne suffit pas d’ingérer ces aliments. Pour qu’ils puissent survivre et supplanter des organismes qui vivent dans l’intestin depuis bien plus longtemps, ils doivent être accompagnés par les sucres dont ils ont besoin pour se métaboliser. C’est ce que des recherches récentes ont démontré. C’est assez spectaculaire. Si vous donnez aux microbes le bon sucre, ils restent dans le coin.

Ces sucres sont connus sous le nom de prébiotiques, des composés qui servent de carburant à des microbes bénéfiques spécifiques et que l’on trouve naturellement dans des aliments généralement d’origine végétale comme les asperges, l’ail, les oignons et la banane, selon les recherches.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.