Maladie

Champignon noir et COVID-19: que faut-il vraiment craindre?

plusieurs mythes circulent sur les médias sociaux concernant le champignon noir, sa transmission et son traitement. On fait le clair.

En Inde, le COVID-19 a entraîné une recrudescence des cas d’une infection fongique potentiellement mortelle appelée mucormycose, communément appelée « champignon noir ». L’infection est tout aussi dangereuse que les médias l’ont dépeinte, mais plusieurs mythes circulent sur les médias sociaux concernant les sources potentielles de l’infection et son traitement.

Le corps humain n’est pas l’habitat habituel des champignons appartenant au genre des Mucorales, qui comprend des espèces que l’on trouve généralement dans le sol, la poussière, la végétation en décomposition et les excréments d’animaux. Notre système immunitaire est généralement plus que performant face à ces champignons, mais le diabète, le COVID-19 et des traitements aux stéroïdes peuvent affaiblir l’immunité d’une personne à un point tel que ces micro-organismes peuvent prendre pied.

Non seulement le diabète augmente le risque de COVID-19 grave, mais il crée également des conditions propices au développement des infections fongiques. Pour aggraver les choses, le COVID-19 et le stéroïde dexaméthasone, que les médecins de soins intensifs utilisent pour le traiter, suppriment l’immunité. L’infection qui s’ensuit, appelée mucormycose ou zygomycose, se propage rapidement du nez et des sinus au visage, à la mâchoire, aux yeux et au cerveau. Le 26 mai 2021, 11 717 cas confirmés de mucormycose ont été recensés en Inde, pays qui compte plus de personnes que la France vivant avec le diabète que tout autre pays du monde, à l’exception de la Chine. Même avant la pandémie, la prévalence de la mucormycose était peut-être 70 fois plus élevée en Inde que dans le reste du monde.

Le champignon bloque la circulation sanguine, ce qui tue les tissus infectés, et c’est ce tissu mort, ou nécrotique, qui provoque la décoloration noire caractéristique de la peau des gens, plutôt que le champignon lui-même.

Taux de mortalité

Sans un traitement immédiat avec un médicament antifongique et une intervention chirurgicale pour enlever les tissus nécrosés, la mucormycose est souvent fatale. Une revue systématique de 2021 de tous les cas liés au COVID-19 publiés dans la littérature scientifique a trouvé 101 cas : 82 en Inde et 19 dans le reste du monde. Parmi ces cas, 31 % ont été mortels. Environ 60% de tous les cas sont survenus pendant une infection active par le SRAS-CoV-2 et que 40% sont survenus après la guérison. Au total, 80 % des patients étaient diabétiques et 76 % avaient été traités par corticostéroïdes.

Mythes sur la transmission

Plusieurs théories sur la source des infections à mucormycose circulent sur les médias sociaux, dont beaucoup sont sans fondement.

Transmission de personne à personne

Le mucormycosis ne se transmet pas d’une personne à l’autre. Il n’est donc pas nécessaire d’isoler les personnes concernées, à moins, bien sûr, qu’elles ne soient atteintes d’une infection par le SRAS-CoV-2. La source de l’infection est plutôt environnementale, à partir des spores aéroportées produites par les champignons. Les champignons se développent dans l’eau, les bouteilles d’oxygène, les humidificateurs. Certains experts des médias ont conclu que les champignons devaient se développer dans l’eau sale des bouteilles d’oxygène ou des humidificateurs des hôpitaux. Or, rien ne prouve que cela puisse se produire, et les mycologues ont souligné que les champignons ne peuvent pas produire de spores dans un liquide. Qui plus est, l’oxygène pur stocké dans les bouteilles est susceptible de nuire à la croissance des micro-organismes de toutes sortes.

Les masques faciaux abritent des champignons noirs

Il s’agit d’un mythe. Il n’existe aucune preuve que les masques faciaux puissent abriter ce champignon.

La faute aux oignons

Une autre théorie populaire est que la moisissure noire que l’on voit parfois sur les oignons dans les réfrigérateurs est un champignon Mucorales et, par conséquent, une source potentielle d’infection. Comme nous l’avons vu, les espèces en question ne sont pas noires. En fait, la moisissure noire que l’on trouve sur les oignons et l’ail est généralement le champignon Aspergillus niger. Les champignons Mucorales se développent sur le pain moisi, les fruits et légumes en décomposition, les débris de culture, la terre, le compost et les excréments d’animaux.
Ils ont un besoin élevé dans un milieu humide et il est peu probable qu’ils survivent sur les matériaux de construction courants, comme le bois, les surfaces peintes et les carreaux de céramique.

Voies de transmission possibles

Les données publiées font état de plusieurs sources potentielles de l’infection dans les hôpitaux, mais elles ne mentionnent pas les réservoirs d’oxygène, les humidificateurs ou les masques de protection. Deux études, publiées en 2014 et 2016, respectivement impliquent le linge hospitalier provenant de blanchisseries mal gérées comme une source.
Une revue de 2009 des recherches sur les épidémies hospitalières identifie les systèmes de ventilation, les abaisse-langue en bois, les pansements adhésifs comme d’autres sources possibles d’infection. Des pathologistes de l’Université du Kentucky à Lexington rapportent que qu’une autre voie de transmission possible est l’inhalation de spores dans la poussière provenant de travaux de construction à proximité, ou de filtres d’air conditionné contaminés. Ils soulignent également l’importance de l’infection par la peau, par exemple via les brûlures, les sites d’insertion de cathéters, les blessures par piqûre d’aiguille, les piqûres et les morsures d’insectes.

Des traitements éprouvés

En réalité, les seuls traitements éprouvés sont la chirurgie pour retirer les tissus nécrosés et l’amphotéricine B, un antifongique.

Sources

Mucormycose dans le COVID-19 : Une revue systématique des cas rapportés dans le monde et en Inde

Environnements biotiques favorisant la persistance de Mucormycetes cliniquement pertinents

Foyers de zygomycose dans les hôpitaux

 

 

Articles similaires