Chute de cheveux anormale: les solutions naturelles pour les femmes

Chute de cheveux

La beauté des cheveuxcheveux joue un rôle important dans l’apparence physique et la perception que l’on a de soi. Chez les femmes, la principale cause de la perte de cheveux avant l’âge de 50 est nutritionnelle, 30% des femmes sont touchées.  Certaines vitamines, oligo-éléments et plantes spécifiques ont une activité spécifique pour la protection et la croissance des cheveux. La mauvaise nutrition et les carences vitaminiques sont des facteur majeurs de la perte de cheveux, alors autant prendre le mal à la racine.

Environ 45% des femmes, tout âge confondu, sont sujettes à une perte anormale de cheveux tandis qu’une majorité d’hommes y seront confrontés au cour de leur vie. L’industrie des soins capillaires sait que les consommateurs ont un grand désir de paraître jeune avec de beaux cheveux abondants et soyeux. Mais avant de dépenser votre argent dans un produit chimique qui peut vous décevoir, essayez tout simplement d’abord de rééquilibrer vos apports en certaines vitamines et oligo-éléments qui sont dédiées à la croissance et la protection des cheveux.

Les vitamines et nutriments pour stopper la chute des cheveux

La perte de cheveux est un processus complexe qui implique divers mécanismes génétiques, hormonaux et environnementaux. Tout comme notre peau, le follicule pileux est soumis à un vieillissement intrinsèque et extrinsèque. Les facteurs intrinsèques incluent nos mécanismes génétiques et hormonaux et les facteurs extrinsèques incluent le tabagisme et le rayonnement UV.

Parfois, la perte de cheveux est due à une carence en vitamine. Heureusement, une carence peut être corrigée en ajoutant des aliments riches en vitamines à votre régime alimentaire ou en utilisant une supplémentation. Certaines vitamines ont des propriétés antioxydantes qui aident à lutter contre les facteurs extrinsèques de la perte de cheveux, et d’autres vitamines remontent les niveaux d’hormone, un autre facteur qui arrête la croissance des cheveux et favorise leur chute. Essayez ces vitamines pour avoir des cheveux sains et épaissir les cheveux naturellement.

  1. l’huile de poisson

Les huiles riches en différentes espèces d’acides gras ont été largement utilisées dans les études animales et humaines pour évaluer les effets sur la santé de la peau et des cheveux. Les graisses oméga-3 nourrissent les cheveux, soutiennent l’épaississement des cheveux et réduisent l’inflammation qui peut conduire à la perte de cheveux.

Une étude de 2015 publiée dans le journal de dermatologie cosmétique a évalué les effets d’une supplémentation de six mois avec des oméga-3, oméga-6 et des antioxydants sur la perte de cheveux.

Dans l’étude comparative randomisée, 120 sujets féminins sains avec une perte de cheveux normale ont participé. Le critère principal était le changement de la densité des cheveux, et le paramètre secondaire comprenait des changements dans le pourcentage de follicule pileux actif et le diamètre des cheveux.

Après six mois de traitement, la croissance des cheveux a augmenté par rapport au groupe témoin, et 89,9% des participantes ont rapporté une réduction de la perte de cheveux, ainsi qu’une amélioration du diamètre des cheveux (86%) et de la densité des cheveux (87%).

Mangez des aliments oméga-3 comme le saumon, le maquereau, le thon, le poisson blanc, les sardines, les jaunes d’oeuf, les noix, les graines de chanvre pour réduire l’inflammation et l’équilibre des hormones. Si vous ne mangez pas assez d’oméga-3, prenez une à deux capsules ou une cuillère à soupe d’un supplément d’huile de poisson de première qualité.

  1. le zinc

Les composés oraux de zinc sont utilisés depuis des décennies pour traiter des désordres tels que l’alopécie. Le zinc profite à la santé folliculaire de cheveux. Le zinc est un co-facteur essentiel pour de multiples enzymes et est impliqué dans des activités fonctionnelles importantes dans le follicule pileux. Le zinc est également un inhibiteur puissant de la régression folliculaire des cheveux. Des études suggèrent que certains patients souffrant d’alopécie ont une carence en zinc, et la thérapie par voie orale de zinc sert de traitement efficace.

Dans une étude 2013, des chercheurs ont évalué le rôle du zinc dans différents types de perte de cheveux, y compris l’alopécie, la perte de cheveux chez les hommes et chez les femmes. Chez tous les patients souffrant de perte de cheveux, le zinc sérique moyen était significativement plus faible que le groupe témoin. L’analyse de chaque groupe a montré que toutes les personnes perdant des cheveux avaient statistiquement moins de concentration en zinc. Les données ont conduit à l’hypothèse d’une perturbations du métabolisme du zinc, joue un rôle clé dans la perte de cheveux.

Une étude de 2009 publiée dans Annals of dermatologie a évalué les effets thérapeutiques de la supplémentation orale en zinc pendant 12 semaines chez 15 patients atteints d’alopécie qui avaient un faible taux de zinc sérique. Une supplémentation  de 50 milligrammes de zinc a été donnée aux patients sans aucun autre traitement. Les niveaux de zinc sérique a été mesuré avant et après la supplémentation. Après la thérapie, le taux de zinc sérique a augmenté significativement, et des effets thérapeutiques positifs ont été observés chez neuf patients sur 15 (66,7%). Les chercheurs ont conclu que le zinc est l’un des nutriments les plus importants pour la croissance et la protection des cheveux

  1. Complexe de vitamine B: les vitamine B8 et B5

La biotine (vitamine B8) et l’acide pantothénique (vitamine B5) ont été utilisés comme traitements alternatifs contre la perte de cheveux. La Biotine profite à vos cheveux en reconstruisant les parties du cheveux qui ont été endommagés par les shampooings, l’exposition au soleil, le séchage et le lissage. La vitamine B5 soutient les glandes surrénales, ce qui aide à stimuler la croissance des cheveux.

Un signe majeur d’une carence en biotine est la perte de cheveux. Une carence peut être causée par le tabagisme, une fonction hépatique altérée ou même la grossesse. Les recherches suggèrent qu’un nombre important de femmes développent une carence en biotine pendant une grossesse normale. Pour inverser la chute de cheveux et augmenter la force des cheveux, prendre un comprimé de complexe de vitamine B quotidiennement ou prendre de la biotine et de la vitamine B5 séparément. La consommation de biotine et de vitamines B5, est possible dans l’alimentation: les œufs, le bœuf, le poulet, l’avocat, les légumineuses, les noix et les pommes de terre, vous aident à éviter une carence et à aider à la croissance des cheveux.

  1. vitamine C

Des preuves expérimentales suggèrent que le stress oxydatif joue un rôle majeur dans le processus de vieillissement. Les radicaux libres sont des molécules très réactives qui peuvent endommager directement les membranes structurelles cellulaires, les lipides, les protéines et l’ADN.

Avec l’âge, la production de radicaux libres augmente et la quantité d’enzymes antioxydant qui défendent le corps diminue, conduisant à des dommages des structures cellulaires et au vieillissement des cheveux. La vitamine C combat le stress oxydatif qui contribue au vieillissement des cheveux et à la perte de cheveux.

Pour combattre les dommages aux radicaux libres et protéger les cheveux du vieillissement, enrichissez votre alimentation de vitamine C avec les oranges, les poivrons rouges, le chou frisé, les choux de Bruxelles, le brocoli, les fraises, le pamplemousse et le kiwi. Si vous avez besoin de supplémentation, prendre 500 à 1000 milligrammes de vitamine C deux fois par jour.

  1. le fer

Plusieurs études ont examiné la relation entre la carence en fer et la perte de cheveux, et certaines suggèrent que la carence en fer est bien liée à l’alopécie chez les femmes.

Les chercheurs de l’Université de sciences médicales de Téhéran en Iran ont étudié la relation entre le taux de fer dans l’organisme et les différents types de perte de cheveux. Ils ont mené une étude chez des femmes âgées de 15 à 45 ans, 30 femmes avec une perte de cheveux anormale été comparées avec 30 femmes sans perte de cheveux.

Les chercheurs ont constaté que des neuf patients souffrant de manque de fer, huit avaient une perte de cheveux anormale. La ferritine moyenne (une protéine dans le corps qui se lie au fer) était significativement plus faible chez les patientes avec une perte de cheveux que chez les sujets sans perte de cheveux. L’étude suggère que les femmes avec une carence en fer sont à un risque plus élevé de perte de cheveux, et les taux de ferritine sérique inférieure ou égale à 30 milligrammes/millilitre sont fortement associés à la perte de cheveux chez les femmes.

Pour stimuler la croissance des cheveux, ajouter des aliments riches en fer dans votre alimentation tous les jours. Mangez beaucoup d’épinards, de bette à carde, de légumes verts, de jaunes d’oeuf, de bifteck, de haricots.

  1. vitamine D

Les follicules pileux sont très sensibles aux hormones, et la vitamine D est une hormone qui joue un rôle important dans l’homéostasie calcique, la régulation immunitaire et la différenciation de la croissance cellulaire. Dans le monde scientifique, il est bien connu que l’alopécie  est couramment trouvée chez les patients souffrant de carence en vitamine D.

La recherche suggère que des niveaux insuffisants de vitamine D ont été impliqués dans une variété de maladies auto-immunes, y compris l’alopécie. L’exposition directe au soleil est la meilleure façon d’absorber la vitamine D. Asseyez-vous au soleil pendant environ 10 à 15 minutes pour absorber environ 10 000 unités de vitamine D naturelle. L’application topique de la vitamine D pourrait également jouer un rôle dans la restauration de la dysfonction de cycle de cheveux. Pour augmenter vos niveaux de vitamine D avec des sources alimentaires, mangez des aliments riches en vitamine D comme le flétan, le maquereau, l’anguille, le saumon, l’espadon, les champignons maïtake.

L’huile essentielle de romarin et le gel d’Aloe Vera protégeant de la chute de cheveux

L’Huile essentielle de romarin

Lorsqu’elle est appliqué sur le cuir chevelu, l’huile essentielle de romarin est censée augmenter le métabolisme cellulaire qui stimule la croissance des cheveux. Une étude  menée en 2015 a montré l’efficacité clinique de l’huile de romarin dans le traitement de l’alopécie. Les patients atteints d’alopécie  ont été traités pendant six mois avec de l’huile essentielle de romarin. Après six mois de traitement, le groupe traité a connu une augmentation significative du nombre de cheveux. L’étude montre que l’huile de romarin est tout aussi efficace que les médicaments de croissance des cheveux, avec moins d’effets secondaires, tels que les démangeaisons du cuir chevelu.

Jus et gel d’Aloe Vera

L’Aloe Vera a des propriétés nourrissantes et des tonnes de vitamines et de minéraux qui aident à garder vos cheveux forts et sains. l’Aloe Vera apaise et conditionne le cuir chevelu, offrant un environnement idéal pour la croissance des cheveux.

Vous pouvez appliquer le gel d’Aloe Vera directement sur le cuir chevelu ou l’ajouter à un shampooing doux et naturel. Pour prendre l’Aloe Vera en interne, buvez environ une demi-tasse de jus d’Aloe Vera deux fois par jour. Les propriétés curatives stimulent votre santé dermatologique.

Une étude de 2012 publiée dans « anatomie et biologie cellulaire » a révélé que le gel d’Aloe Vera réduisait l’inflammation et avait des effets notables sur la cicatrisation lorsqu’il était utilisé sur des rats après une incision chirurgicale. Non seulement l’Aloe Vera favorise la fermeture rapide des plaies, mais il améliore également la croissance des cheveux.

L’Aloe Vera a également été mentionné  pour avoir un effet protecteur contre les dommages de rayonnement UV sur la peau, qui peut conduire à la perte de cheveux. En raison de son activité antibactérienne et des propriétés antifongiques, l’Aloe Vera  aide également à éliminer les pellicules, parfait pour les gens qui veulent se débarrasser des pellicules naturellement.

Pour résumer

  • Un important contributeur de la perte de cheveux est une mauvaise nutrition, entraînant des carences vitaminiques.
  • Les études montrent que les femmes ayant une carence en fer courent un risque plus élevé de perte de cheveux et que les taux sériques de ferritine inférieurs ou égaux à 30 milligrammes/millilitres sont fortement associés à la perte de cheveux. De faibles concentrations sériques de zinc ont également été reliées à des cas d’alopécie.
  • Les huiles riches en différentes espèces d’acides gras ont été largement utilisées dans les études animales et humaines pour évaluer les effets sur la santé de la peau et des cheveux.
  • Les dommages des radicaux libres peuvent causer le vieillissement prématuré des cheveux, et la vitamine C peut aider à protéger le cuir chevelu et les follicules.
  • La biotine (vitamine B8) et l’acide pantothénique (vitamine B5) ont été utilisés comme traitements alternatifs pour la perte de cheveux.
  • La recherche suggère que des niveaux insuffisants de vitamine D sont impliqués dans une variété de maladies auto-immunes, y compris l’alopécie.

Source

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25573272

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24371385

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2861201/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22171682

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16635664

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3412244/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22517595

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2763764/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18498491

 

 

 

Article précédent4 alternatives pour arrêter de ronfler qui fonctionnent
Article suivantDes épices à toutes les sauces
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.