Cancer: éviter 70% des cancers avec un mode de vie sain

1461

Selon une étude récente, la majeure partie des mutations responsables du développement des cancers se produisent spontanément, par simple malchance, tout au long de notre vie. En revanche, ce qui va favoriser le développement d’un cancer ou son inhibition est directement lié à notre mode de vie.

Il est maintenant établi que le cancer est le résultat d’une accumulation de mutations dans certains gènes clés qui entraînent une prolifération incontrôlée des cellules. Ces mutations sont causées par trois grands facteurs:

– Les erreurs aléatoires de copie qui surviennent lors de la division des cellules. À chaque division, quelque 3 milliards de lettres de l’ADN présentes dans chaque cellule doivent être répliquées et le corps produit des milliards de nouvelles cellules toutes les heures, ce qui engendre beaucoup d’erreurs.

– Les facteurs environnementaux. Des substances comme la fumée de cigarette, l’alcool ou les rayons UV causent des dommages à l’ADN. Ces agresseurs toxiques sont responsables de la plupart des cancers du poumon, des voies digestives supérieures, du foie et de la peau.

– L’hérédité. Certains gènes défectueux, contenant des mutations, sont transmis par les parents et sont donc déjà présents à la naissance. On estime que ces mutations transmises de façon héréditaire sont responsables d’environ 5 à 10 % de tous les cancers.

L’origine du cancer est du au hasard

Les travaux du groupe du Dr Bert Vogelstein (Johns Hopkins University School of Medicine) indiquent que c’est la première catégorie, les erreurs de copie, produites spontanément et par simple hasard, qui sont les principales sources de mutations cancéreuses. Ils ont montré qu’il existe une forte corrélation entre le nombre total de divisions des cellules souches dans un organe et le risque d’émergence d’un cancer, ce qui explique pourquoi un organe où les cellules se divisent fréquemment, le côlon, par exemple, est plus souvent touché par le cancer qu’un organe comme le cerveau, où la fréquence de cette division est beaucoup moins élevée.

Dans un article récent, les mêmes auteurs ont élargi leurs observations à 17 types de cancers touchant les habitants de 69 pays différents et arrivent à une conclusion similaire, c’est-à-dire que les deux tiers des mutations présentes dans la plupart des cellules cancéreuses seraient dus au simple hasard. Le principal facteur de risque de cancer n’est donc pas l’hérédité, comme beaucoup le pensent à tort, mais bel et bien l’apparition de mutations causées par des erreurs qui se produisent spontanément, par simple malchance, lors du renouvellement des cellules.

Le cancer se développe.. ou pas

Ces mutations spontanées ont le potentiel de devenir cancéreuses, mais, dans la plupart des cas, elles ne parviennent jamais à évoluer suffisamment pour former un cancer cliniquement détectable. Par exemple, 50 % des femmes dans la quarantaine présentent des lésions précancéreuses aux seins, alors que l’incidence de ce cancer est de 15 %. Autrement dit, l’apparition de cellules cancéreuses est en grande partie due à la malchance, mais il y a clairement d’autres facteurs extérieurs qui influent sur le développement de ces cellules anormales en tumeurs agressives.

Le mode de vie stimule ou stop la prolifération du cancer

Plusieurs observations indiquent que le mode de vie joue un rôle déterminant dans la progression de ces tumeurs microscopiques en cancers matures. Les variations internationales dans l’incidence de certains cancers en sont probablement la meilleure illustration: le cancer du sein est jusqu’à 20 fois plus commun en Amérique qu’en Asie, par exemple, tandis que les Occidentaux sont 10 fois plus touchés par le cancer de la prostate que les Japonais.

Dans ce dernier cas, la différence est d’autant plus impressionnante que les Japonais ont une incidence de microtumeurs à la prostate similaire à celles des Occidentaux, ce qui indique que des facteurs additionnels, liés à leur mode de vie, parviennent à empêcher le développement de ces tumeurs microscopiques en cancer mature. Comme la plupart de ces mutations sont acquises dans l’explosion des divisions cellulaires de l’enfance, associée au développement du corps adulte, et que plus de 90 % des cancers se déclarent après 50 ans, ces mutations nécessitent donc des décennies pour pouvoir atteindre un seuil d’expression clinique. Dans la plupart des cas, on peut donc prévenir le développement de ces microtumeurs en cancer mature.

Prévenir 70% des cancers avec un mode de vie sain

Les études de population montrent clairement que l’incidence élevée des principaux cancers qui touchent notre société (poumon, côlon, sein, prostate) est en majeure partie causée par le mode de vie occidental et qu’on peut prévenir à environ 70 % ces cancers en adoptant de saines habitudes de vie: absence de tabagisme, consommation limitée d’alcool, alimentation riche en végétaux et Omega-3, pauvre en sucre, maintien d’un poids corporel normal et activité physique régulière.

Source

Tomasetti C et Vogelstein B. Variation in cancer risk among tissues can be explained by the number of stem cell divisions. Science, 2015; 347: 78-81.

Tomasetti C et coll. Stem cell divisions, somatic mutations, cancer etiology, and cancer prevention. Science, 2017; 355:1330-1334.

Wu S et coll. Substantial contribution of extrinsic risk factors to cancer development. Nature, 2016; 529: 43-7.

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here