Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Actualité

Ce régime alimentaire est plus efficace que les médicaments en cas de syndrome du côlon irritable

Selon une nouvelle étude, les interventions alimentaires peuvent être plus efficaces que les traitements médicaux pour réduire les symptômes du SCI

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble gastro-intestinal courant qui affecte environ une personne sur dix dans le monde. Selon une nouvelle étude, les interventions alimentaires peuvent être plus efficaces que les traitements médicaux pour réduire les symptômes du SCI. Bien que toutes les options aient montré des améliorations significatives des symptômes, les experts s’accordent à dire que des changements alimentaires durables sont essentiels pour gérer le SCI.

Le SCI et son impact mondial

Le syndrome du côlon irritable est une affection gastro-intestinale chronique qui touche environ 10% de la population mondiale, ce qui en fait l’un des troubles les plus courants liés aux interactions intestin-cerveau. Les personnes atteintes de SCI peuvent présenter divers symptômes, notamment des douleurs abdominales, des ballonnements, des troubles des selles et une altération de la qualité de vie.

Une étude récente menée à l’hôpital universitaire Sahlgrenska de Göteborg, en Suède, a comparé l’efficacité de deux traitements alimentaires et d’un traitement médicamenteux chez des adultes atteints de symptômes modérés à graves du SCI. Les résultats de cette étude ont montré que les interventions alimentaires étaient plus efficaces que les médicaments pour réduire la gravité des symptômes du SCI.

Les interventions alimentaires contre les traitements médicaux

Dans cette étude, les chercheurs ont assigné au hasard 294 participants à l’un des trois groupes de traitement : un régime pauvre en FODMAP (oligosaccharides fermentescibles, disaccharides, monosaccharides et polyols) associé aux conseils diététiques traditionnels du SCI, un régime riche en fibres et pauvre en glucides, ou un traitement médicamenteux adapté aux symptômes spécifiques du SCI de chaque participant.
Après 4 semaines, les deux régimes alimentaires et l’intervention médicamenteuse ont réduit de manière significative la gravité des symptômes, les régimes alimentaires étant plus efficaces que l’option médicale. Le régime pauvre en FODMAP associé aux conseils diététiques traditionnels du SCI a été le plus efficace.

Un régime pauvre en FODMAP consiste à consommer des aliments pauvres en oligosaccharides fermentescibles, disaccharides, monosaccharides et polyols. Ce type de régime est souvent associé à une meilleure santé gastro-intestinale. Dans cette étude, 6 mois après que les groupes alimentaires aient partiellement repris des habitudes alimentaires normales, la majorité des participants ont signalé une amélioration cliniquement significative des symptômes.

Avantages du régime pauvre en FODMAP et du régime riche en fibres et pauvre en glucides

Les recommandations diététiques traditionnelles données dans cette étude comprenaient la consommation de repas et de collations réguliers, le fait de s’asseoir pendant les repas, de bien mâcher les aliments et de limiter les déclencheurs courants des symptômes du SCI tels que le café, les boissons gazeuses, l’alcool, les aliments gras et épicés.

Ces recommandations ont été associées à la consommation d’aliments pauvres en FODMAP, tels que le riz, les pommes de terre, le quinoa, le pain sans gluten, les légumes et les fruits, ainsi que des produits laitiers pauvres en matières grasses et sans lactose, du poisson et des fruits de mer, et des protéines végétales.
Ce régime alimentaire combiné a donné de meilleurs résultats pour la gestion du SCI dans cette étude. Les experts expliquent que le régime pauvre en FODMAP réduit les glucides fermentescibles qui causent des gaz, des ballonnements et des inconforts dans le SCI, tout en diminuant les aliments qui attirent l’eau dans les intestins, améliorant ainsi la consistance des selles.

Un régime riche en fibres et pauvre en glucides, contrairement aux régimes riches en glucides raffinés et en sucres ajoutés, peut aider à favoriser un équilibre plus sain des bactéries intestinales, ce qui pourrait avoir un impact positif sur les symptômes du SCI.

L’importance des changements alimentaires dans le traitement du SCI

Cette étude est la première à tester un régime combiné pauvre en FODMAP et conseils diététiques traditionnels du SCI, à évaluer l’efficacité d’un régime riche en fibres et pauvre en glucides pour le SCI, et à comparer ces approches alimentaires aux traitements médicaux standard.

Les trois interventions de l’étude ont montré des améliorations de la qualité de vie, des symptômes d’anxiété et de dépression, ainsi que des symptômes somatiques non gastro-intestinaux tels que la faiblesse, la fatigue et les étourdissements.

Bien que tous les participants de cette étude aient bénéficié de ces interventions, il est important de noter que cette étude avait une durée limitée et que les participants étaient sous observation pendant les traitements, ce qui peut avoir influencé leurs résultats.

Des recherches récentes corroborent néanmoins les conclusions de cette étude, indiquant que les régimes pauvres en FODMAP et les régimes traditionnels du SCI sont plus efficaces que d’autres interventions alimentaires pour soulager les symptômes du SCI.

Les experts soulignent que les interventions alimentaires peuvent offrir des avantages à long terme par rapport aux médicaments en tant que traitement de première intention du SCI. Cela inclut une meilleure compréhension de la nutrition chez les patients et une aide pour éliminer les obstacles à une alimentation saine tout au long de la vie, ainsi que la possibilité d’aider les patients à identifier les aliments spécifiques qui causent des troubles gastro-intestinaux.

L’approche alimentaire personnalisée est essentielle pour optimiser la gestion des symptômes du SCI. En identifiant et en évitant uniquement les aliments qui aggravent les symptômes, les patients peuvent adopter un régime équilibré, réduire le risque de carences nutritionnelles et maintenir une microbiome intestinal plus sain, contribuant ainsi à une meilleure qualité de vie.

Il est fortement recommandé de travailler avec un diététicien agréé pour une approche personnalisée afin de s’assurer d’un régime alimentaire nutritionnellement adéquat, varié et aussi peu restrictif que possible, facilitant ainsi le maintien à long terme et le bien-être.

En fin de compte, les experts soulignent la nécessité de mener davantage de recherches sur les effets des interventions alimentaires sur l’état nutritionnel et le microbiome intestinal pour améliorer les stratégies de gestion du SCI. En intégrant des changements alimentaires durables dans le traitement du SCI, il est possible d’améliorer considérablement la qualité de vie des personnes atteintes de ce trouble gastro-intestinal courant.

 

 

4/5 - (4 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi