Ces 5 facteurs de stress et d’anxiété méconnus

Bien que le stress et l’anxiété soient deux choses différentes, leurs effets sur votre organisme sont très similaires. Si le stress survient souvent en réponse à un stimulus externe (comme une dispute avec votre conjoint), l’anxiété est généralement plutôt un état interne. De nombreux experts pensent que les troubles anxieux résultent d’une combinaison de facteurs innés (vos gènes) et de facteurs acquis (votre environnement).

En d’autres termes, les individus qui sont victimes d’abus, ou négligés au cours de leur enfance, ont un risque accru de développer un trouble anxieux, mais le fait qu’il se manifeste ou non dépend en partie de leur capacité innée à faire face aux situations stressantes, de leurs « ressources internes », de leur personnalité, et du soutien social dont ils bénéficient.

L’anxiété suscite la même réponse « combat, fuite ou immobilisation » que le stress, ce qui signifie qu’elle déclenche un flot d’hormones du stress, telles que l’adrénaline et le cortisol, qui vous aident à réagir en cas d’urgence. Il est normal de se sentir anxieux lors d’un évènement stressant, avant de prendre la parole en public par exemple, ou en anticipation d’un entretien d’embauche, mais l’anxiété disparait en principe une fois l’évènement passé.

Estes-vous programmé pour l’anxiété ?

Si vous ressentez de l’anxiété pendant suffisamment longtemps, votre cerveau peut finir par être « programmé » pour être dans cet état, à tel point que toute situation potentiellement indésirable déclenche une alarme biologique.

L’anxiété chronique peut vous pousser à être constamment aux aguets de menaces potentielles alors qu’il n’en existe pas. Pire encore, certaines personnes sont tellement habituées à se sentir anxieuses qu’elles ne réalisent pas qu’elles ont un problème et souffrent simplement en silence.

Une anxiété prolongée peut conduire à l’isolement social, à des symptômes physiques et à des problèmes de santé mentale associés, notamment à la dépression. Les facteurs importants, souvent négligés, qui contribue à l’anxiété. Si vous souffrez d’anxiété, veillez à traiter les facteurs de base qui sont souvent négligés dans les problèmes de santé mentale.

Plus précisément, veillez à ces 5 paramètres :

L’excès de sucre.

De nombreuses études ont établi la preuve d’un lien entre une alimentation riche en sucre et une mauvaise santé mentale. Une consommation importante de sucre et d’hydrates de carbone amidonnés entraîne une libération excessive d’insuline, qui peut elle-même entraîner une chute de la glycémie, ou hypoglycémie.

L’hypoglycémie, à son tour, entraîne une sécrétion excessive de glutamate par le cerveau, ce qui peut provoquer agitation, dépression, colère, anxiété, et crises de panique. Par ailleurs, le sucre attise l’inflammation dans l’organisme.

Un intestin perméable et un second cerveau qui fonctionne mal. Les matières toxiques présentes dans les intestins peuvent envahir tout votre corps, jusqu’au cerveau, dans lequel elles peuvent provoquer de nombreux symptômes psychiatriques, notamment anxiété et dépression.

Il est impératif de réduire l’inflammation intestinale pour traiter les problèmes de santé mentale, optimiser votre flore intestinale est donc une étape essentielle. L’intestin envoie davantage de signaux à votre cerveau que le cerveau ne lui en envoie. Il possède également plus de neurones et produit davantage de neurotransmetteurs que le cerveau. Vous devez donc optimiser la santé de vos intestins en éliminant le sucre de votre alimentation et en multipliant vos bonnes bactéries.

Veillez à consommer des légumes naturellement fermentés en quantité pour aider à équilibrer votre flore intestinale, et si vous ne les aimez pas, envisagez de prendre un supplément de probiotiques de bonne qualité.

La sédentarité.

La pratique d’une activité physique entraine la production de nouveaux neurones, producteurs de GABA, qui favorisent un état de calme naturel. L’activité physique stimule également vos taux de sérotonine, de dopamine et de norépinéphrine, ce qui aide à atténuer les effets du stress.

Passez autant de temps que possible debout, car des recherches ont établi de façon incontestable que la position assise prolongée a un impact désastreux sur la santé, même si vous faites régulièrement de l’exercice. Les mouvements intermittents pourraient être encore plus importants que la pratique d’une activité physique régulière, fixez-vous donc l’objectif de faire entre 7.000 et 10.000 pas par jour.

Les carences en acides gras omega-3 d’origine animale.

Votre alimentation doit comporter une bonne source d’oméga 3 d’origine animale. Les acides gras oméga-3 EPA et DHA jouent un rôle important dans la santé émotionnelle, et les carences sont liées à des troubles de l’humeur. La recherche a observé une importante diminution de l’anxiété, de 20 %, chez des étudiants en médecine qui prenaient des acides gras oméga-3.

Additifs alimentaires et pollution chimique

De nombreux additifs et colorants alimentaires sont soupçonnés affecter la santé mentale, et nombre d’entre eux ont été interdits en Europe. Parmi les coupables potentiels, on compte les colorants alimentaires bleu n° 1 et n° 2, vert n° 3, orange B, rouge n° 3 et n° 40, jaune n° 5 et n° 6 et le benzoate de sodium, un conservateur.

Les récentes recherches montrent également que le glyphosate, l’ingrédient actif de l’herbicide de Monsanto, le Roundup, utilisé en grandes quantités sur les cultures génétiquement modifiées, limite la capacité de votre corps à se détoxifier des composés chimiques étrangers. Résultat, les effets néfastes de ces toxines sont amplifiés, et risquent d’entrainer de nombreuses maladies, notamment des troubles du cerveau aux effets tant psychologiques que comportementaux.

Pollution électromagnétique

Limitez votre exposition aux rayonnements des micro-ondes hautes fréquences, aux téléphones cellulaires et mobiles, et à la pollution électromagnétique. Ceci est particulièrement important pour l’environnement de sommeil dans lequel ont lieu le repos et la réparation. Autres expositions toxiques.

Évitez autant que possible toutes les toxines connues, telles que le glutamate de sodium  et les édulcorants artificiels, notamment l’aspartame, le mercure des « plombages », ou amalgames dentaires, et le fluor dans l’eau du robinet, pour n’en nommer que quelques-unes.