5 signes précoces de cancer du poumon à reconnaitre

Alors que le cancer du poumon touche généralement les fumeurs de longue date, le nombre de personnes n’ayant jamais fumé et chez qui on diagnostique un cancer du poumon est en augmentation. De plus, le cancer du poumon semble augmenter chez les jeunes de trente et quarante ans qui n’ont jamais fumé un seul jour de leur vie. Les experts tentent encore de comprendre exactement pourquoi. Mais les causes potentielles pourraient être les niveaux élevés de radon dans les maisons (qui peuvent passer facilement inaperçus), l’exposition à la fumée secondaire et les antécédents familiaux.

Par ailleurs, une forte pollution de l’air, ainsi que des substances cancérigènes comme l’amiante, peuvent également être à blâmer.

Le dépistage n’est pas une option mais une nécessité

Malheureusement, il n’y a pas de moyen facile d’identifier la maladie chez les non-fumeurs. Les médecins peuvent dépister le cancer du poumon à l’aide d’une tomographie à faible dose. Mais le dépistage est réservé aux personnes dont on sait qu’elles sont à haut risque. Actuellement, la population la plus concernée par le dépistage du cancer du poumon est âgées de 55 à 80 ans et a fumé ou arrêté de fumer au cours des 15 dernières années. Sans dépistage, il est difficile d’identifier un cancer du poumon à un stade précoce. Au moment où la plupart des gens présentent des symptômes suffisamment inquiétants pour justifier un appel à leur médecin, le cancer peut être avancé.

Repérer les premiers symptômes du cancer du poumon

Étant donné l’augmentation du nombre de cancers du poumon chez les personnes qui ne semblent pas présenter de facteurs de risque pour la maladie, il est important de prêter attention aux symptômes inquiétants et de les signaler au médecin.

Voici quelques signes avant-coureurs auxquels il faut être attentif.

1 L’essoufflement

Mais c’est aussi un symptôme du cancer du poumon. Si vous êtes une personne active qui ne peut plus monter quelques étages sans s’arrêter pour souffler, c’est un symptôme inhabituel et inquiétant.

2 Une toux chronique

Attraper un rhume ou la grippe  est courant, surtout en hiver. Et la toux peut durer plus longtemps que prévu (en moyenne 18 jours). Une toux sèche, persistante et tenace qui dure depuis quatre à six semaines ou plus peut cependant indiquer que vous avez besoin d’une radiographie pour vérifier l’état de vos poumons.

3 Cracher du sang

Ce n’est jamais normal, et cela nécessite une évaluation urgente. Les causes peuvent aller du cancer du poumon à la bronchite, ou à une infection virale ou bactérienne.

4-5 Perte de poids, fièvre, sueurs nocturnes

La perte de poids (sans régime), les fièvres non liées à une maladie ou les sueurs nocturnes abondantes sont autant de symptômes qui inciteront votre médecin à vous évaluer pour un cancer caché.

Pas de mystère, le tabagisme est la principale cause de cancer du poumon, suivi par l’exposition au radon. Le cancer du poumon implique la croissance incontrôlée de cellules anormales dans la paroi des bronches (tubes qui font entrer et sortir l’air des poumons) et d’autres parties des poumons. Les chercheurs ont identifié des substances nocives (cancérigènes) qui peuvent endommager les cellules et entraîner un cancer du poumon. Les gènes peuvent également jouer un rôle. Connaître les causes du cancer du poumon peut vous aider à prendre les mesures appropriées pour minimiser les facteurs de risque et reconnaître les symptômes.

Le tabagisme est le facteur de risque numéro un du cancer du poumon. Il contribue à 80 % des décès par cancer du poumon chez les femmes et à 90 % des décès par cancer du poumon chez les hommes. Le fait de fumer le cigare et la pipe est presque aussi susceptible de provoquer un cancer que le fait de fumer la cigarette.
Bien que la fumée de tabac soit la principale cause du cancer du poumon, tous les fumeurs ne développent pas la maladie. La fumée secondaire, c’est-à-dire la fumée inhalée de la cigarette, du cigare ou de la pipe d’une autre personne, peut également entraîner un cancer du poumon.

L’exposition au radon, un gaz naturel et invisible qui peut être piégé dans les bâtiments, est la deuxième cause principale de cancer du poumon. Environ 10 % de tous les cas de cancer du poumon sont causés par le radon, ce qui entraîne environ 21 000 décès par cancer du poumon chaque année.

L’amiante est un matériau utilisé pour l’isolation dans la construction. Lorsque des fibres d’amiante se détachent, elles peuvent devenir en suspension dans l’air et dangereuses à inhaler, provoquant des cicatrices et des inflammations dans les poumons à mesure qu’elles s’accumulent. L’exposition à l’amiante accroît le risque de cancer du poumon et de mésothéliome, un type de cancer rare qui se développe dans la plèvre, la membrane qui entoure les poumons. De nombreuses études ont montré que la combinaison du tabagisme et de l’exposition à l’amiante est particulièrement dangereuse.

La pollution particulaire (mélange de minuscules particules solides et liquides dans l’air) peut provoquer le cancer du poumon. Entre 1 % et 2 % des cas de cancer du poumon sont causés par la pollution de l’air extérieur. Les coupables courants de la pollution atmosphérique sont les gaz d’échappement des camions diesel, les centrales électriques au charbon et la fumée de bois.

Les autres causes potentielles du cancer du poumon sont les suivantes

La radiothérapie de la zone thoracique en tant que traitement de certains cancers peut provoquer un cancer du poumon.

Les chercheurs cherchent à savoir si certains aliments ou suppléments peuvent contribuer au cancer du poumon. Par exemple, des études ont montré que les fumeurs qui prennent des suppléments de bêta-carotène sont plus susceptibles de développer un cancer du poumon.

L’exposition à plusieurs autres substances a été liée au développement du cancer du poumon. Parmi celles-ci, citons l’arsenic (dans l’eau potable), le chrome et le nickel.

Toutefois, une étude suédoise qui a suivi près de 50 000 hommes sur une période de 40 ans a révélé un lien entre la consommation de marijuana et le cancer du poumon. Les gros fumeurs de marijuana, ceux qui ont déclaré avoir fumé plus de 50 fois dans leur vie , étaient deux fois plus susceptibles de contracter un cancer du poumon que ceux qui ne fumaient pas de marijuana.

Mutations génétiques héréditaires

Certaines personnes héritent de certaines mutations génétiques, ou modifications de leur ADN , qui peuvent augmenter leur risque de développer un cancer.
Ces modifications génétiques ne sont pas à elles seules à l’origine de nombreux cas de cancer du poumon, mais elles jouent un rôle dans certains cas. Par exemple, les personnes qui héritent de certaines mutations sur le chromosome 6 sont plus susceptibles de développer un cancer du poumon, même si elles ne fument pas. En outre, certaines personnes héritent d’enzymes de réparation de l’ADN défectueuses qui les rendent plus sensibles aux produits chimiques cancérigènes. Les médecins travaillent à la mise au point de tests spécifiques permettant d’identifier les personnes qui présentent ces anomalies génétiques.

Mutations génétiques acquises

Le plus souvent, les mutations génétiques qui ont un impact sur le cancer du poumon sont « acquises », plutôt qu’héritées. Cela signifie que le défaut se développe au cours de votre vie. Ces mutations acquises se produisent souvent en raison d’une exposition à des substances cancérigènes, comme la fumée de tabac. Mais certaines mutations génétiques se produisent sans cause connue et peuvent être simplement des événements aléatoires. Tout le monde développe des mutations dans les cellules au cours de sa vie, mais les expositions toxiques provoquent un plus grand nombre de ces mutations, ce qui augmente le risque d’acquérir une mutation entraînant un cancer.
Les mutations génétiques peuvent également rendre certains cancers du poumon plus agressifs.

Cancer du poumon chez les hommes et les femmes

Historiquement, les taux de cancer du poumon ont toujours été plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Mais une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en mai 2018 a révélé que les taux de cancer du poumon sont désormais plus élevés chez les femmes que chez les hommes parmi les personnes nées depuis 1965.
Par exemple, les taux de cancer du poumon chez les femmes blanches âgées de 40 à 44 ans sont passés de 12 % de moins que les hommes pendant la période 1995-1999 à 17 % de plus pendant la période 2010-2014.

Sources

https://academic.oup.com/jnci/article/109/7/djw295/2962336
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6462682/

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -