Chirurgie esthétique : la rhinoplastie de préservation

Soucieuses de leur apparence, de nombreuses personnes ont recours à la chirurgie esthétique pour corriger leurs petits défauts apparents. Selon le magazine Elle, en France, la rhinoplastie serait l’opération la plus fréquente parmi toutes les interventions possibles sur le visage. Alors que cette opération se pratique souvent dans un objectif esthétique, elle peut aussi résulter d’une recommandation médicale due à une gêne fonctionnelle du nez. Ces derniers temps, les professionnels orientent leurs patients vers la rhinoplastie de préservation. Même si elle n’est pas adaptée à tout le monde, cette technique toute récente profite déjà des vives recommandations des experts mondiaux.

Que signifie le terme rhinoplastie de préservation ?

Appelée également rhinoplastie préservative ou conservative, la rhinoplastie de préservation est un type de chirurgie esthétique. C’est une rhinoplastie qui consiste à préserver certaines parties de la structure du nez. En principe, cette intervention épargne les ligaments, le dos du nez et les cartilages de la pointe nasale. Pour ce faire, le chirurgien travaille la partie sous la voûte du nez. Il n’y a donc aucune modification de l’architecture externe de l’organe.

Les profils adaptés à la rhinoplastie préservative

Pour pouvoir faire une rhinoplastie, plus précisément une opération conservative, vous devez remplir certaines conditions. En effet, seulement un patient sur deux répondrait aux critères correspondants. Vous pouvez ainsi procéder à l’opération si vous avez un nez :

  • présentant une bosse de taille modérée,
  • droit, symétrique et pas trop large,
  • exempt d’un creux au niveau du dos,
  • muni d’une pointe tombante ou d’une pointe bulbeuse.

Ce type de chirurgie vous est recommandé si vous répondez à ces conditions et si vous attendez un résultat naturel.

Les contre-indications de la rhinoplastie de préservation

Cette opération n’est pas adaptée à une rhinoplastie complexe secondaire ou tertiaire. Elle est aussi contre-indiquée en cas de nez très large ou encore d’intervention nécessitant une voie ouverte. Voici également d’autres situations face auxquelles la rhinoplastie conservatrice n’est pas adaptée :

  • une déviation du nez,
  • une bosse de plus de 6 mm,
  • un dos du nez asymétrique.

Certaines personnes ne supportent pas d’être sous anesthésie générale. Si vous faites partie de ces patients, la rhinoplastie de préservation vous est déconseillée.

Jeune patiente voulant faire une rhinoplastie à Paris pour corriger une partie de son nez.

Pourquoi choisir la rhinoplastie de préservation ?

Le concept de la rhinoplastie de préservation permet de préserver la structure du nez. Par ailleurs, le résultat obtenu est très naturel, vous évitant ainsi un look chirurgical. Vous évitez également les obstructions nasales ainsi que certaines régularités au niveau du dos du nez.

Les autres avantages de la rhinoplastie de préservation sont d’ordre postopératoire. Par exemple, vous n’avez aucune cicatrice visible de l’extérieur. Comme il n’y a que très peu de décollements cutanés, très peu de bleus apparaîtront. Par conséquent, le temps de récupération sera plus rapide. Par ailleurs, votre nez n’aura besoin d’aucune attelle, car il sera immédiatement stable à la fin de l’intervention.

Ce qu’il faut faire avant et après l’opération de rhinoplastie

Si vous envisagez de faire une opération de rhinoplastie de préservation, voici quelques points à savoir avant et après l’intervention.

Avant l’intervention

Évidemment, la première chose à faire est de consulter un chirurgien. Lorsque ce dernier accorde l’opération, vous aurez quelques consignes à respecter.

La consultation

La consultation d’un chirurgien est obligatoire pour savoir si vous pouvez ou non réaliser l’opération. C’est le moment pour vous de faire part de vos envies au professionnel. Le chirurgien étudiera votre profil afin de s’assurer de toute absence de contre-indication. Il passera également à un examen clinique de votre nez afin d’en déduire les éventuels défauts. À cet effet, un scanner nasal pourrait s’avérer nécessaire pour découvrir l’obstruction responsable. Il vous fera ensuite un retour concernant les possibilités de modification et notamment les défauts qui sont corrigibles.

Lors de la consultation, certains médecins simulent les résultats de la future opération par ordinateur. Cette simulation vous permettra ainsi de vérifier que l’expert a bien saisi vos besoins. Cela vous évitera les mauvaises surprises après l’intervention.

Les consignes à respecter

Une fois que vous êtes sûr de pouvoir subir la rhinoplastie, vous aurez besoin de vous préparer. Par ailleurs, la préparation peut durer quelques semaines avant l’intervention chirurgicale.

Si vous fumez, vous devez arrêter durant un mois avant l’opération. Afin d’éviter tout risque d’hémorragie, la prise d’anticoagulants ou d’aspirines est proscrite pendant deux semaines. Avant de prendre cette mesure, parlez-en avec votre médecin traitant. Il se pourrait également qu’on vous prescrive un traitement médical contre la sinusite ou le rhume.

Pensez aussi à bien vous organiser, car aucun arrêt de travail ne sera délivré s’il s’agit d’une rhinoplastie esthétique. D’ailleurs, pour information, vous pourrez rentrer chez vous le jour même de l’intervention.

Après l’intervention

Une fois l’opération terminée, vous aurez besoin de vous nettoyer régulièrement le nez afin d’éviter toute formation de croutes. La présence de ces éléments dans vos narines risque de procurer une certaine sensation de nez bouché et de tiraillements. Le lavage nasal s’effectue avec du sérum physiologique et de l’huile goménolée. Ce nettoyage va permettre d’évacuer le sang et d’accélérer la cicatrisation. En revanche, évitez absolument de vous moucher.

Alors que le nettoyage est la consigne principale, voici également d’autres instructions à suivre. Durant le premier mois suivant l’intervention, évitez les activités sportives, particulièrement celles qui sont intenses. Vous pouvez réaliser de la marche rapide après deux semaines. Bannissez les sports de combat au risque de vous blesser au visage. Chaque soir, déposez une compresse d’eau froide sur votre nez et dormez ensuite avec la tête un peu surélevée.

Y a-t-il un âge limite pour cette rhinoplastie de préservation ?

Il est possible de réaliser de la rhinoplastie de préservation à partir de 16, 17 ou 18 ans. Cela s’explique par le fait que le visage termine sa croissance osseuse à cet âge. Lorsque vous procédez à une rhinoplastie étant jeune, vous avez une chance élevée d’avoir une opération réussie. En effet, votre corps parvient encore sans problème à s’adapter aux changements de forme.

À l’âge adulte (vers la quarantaine ou la cinquantaine), la peau perd en élasticité et peine à se remettre d’une opération. C’est ce qui arrive surtout si vous fumez, si vous buvez souvent de l’alcool ou si vous vous exposez trop au soleil. Ainsi, il est donc recommandé de procéder à l’opération le plus tôt possible.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -