Ce qui vous arrive quand vous ne dormez pas pendant 24h, 36h, 48h, 72H

Voici ce qui arrive à votre corps lorsque vous ne dormez pas pendant 1 jour, 36 heures, 2 jours, 3 jours.

Des sessions d’étude qui durent toute la nuit, des affaires importantes, un nouveau bébé, la plupart des gens vont connaître un jour ou l’autre un manque de sommeil. Si le manque occasionnel de sommeil ne semble pas être un problème majeur, l’impact du manque de sommeil peut être intense et ses effets peuvent persister.

Un mauvais sommeil chronique nous expose à un risque accru de maladies graves, telles que l’obésité, les maladies cardiaques et le diabète. Pendant le sommeil, notre corps sécrète des hormones qui aident à contrôler l’appétit, le métabolisme et le traitement du glucose. Un mauvais sommeil peut entraîner une augmentation de la production de cortisol par l’organisme, également connu sous le nom d’hormone du stress. De plus, lésiner sur le sommeil semble déséquilibrer les autres hormones du corps.

Une quantité moindre d’insuline est libérée après avoir mangé, ce qui, avec l’augmentation du cortisol, peut entraîner un excès de glucose dans la circulation sanguine et donc un risque accru de diabète de type 2.

De combien de temps avons-nous besoin pour dormir ?

Tout le monde est différent, mais en moyenne les adultes devraient dormir entre 7 et 9 heures chaque nuit. Et contrairement à la croyance populaire, dormir une heure ou deux de plus le week-end ne peut pas compenser le sommeil perdu au cours d’une semaine chargée. Cela pourrait également perturber votre horloge biologique interne et entraîner une insomnie le dimanche soir. Le meilleur moyen de réguler l’horloge biologique est de respecter un horaire de sommeil régulier.

Bien qu’une nuit blanche (ou plus longue) puisse sembler être un exploit qui mérite d’être célébré, voici un aperçu de ce que vous faites subir à votre corps.

A 24 heures : Troubles de la coordination, de la mémoire et du jugement

Les conséquences de la privation de sommeil à 24 heures sont comparables à la déficience cognitive d’une personne ayant un taux d’alcoolémie de 0,10 %, selon une étude publiée dans l’International Journal of Occupational Medicine and Environmental Health.) Le jugement est affecté, la mémoire est altérée. Il y a une détérioration de la prise de décision et une baisse de la coordination œil-main. Vous êtes plus émotif, l’attention est diminuée, l’audition est altérée, et il y a une augmentation de votre risque de décès suite à un accident mortel.

A 36 heures : La santé physique commence à être affectée négativement

Votre santé commence maintenant à être menacée. Des niveaux élevés de marqueurs inflammatoires sont présents dans la circulation sanguine. Ce qui favorise des maladies cardiovasculaires et de l’hypertension artérielle. De plus, les hormones sont affectées, vos émotions peuvent être en ébullition.

A 48 heures : Microsommeil et désorientation

Après deux jours sans sommeil, le corps commence à compenser en s’arrêtant pour des micro-sommeils. Ce sont des épisodes qui durent d’une demi-seconde à une demi-minute et qui sont généralement suivis d’une période de désorientation. La personne qui connaît un micro-sommeil s’endort quelle que soit l’activité à laquelle elle participe. Les micro-sommeils sont similaires aux trous de mémoire. La personne qui en fait l’expérience n’est pas consciente qu’ils se produisent.

A 72 heures : Déficits cognitifs majeurs et hallucinations

Il faut s’attendre à des déficits importants de concentration, de motivation, de perception. De même que d’autres processus mentaux supérieurs après de nombreuses heures d’insomnie.  Même de simples conversations peuvent être une corvée. C’est alors que l’esprit est mûr pour les hallucinations.

Privation involontaire de sommeil : Causes et symptômes

Tous les cas de privation de sommeil ne sont pas volontaires. L’insomnie, l’apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, les terreurs nocturnes, le somnambulisme et d’autres problèmes peuvent affecter le sommeil. Consultez un spécialiste du sommeil si vous souffrez de l’un des problèmes suivants:

– Somnolence diurne excessive
– Ronflement, halètement ou étouffement pendant le sommeil
– Une sensation d’agitation ou des secousses dans les jambes pendant la nuit
– Capacité réduite à effectuer des activités régulières de jour
– Lutter pour rester éveillé lorsqu’on est inactif. Que ce soit à un feu de circulation, en regardant la télévision ou en lisant
– Besoin de boissons caféinées ou de sucre tout au long de la journée pour rester éveillé
– Se sentir fatigué ou s’endormir en conduisant
– Besoin d’aides au sommeil sur une base régulière