Chirurgie, dentisterie, magie, homéopathie: ce que l’on sait de la médecine de l’Egypte ancienne

Photo : Adobe Stock

L’Égypte ancienne était une civilisation qui a duré de 3300 à 525 avant J.-C. C’est probablement là que le concept de santé a commencé à naitre. Certains des premiers documents sur les soins médicaux proviennent de l’Égypte ancienne. Les anciens Égyptiens croyaient en la prière comme solution aux problèmes de santé, mais ils disposaient également de remèdes naturels, comme les herbes. C’était une société structurée avec des outils tels que le langage écrit et les mathématiques, qui leur permettaient d’enregistrer et de développer des idées, et cela signifiait que d’autres pouvaient en tirer des enseignements.

Influences

Les anciens Egyptiens disposaient d’un équipement médical de base. Ils croyaient également que les dieux contrôlaient la vie et la santé. Les anciens Egyptiens pensaient que les dieux, les démons et les esprits jouaient un rôle clé dans la cause des maladies. Les médecins pensaient que les esprits bloquaient les canaux du corps et que cela affectait le fonctionnement de l’organisme. Ils cherchaient des moyens de débloquer ces canaux. Ils ont utilisé une combinaison de prières et de remèdes naturels.
La plupart des guérisseurs étaient également des prêtres, mais, avec le temps, la profession de « docteur en médecine » est apparue.

Le fait que les anciens Égyptiens avaient des systèmes de lettres et de chiffres leur permettait d’enregistrer et de développer des idées et de faire des calculs. La littérature médicale égyptienne ancienne documentée est l’une des plus anciennes qui existent aujourd’hui. Les Égyptiens de l’Antiquité avaient une économie et un système de gouvernement organisés, une population sédentaire, des conventions sociales et des lois appliquées. Avant cela, la population locale vivait principalement une vie nomade. Cette stabilité a permis à la recherche médicale de se développer.

En outre, il y avait aussi des individus relativement riches dans la société égyptienne ancienne. Ils pouvaient s’offrir des soins de santé et avaient également le temps de réfléchir et d’étudier. Les anciens Égyptiens étaient également des commerçants. Ils parcouraient de longues distances et revenaient de terres lointaines avec des herbes et des épices.

Recherche et apprentissage

La pratique des anciens Egyptiens de conserver les personnes décédées comme des momies signifiait qu’ils avaient appris quelque chose sur le fonctionnement du corps humain. Dans un processus, le prêtre-médecin insérait un long instrument crochu dans la narine et cassait le mince os du boîtier du cerveau pour en retirer le cerveau.
Les rois et les reines de pays lointains ont cherché des médecins égyptiens en raison de leur réputation d’excellence.

La pratique médicale et le papyrus d’Ebers

Les archéologues ont trouvé un certain nombre de documents écrits qui décrivent la pratique médicale de l’Égypte ancienne, notamment le papyrus Ebers. Les anciens Egyptiens ont probablement appris quelque chose sur le corps humain par la momification. Ce document contient plus de 700 remèdes, des formules magiques et des dizaines d’incantations visant à repousser les démons qui provoquent des maladies.

Les auteurs les ont probablement écrits vers 1500 avant J.-C., mais le document pourrait contenir des copies de documents datant de 3400 avant J.-C. Ils comptent parmi les plus anciens documents médicaux conservés. Le parchemin fournit des preuves de certaines procédures scientifiques solides. Les médecins semblent avoir eu une assez bonne connaissance de la structure osseuse et une certaine conscience du fonctionnement du cerveau et du foie.

Coeur, Maladies mentales et planification des naissances

Le cœur : Selon le papyrus Ebers, le centre de l’approvisionnement en sang du corps est le cœur, et chaque coin du corps est attaché à des vaisseaux. Le cœur était le point de rencontre des vaisseaux qui transportaient les larmes, l’urine, le sperme et le sang. Des chercheurs écrivant en 2014 ont décrit la compréhension du système cardiovasculaire de l’Égypte ancienne comme étant « étonnamment sophistiquée, voire précise ».

Les maladies mentales : Ce document décrit en détail les caractéristiques, les causes et le traitement des troubles mentaux tels que la démence et la dépression. Les Egyptiens de l’Antiquité semblent avoir vu les maladies mentales comme une combinaison de canaux bloqués et de l’influence des mauvais esprits et des dieux en colère.

Planification familiale : Le parchemin contient une section sur le contrôle des naissances, la façon de savoir si une personne est enceinte et quelques autres questions gynécologiques.

On y trouve également des conseils sur :

les problèmes de peau
les problèmes dentaires
les maladies liées aux yeux
maladie intestinale
parasites
comment traiter chirurgicalement un abcès ou une tumeur

En outre, il est prouvé que les médecins savaient comment réparer les os cassés et traiter les brûlures.

Conseils médicaux judicieux

Certaines recommandations faites par les médecins à l’époque nous semblent aujourd’hui assez judicieuses. Ils ont conseillé aux gens de se laver et de se raser pour éviter les infections, de manger avec soin et d’éviter les animaux sales et le poisson cru. Certaines, cependant, sont moins connues. Mettre un bouchon de crocodile à l’entrée du vagin, par exemple, était une méthode de contrôle des naissances. Les gens utilisaient également la bouse pour disperser les mauvais esprits.

Dentisterie

Les Égyptiens pratiquaient également la dentisterie. Les caries et les caries dentaires semblent avoir été courantes.

Les remèdes étaient inclus :

– cumin, encens et oignon pour traiter les gencives gonflées
– l’opium, éventuellement, pour traiter la douleur
– percer des trous dans la mâchoire pour drainer un abcès
Cependant, ils ne semblaient pas maîtriser l’extraction de dents.

Magie et religion

La vie quotidienne en Égypte est marquée par les croyances et la peur de la magie, des dieux, des démons, des esprits maléfiques, etc. Ils croyaient que les dieux créaient et contrôlaient la vie. Heka était la déesse de la magie et de la médecine, tandis que Bes, un autre dieu, protégeait les femmes pendant la grossesse. Les gens faisaient appel à Serket s’ils avaient une picure de scorpion.

Les dieux en colère ou les forces maléfiques causaient la malchance et le désastre. Les gens utilisaient donc la magie et la religion pour faire face à ces forces et pour soigner les gens. Les prêtres et les médecins étaient souvent une seule et même personne. De nombreux guérisseurs étaient des prêtres de Sekhmet, une déesse guerrière égyptienne et la déesse de la guérison, des malédictions et des menaces. Outre la science, le traitement impliquait l’utilisation de la magie, d’incantations, d’amulettes, d’arômes, d’offrandes, de tatouages et de statues. Les rituels et procédures religieux et magiques ont probablement eu un puissant effet placebo, ils ont donc pu aboutir à une guérison.

La théorie des canaux

La « théorie des canaux » est née de l’observation des agriculteurs qui creusaient des canaux d’irrigation pour leurs cultures. Elle a permis à la médecine de passer de remèdes entièrement spirituels à des remèdes pratiques et naturels.

Les médecins pensaient que, comme pour l’irrigation, les canaux fournissent au corps des voies de santé. En cas de blocage, ils utilisaient des laxatifs pour les débloquer. Le cœur était le centre de 46 canaux, considérés comme des sortes de tubes. Il est vrai que les veines, les artères et les intestins humains sont des types de tubes. Cependant, les Egyptiens ne comprenaient pas que ces canaux avaient des fonctions différentes.

On pensait que les blocages des canaux humains étaient dus aux actions de Wekhedu, un esprit maléfique. Lorsque Wekhedu est arrivé à la surface du corps, il s’est manifesté sous forme de pus. Cette idée que les fonctions corporelles jouent un rôle dans la santé a été une percée dans l’histoire de la médecine.

Les canaux et le cœur

Les anciens Egyptiens croyaient que le corps était constitué d’un système de canaux, ou « Metu ». Ils croyaient que les fluides corporels pouvaient entrer dans ce système, y compris les excréments. Cela aurait un effet négatif, et les lavements sont devenus une importante méthode de traitement pour de nombreuses maladies, dont la malaria et la variole.

Le papyrus Ebers note que les vaisseaux vont du cœur aux quatre membres et à chaque partie du corps. Lorsqu’un médecin, un prêtre Sekmet ou un exorciste place ses mains sur une partie du corps, il examine le cœur, car tous les vaisseaux proviennent du cœur.

C’est ce que soutient la théorie des canaux :

– Le cœur est la source. Il parle à chaque partie du corps.
– Lorsque les gens respirent par le nez, l’air pénètre dans leur cœur, leurs poumons, puis leur ventre.
– Les narines ont quatre vaisseaux, dont deux fournissent le mucus et deux le sang.
– Le corps humain possède quatre vaisseaux, qui mènent à deux oreilles. Le « souffle de vie » pénètre dans l’oreille droite et le « souffle de mort » dans l’oreille gauche.
– Les quatre vaisseaux qui mènent à la tête provoquent la calvitie.
– Toutes les maladies oculaires proviennent de quatre vaisseaux du front, qui fournissent le sang aux yeux.
– Deux vaisseaux pénètrent dans les testicules et fournissent le sperme.
– Deux vaisseaux dans les fesses leur fournissent des nutriments vitaux.
– Six vaisseaux atteignent la plante des pieds et six conduisent le long des bras jusqu’aux doigts.
– Deux vaisseaux alimentent la vessie en urine.
– Quatre vaisseaux alimentent le foie en liquide et en air. Lorsqu’ils remplissent trop le foie de sang, ils provoquent des maladies.
– Quatre vaisseaux alimentent également les poumons et la rate en liquide et en air.
– Le liquide et l’air qui sortent de l’anus proviennent de quatre vaisseaux.
– L’anus est également exposé à tous les vaisseaux des bras et des jambes lorsqu’ils débordent de déchets.

Chirurgie

Les médecins égyptiens ont suivi savaient réparer avec succès des os cassés et des articulations disloquées. La chirurgie de base, c’est-à-dire les procédures proches de la surface de la peau ou sur la peau était une compétence courante. Les médecins savaient comment suturer efficacement les blessures. Ils utilisaient des bandages et y liaient certains produits végétaux, comme les feuilles de saule, pour traiter les inflammations.

Cependant, ils n’opéraient pas en profondeur, probablement parce qu’il n’y avait ni anesthésiques ni antiseptiques. La circoncision des bébés garçons était une pratique courante. Il est difficile de dire si la circoncision féminine a existé. Il y a une mention, mais c’est peut-être une erreur de traduction.

Les chirurgiens disposaient d’une panoplie d’instruments, tels que des pinces, des forceps, des cuillères, des scies, des récipients avec de l’encens brûlant, des crochets et des couteaux. Des prothèses existaient, mais elles n’étaient probablement pas très pratiques. Les gens les utilisaient peut-être pour rendre les défunts plus présentables lors des funérailles ou simplement à des fins décoratives.

Blessures et maladies

Les médecins égyptiens ont dit qu’il y avait trois types de blessures :

Les blessures soignables : Ils les traitaient immédiatement.

Les blessures contestables : Le médecin pensait qu’elles ne mettaient pas la vie en danger et que la personne pouvait survivre sans intervention. Le médecin observait le patient. S’il survivait, le médecin décidait à temps s’il devait intervenir.

Maladies incurables : Le médecin n’intervenait pas.

Parmi les plaintes les plus courantes des Egyptiens, on peut citer:

– le rhume
– les problèmes de digestion
– maux de tête
Un remède contre les maux de tête, mentionné dans le papyrus Ebers, semble conseiller ce qui suit :

Mélangez de la farine, de l’encens, du bois de wa, de la plante waneb, de la menthe, de la corne de cerf, des graines de sycomore, du plâtre de maçon, des graines de zart, de l’eau. Appliquer sur la tête.

Un autre remède consiste à utiliser des graines de pavot ou de l’aloès. Dans l’Égypte ancienne, on utilisait l’aloe vera pour soigner les brûlures et les maladies de la peau.

Parmi les autres affections et traitements, citons:

– L’asthme : Miel et lait, sésame, encens
– Brûlures et maladies de la peau : Aloe
– La douleur : le thym
– Problèmes digestifs : Genièvre, menthe, ail et bois de santal
– Mauvaise haleine : Menthe, carvi
– L’épilepsie : Camphre
– Vomissements : La menthe pour l’arrêter et les graines de moutarde pour le provoquer
– Le remède pour un rhume était une incantation.

Les premiers concepts de l’homéopathie

Certains traitements utilisent des produits, des herbes ou des plantes dont les symptômes en cas de prise ressemblent à ceux de la maladie qu’ils traitent, une pratique connue sous le nom de simila similibus, ou « similaire à similaire ». Aujourd’hui, l’homéopathie suit un principe similaire. De plus, ils pratiquaient aussi la « dilution » ou s’appuyaient sur la « mémoire de l’eau ». Principe également à la base de l’homéopathie. Par exemple, des statuettes sur lesquelles étaient écrites des incantations et prières de soin étaient recouvertes d’eau. L’eau glissait le long de la statuette, « s’imprégnait » des hiéroglyphes de guérison, puis était recueillie et bue par le malade.

La santé publique

La propreté était une partie importante de la vie égyptienne, et les maisons avaient des bains et des toilettes rudimentaires. L’apparence et l’utilisation du maquillage étaient importantes. L’objectif principal était de répondre aux exigences sociales et religieuses, bien que de nombreuses personnes portaient du maquillage autour des yeux pour les protéger des maladies.

Les gens utilisaient des moustiquaires pendant les mois chauds, que ce soit pour se protéger contre la malaria et d’autres maladies ou pour éviter les piqûres. Le paludisme était un problème courant. Les prêtres se lavaient régulièrement, ainsi que leurs vêtements et leurs ustensiles. Cela permettait de protéger leur santé, même s’ils le faisaient pour des raisons religieuses.

Il n’existait pas d’infrastructure de santé publique telle que nous la connaissons aujourd’hui. Il n’y avait pas de système d’égouts, de soins médicaux systématiques, ni de recommandations d’hygiène publique.

La profession médicale pratiquée par des hommes et des femmes

Les anciens Egyptiens ont probablement été les premiers à avoir des médecins professionnels, et c’était une profession respectée. Les médecinsils devaient être alphabétisés, aptes à lire les hiéroglyphes, et propres de corps et d’esprit. Il y avait des médecins dans toute l’Égypte. Le plus ancien témoignage d’un médecin masculin est celui de Hesy-Ra, en 2700 avant J.-C. Il était le « chef des dentistes et des médecins » du roi Dioser. La première mention d’une femme médecin est probablement celle de Peseshet en 2400 avant J.C, le superviseur de toutes les femmes médecins, mais il est possible qu’il y ait eu des femmes médecins dès 3000 avant J.C.

Les meilleurs médecins travaillaient à la cour royale. En dessous d’eux, des inspecteurs supervisaient le travail des autres médecins. Il y avait des spécialistes, tels que des dentistes, des proctologues, des gastro-entérologues et des ophtalmologues.

Les anciens Egyptiens avaient des méthodes sophistiquées pour pratiquer la médecine qui combinaient le surnaturel avec le naturel, comme les remèdes à base de plantes et la chirurgie. Leurs écrits ont permis de transmettre leurs connaissances à travers les âges. Bien qu’elles n’aient pas toujours été exactes, certaines de leurs théories et pratiques n’étaient pas très différentes de celles utilisées aujourd’hui.

Sources

Ancient Egyptian medicine. (n.d.)

Ancient Egyptian medicine. (n.d.)

Barr, J. (2014, July). Vascular medicine and surgery in ancient Egypt. Journal of Vascular Surgery, 60(1), 260–263

Egyptian knowledge about the body and disease. (n.d.)

Mark, J. J. (2017, February 20). Egyptian medical treatments. Ancient History Encyclopedia

Mark, J. J. (2017, February 17). Egyptian medicine. Ancient History Encyclopedia

Thorpy, M. J. (2011). Sleep disorders part I: Ancient Egypt. Handbook of Clinical Neurology