Cinq choses bizarres et incroyables que vous pouvez fair en dormant.. sans le savoir

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller le matin avec la vue de votre partenaire mécontent, contrarié que vous lui ayez fait un long discours dans votre sommeil ? C’est un exemple des nombreuses choses étranges que nous pouvons faire alors que nous sommes censés ignorer le monde.

Que faites-vous pendant votre sommeil ?

Bien qu’on ne sache pas exactement combien de personnes souffrent de parasomnies ou de troubles du sommeil, il est probable que vous ayez été confronté à au moins un de ces événements à un moment donné. Les parasomnies sont souvent associées à des actions ou à des comportements dérangeants. Il sont d’autant plus étranges qu’ils se produisent dans le sommeil d’une personne alors qu’elle est complètement inconsciente. Cependant, si certaines des choses étranges que nous faisons pendant notre sommeil peuvent être liées à la présence d’un trouble du sommeil, d’autres sont en fait des événements physiologiques normaux qui sont extrêmement fréquents.

Cinq des choses les plus étranges que font certaines personnes pendant leur sommeil rapide.

1. Parler pendant le sommeil

Le somnambulisme est un phénomène physiologique courant, qui serait plus fréquent chez les enfants et les adolescents, bien qu’il ne soit pas rare chez les adultes. Les épisodes de somnambulisme ne durent généralement pas très longtemps et ne comportent pas toujours un discours intelligible. Les conversations pendant le sommeil sont généralement brèves et peu fréquentes. Mais elles peuvent aller de quelques sons brefs et inintelligibles pendant le sommeil à des phrases complètes au contenu compréhensible ou même à des discours fréquents et longs qui semblent hostiles ou colériques.

Une étude récente menée par le Dr Isabelle Arnulf de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, en France, a examiné ce que les personnes qui parlent pendant leur sommeil sont susceptibles de dire et a constaté que, dans 10 % des cas, les discours pendant le sommeil sont riches en jurons et en contenu négatif. Les scientifiques disent que les personnes qui parlent en dormant jurent souvent et font des discours de colère.

En fait, les jurons apparaissent 800 fois plus souvent dans les discours sur le sommeil que dans les discours de jour. Le Dr Arnulf note que cela peut s’expliquer par le fait que les conversations pendant le sommeil se produisent probablement en réponse à une situation de rêve négative qui rend excusable un tel discours impulsif et non surveillé. Ces épisodes peuvent se produire à n’importe quel stade du sommeil. Ils ne sont « dérangeants que pour les autres », c’est-à-dire pour les partenaires de lit.

2. Le somnambulisme

Le somnambulisme est peut-être le type de parasomnie le plus connu, ayant captivé l’imagination des gens pendant des années et figurant en bonne place dans la littérature et les films. Les somnambules peuvent adopter des comportements complexes et parfois dangereux. Ce trouble du sommeil se produit généralement pendant le troisième stade du sommeil à mouvements oculaires non rapides (NREM). Il s’agit d’une période de « sommeil profond » au cours de laquelle les ondes cérébrales ralentissent et la respiration devient également profonde et lente. Les gens ne peuvent pas être facilement réveillés à ce stade, ce qui rend en partie le somnambulisme si troublant. Car le somnambule est physiquement actif tout en sortant d’un profond sommeil.

Mais l’étrangeté ne s’arrête pas là. Les somnambules peuvent apparaître simultanément éveillés et « pas là » pour quiconque est témoin de leurs actes. Les épisodes de somnambulisme commencent souvent par l’individu assis dans son lit. Tâtonnant avec sa literie. Regardant autour de lui de manière confuse avant de sortir du lit et commençant lentement à marcher. Les yeux sont généralement ouverts, souvent grands ouverts, avec un regard confus et « vitreux »… ». La personne marche souvent vers le son, la lumière ou une pièce particulière. Elle peut avoir des comportements complexes, comme se changer, ouvrir des portes ou utiliser la salle de bain.

Comportements de somnambulisme: manger, conduire envoyer des SMS en dormant

Un autre trouble du somnambulisme est celui de l’alimentation liée au sommeil, dans lequel les individus sortent du lit, se dirigent vers le réfrigérateur et prennent une collation, le tout sans se réveiller. Le comportement alimentaire est généralement compulsif. La personne peut se réveiller le lendemain matin pour trouver une montagne de preuves incriminantes, et choquantes, sous la forme d’emballages et de récipients alimentaires sales.

Il existe cependant des comportements de somnambulisme qui sont beaucoup plus dangereux que la suralimentation. Un exemple est celui de la conduite en dormant, dans laquelle une personne conduit un véhicule motorisé techniquement, tout en étant totalement inconsciente de ses actions. Certains scientifiques attribuent ces épisodes à un court-circuit causé par certains somnifères.

Des SMS pendant le sommeil ?

Bien qu’aucune étude scientifique n’ait encore été menée pour traiter cette question, il semble que les SMS en sommeil ne soient pas rares, surtout chez les adolescents. Ces dernières années, divers médias ont rapporté des cas d’adolescents gênés de découvrir qu’ils avaient envoyé des SMS à leurs amis pendant leur sommeil. Les spécialistes du sommeil ont déclaré qu’il s’agissait d’une nouveauté en termes de troubles du sommeil. Ce comportement n’est pas encore répertorié dans les manuels spécialisés.

Les spécialistes attribuent en grande partie cette situation au fait que de nombreux adolescents ont une mauvaise hygiène de sommeil. Etant devenus collés à leur smartphone, envoyant des SMS tard dans la nuit et laissant les notifications perturber leur sommeil.

3. Le sommeil commence: sensation de tomber d’une grande hauteur

Beaucoup d’entre vous connaissent probablement le phénomène de l’endormissement, ou « saccades hypniques ». Le début du sommeil s’accompagne généralement de la sensation de tomber d’une grande hauteur. Ce qui provoque des secousses du corps et le réveil du dormeur, littéralement « avec un départ ». Les départs du sommeil se produisent fréquemment chez les personnes normales et à tout âge. Avec toutefois une prévalence d’environ 60 à 70 % chez les adultes. Ils ne sont pas considérés comme un type de trouble du sommeil. En général, les contractions musculaires durent moins d’une seconde et se produisent lorsqu’une personne est sur le point de passer à un état de sommeil ou pendant une phase de sommeil léger.

Parmi les sensations d’accompagnement moins courantes, on trouve « un son auditif tel qu’une parole » et la perception terrifiante d’un « grand coup ou d’un éclair de lumière », également connu sous le nom de « syndrome de la tête qui explose ». Bien que le début du sommeil soit normal, les scientifiques suggèrent que certains facteurs peuvent en augmenter la probabilité. Ceux-ci comprennent: la fatigue, le stress émotionnel, la privation de sommeil, l’exercice vigoureux et les stimulants tels que la caféine et la nicotine.

4. Actes sexuels en dormant

Quelques personnes ont des comportements érotiques pendant leur sommeil. Ce qui peut être source de problèmes si elles ont aussi un partenaire au lit. Certains des actes inconscients les plus controversés accomplis pendant le sommeil sont de nature sexuelle. En particulier lorsque l’individu tente d’impliquer son partenaire dormant. Ces actes sont caractéristiques d’une parasomnie connue sous le nom de « sexsomnie ». Dans laquelle les individus affichent des vocalisations sexuelles, se masturbent, se caressent ou ont des rapports ou des tentatives de rapports pendant leur sommeil. Le tout suivis d’une amnésie matinale.

Tout comme le somnambulisme, la sexsomnie se produit pendant les stades du sommeil NREM. Seulement 95 cas cliniques ont été documentés jusqu’à présent. La plupart de ces cas concernent des hommes qui dorment. Dans certains cas, la sexsomnie n’est qu’un événement embarrassant. Mais dans d’autres, plus extrêmes, les dormeurs peuvent finir par agresser sexuellement un partenaire.
Mais du fait qu’ils restent inconscients pendant toute la durée de ces actes et qu’ils ne peuvent pas s’en souvenir le lendemain matin, les actes sexuels violents commis pendant le sommeil restent très difficiles à prouver devant les tribunaux. Les auteurs d’un rapport de cas notent que, le patient atteint de sexsomnie a réussi à contrôler ces événements nocturnes en assistant à des séances de psychothérapie visant à gérer le stress.

5. Réaliser des rêves

Enfin, la parasomnie connue sous le nom de trouble du comportement du sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) est, tout comme le somnambulisme, caractérisée par l’exécution d’actions assez complexes pendant le sommeil. Certains individus mettent en scène leurs rêves, réagissant souvent à un contenu onirique violent ou troublant.

Comme son nom l’indique, le trouble du comportement du sommeil paradoxal se produit pendant la phase de sommeil paradoxal, lorsque la plupart des rêves se produisent. Les personnes souffrant de ce trouble du comportement ont tendance à « passer à l’acte ». Ou à réagir physiquement à ce qui se passe dans leurs rêves, ce qui n’est pas toujours une bonne nouvelle.
Le contenu des rêves devient plus violent avec l’apparition du trouble du comportement du sommeil paradoxal. Il implique que le sujet est attaqué ou doit défendre une position ou d’autres personnes.

La plupart des personnes atteintes de ce trouble ont plus de 50 ans, bien que son incidence et ses taux de prévalence ne soient pas clairs. Ces dormeurs perturbés peuvent faire des mouvements chaotiques qui correspondent au contenu de leurs rêves. Mais heureusement, ils ne sont généralement pas physiquement violents, que ce soit envers eux-mêmes ou envers les autres.

Cependant, le comportement violent est plus souvent présent chez les hommes que chez les femmes souffrant de troubles du sommeil paradoxal. Cette parasomnie peut être provoquée par la première prise d’antidépresseurs. Par ailleurs, les stimulants tels que l’alcool, le café et le chocolat peuvent également être en cause.
Plus de 50 % des personnes souffrant de narcolepsie, un autre trouble du sommeil, signalent également les symptômes du trouble du comportement du sommeil paradoxal.