Comment le cholestérol favorise déclin cognitif et maladies neurodégénératives

le métabolisme défectueux du cholestérol est une caractéristique commune aux personnes atteintes de maladies neurodégénératives

Existe-t-il un lien entre le métabolisme du cholestérol et la santé du cerveau ? Il semblerait que oui. Une étude récente a examiné le lien entre les protéines des maladies neurodégénératives et le métabolisme défectueux du cholestérol. Les résultats indiquent que le métabolisme défectueux du cholestérol est une caractéristique commune aux personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Les chercheurs suggèrent que la restauration des niveaux de cholestérol pourrait devenir une nouvelle stratégie bénéfique dans le traitement de certaines maladies neurodégénératives. Cette étude a été publiée dans le Journal of Cell Biology.

Le cholestérol, un composant essentiel de l’organisme, contribue à maintenir l’intégrité des membranes cellulaires. Il contribue également à la synthèse des hormones, de la vitamine D et d’autres substances cellulaires importantes. Dans l’organisme, environ 23-25% du cholestérol total se trouve dans les cellules du cerveau. Là, il contribue à enrichir la gaine de myéline, qui recouvre les cellules nerveuses et joue un rôle important dans la conduction et la transmission des signaux nerveux. Cette transmission est nécessaire à la coordination des fonctions corporelles, telles que la marche et la parole. Les dommages causés à la gaine de myéline peuvent ralentir ou réduire les transmissions, ce qui entraîne des problèmes neurologiques. Récemment, les chercheurs ont entrepris d’étudier pourquoi certaines maladies neurodégénératives spécifiques entraînent la perte des gaines de myéline protectrices riches en cholestérol.

Déclin cognitif, maladies neurodégénératives et cholestérol: le lien confirmé

Des chercheurs de la faculté de médecine Yong Loo Lin de l’université nationale de Singapour ont récemment découvert qu’en l’absence d’une protéine appelée protéine de liaison à l’ADN de réponse transactive (TDP-43), les cellules cérébrales ne peuvent pas maintenir les gaines de myéline protectrices. Leur recherche révèle que la protéine TDP-43, qui est impliquée dans des pathologies telles que la sclérose latérale amyotrophique et la démence frontotemporale, influence le métabolisme du cholestérol dans le cerveau. Elle a également montré que la synthèse et l’absorption du cholestérol jouent un rôle essentiel dans la formation de la gaine de myéline.

Le Pr Shuo-Chien Ling, l’un des auteurs de l’étude, a expliqué à pourquoi il a décidé d’étudier les liens entre TDP-43 et le métabolisme du cholestérol :
« Nous avons étudié le lien entre la TDP-43 et le métabolisme du cholestérol sur la base des données expérimentales que nous avons obtenues grâce à nos travaux antérieurs sur des souris dont la TDP-43 a été supprimée des oligodendrocytes. » Les oligodendrocytes protègent et myélinisent les neurones, améliorant par conséquent la vitesse de transmission. Plus précisément, nous avons constaté que les souris dont les oligodendrocytes sont dépourvus de TDP-43 développent des phénotypes neurologiques progressifs conduisant à une létalité précoce. Ces phénotypes s’accompagnent de la mort des oligodendrocytes et d’une perte progressive de la myéline », a-t-il ajouté. Un déséquilibre dans la régulation du cholestérol est une caractéristique commune associée aux conditions neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Chez les souris comme chez les hommes

Les chercheurs ont réalisé l’étude initiale sur des souris. Les résultats suggèrent qu’en l’absence de TDP-43, les oligodendrocytes ne disposent pas des enzymes nécessaires pour synthétiser le cholestérol de manière adéquate. De plus, ils révèlent que des voies supplémentaires alimentant les oligodendrocytes en cholestérol pourraient également être bloquées.
En outre, l’étude montre une réduction des niveaux du récepteur des lipoprotéines de basse densité (LDLR) et du récepteur des lipoprotéines de très basse densité (VLDLR) dans les cellules déficientes en TDP-43. Ces deux récepteurs sont chargés de faire passer le cholestérol du sang vers la cellule.

Cette découverte confirme l’hypothèse selon laquelle la biosynthèse et l’absorption du cholestérol sont toutes deux perturbées dans les oligodendrocytes déficients en TDP-43.
En collaboration avec le professeur Edward Lee de l’université de Pennsylvanie à Philadelphie, l’équipe a étendu l’étude à des patients humains. Les résultats révèlent qu’une réduction du métabolisme du cholestérol semble se produire chez les personnes atteintes de démence frontotemporale avec des pathologies TDP-43 dans les oligodendrocytes.

Fait intéressant, l’étude suggère également que l’apport de cholestérol aux cellules déficientes en TDP-43 restaure leur capacité à maintenir la gaine de myéline.

Que réserve l’avenir ?

Les résultats de cette étude n’en sont encore qu’à leurs débuts, mais ils laissent entrevoir des domaines de recherche intéressants qui pourraient s’ouvrir à l’avenir.
L’étude de ces particularités est un domaine d’étude fascinant. À mesure que les recherches se multiplient sur le lien entre le cholestérol et le déclin cognitif, peut-être qu’un jour, la régulation du cholestérol fera partie du régime thérapeutique pour traiter les maladies neurodégénératives.

Source

TDP-43 mediates SREBF2-regulated gene expression required for oligodendrocyte myelination

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -