Cancer du colorectal: les symptômes à ne pas manquer, la prévention à appliquer

La cancer colorectal peut être identifié grâce à des symptômes et être prévenu avec un style de vie sain.

Le cancer du côlon, qui touche le gros intestin, est l’un des cancers les plus fréquents. Les médecins le regroupent généralement avec le cancer du rectum dans une catégorie appelée cancer colorectal. Le cancer colorectal est au troisième rang chez l’homme et au deuxième chez la femme. Il représente la deuxième cause de décès par cancer chez l’homme et le troisième chez la femme.

Le côlon et le rectum font partie de l’appareil digestif. Le côlon mesure environ 1,5 m de long et représente la majeure partie du gros intestin. Le rectum constitue la toute dernière!re partie du gros intestin et est considéré comme le passage entre le côlon et l’anus. Le cancer colorectal survient lorsque des cellules anormales dans le côlon ou le rectum se développent de manière incontrôlée, évinçant les cellules saines.

Plus de 96 % des cancers du côlon et du rectum sont des adénocarcinomes.Les adénocarcinomes sont des cancers qui débutent dans les cellules glandulaires (sécrétoires), présentes dans les tissus qui tapissent certains organes internes. Les cellules glandulaires produisent un mucus qui lubrifie le côlon et le rectum.

Les cancers du côlon et du rectum commencent généralement par des excroissances anormales, appelées polypes colorectaux, dans la paroi du côlon ou du rectum. De nombreuses personnes présentant des polypes ne développent pas de cancer. Les personnes présentant un gros polype (plus d’un centimètre), des polypes multiples ou un polype avec dysplasie (cellules anormales mais pas encore cancéreuses) sont les plus à risque.

L’importance des dépistages du cancer du côlon

Passer régulièrement des tests de dépistage est essentiel pour prévenir le cancer colorectal. Ces tests permettent aux médecins de rechercher ce cancer dans la population générale, en évaluant des personnes qui ne présentent aucun symptôme de la maladie. Les dépistages peuvent aider les médecins à détecter et à retirer les polypes colorectaux avant qu’ils ne deviennent cancéreux. Il faut 10 à 15 ans pour que de nouveaux polypes se transforment en cancer.

Les dépistages peuvent également détecter le cancer du côlon et le cancer du rectum à un stade précoce, lorsque ces maladies sont le plus faciles à traiter. Si le cancer colorectal est détecté au stade local, avant qu’il ne se propage au-delà du côlon ou du rectum, le taux de survie à cinq ans est d’environ 90 %. Malheureusement, seul un peu plus d’un tiers de tous les cancers du côlon et du rectum sont détectés à ce stade précoce, en grande partie à cause d’un dépistage inadéquat.

Quels sont les signes avant-coureurs du cancer colorectal ?

La présence de sang dans les selles, un changement des habitudes intestinales marqué par la constipation ou la diarrhée, la fatigue, la faiblesse, les douleurs abdominales, les ballonnements et la perte de poids font partie des signes précurseurs du cancer colorectal.

Combien de temps faut-il pour que le cancer colorectal se développe ?

La plupart des cas de cancer colorectal commencent par un polype, et il peut s’écouler jusqu’à 10 ou 15 ans avant que celui-ci ne devienne cancéreux. C’est pourquoi un dépistage régulier visant à identifier et à retirer les polypes est le meilleur moyen de prévenir le cancer du côlon.

Le cancer du côlon, le cancer du rectum et le cancer colorectal sont-ils tous identiques ?

Le cancer du côlon commence dans le côlon et le cancer du rectum commence dans le rectum, mais les deux zones font partie du système digestif. Pour cette raison, les cancers qui surviennent dans l’une ou l’autre de ces zones sont parfois appelés cancer colorectal.

Peut-on mourir d’un cancer colorectal ?

Oui. Les chances de survie sont plus élevées pour les cancers colorectaux détectés à un stade précoce. Par exemple, un cancer colorectal localisé qui ne s’est pas propagé en dehors du côlon ou du rectum a un taux de survie à cinq ans de 90 %, tandis que les cancers qui se sont propagés à des organes proches ou éloignés ont des taux de survie à cinq ans de 75 % et 14 %, respectivement.

Quel est le premier endroit où le cancer colorectal se propage ?

En général, le cancer du côlon se propage d’abord au foie, mais il peut se propager à d’autres parties du corps, notamment aux poumons et au cerveau.

Causes et facteurs de risque du cancer du côlon et du rectum

Quelles sont les causes du cancer du côlon et du cancer du rectum ? Les chercheurs tentent toujours de répondre complètement à cette question.

Ils savent toutefois qu’un petit nombre de personnes développent un cancer colorectal en raison de mutations génétiques rares transmises dans leur famille. Pourtant, pour la grande majorité des patients, le cancer colorectal reflète une interaction complexe entre la génétique et les expériences vécues. Un très petit nombre de cancers colorectaux sont probablement causés par des mutations héritées des parents. La plupart des mutations génétiques sont acquises, c’est-à-dire qu’elles surviennent au cours de la vie. Dans certains cas, une mutation du gène APC, qui contrôle normalement la croissance cellulaire, peut jouer un rôle.

Les médecins ont identifié un certain nombre de facteurs liés au risque de cancer du côlon et au risque de cancer du rectum qui augmentent les chances d’une personne de développer la maladie. Le poids, le niveau d’activité physique et le régime alimentaire semblent avoir un lien plus fort avec ces cancers qu’avec tout autre type de cancer.

Les facteurs de risque qu’une personne peut modifier

– L’obésité ou l’excès de poids, en particulier au niveau du ventre.

– Un mode de vie physiquement inactif

– Un régime alimentaire comprenant beaucoup de viande rouge (bœuf et agneau) et de viande transformée (certaines viandes froides et hot dogs)

– Le tabagisme

– Une forte consommation d’alcool

Les facteurs de risque qui échappent au contrôle

– L’âge (bien que les individus puissent développer un cancer colorectal à tout âge, les personnes de plus de 50 ans sont les plus à risque).

– Des antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal ou de polypes

–  Antécédents personnels de maladie intestinale inflammatoire, comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.

– Syndromes génétiques héréditaires rares, tels que le syndrome de Lynch

 

Prévention du cancer du côlon et du rectum

La meilleure façon de prévenir le cancer colorectal est de l’arrêter avant qu’il ne se déclare. Tout d’abord : Ne fumez pas. Bien que les gens associent la cigarette au cancer du poumon, ils sont moins conscients de son lien étroit avec le cancer colorectal.

Parmi les autres moyens de prévenir le cancer du côlon et le cancer du rectum, citons le maintien d’un poids sain, la pratique régulière d’un exercice physique, l’absence de consommation modérée ou importante d’alcool et un régime alimentaire sain limitant les viandes rouges et transformées. Le respect du calendrier recommandé pour les tests de dépistage, tels que les coloscopies, peut également aider les médecins à trouver et à éliminer des excroissances potentiellement précancéreuses appelées polypes. L’élimination des polypes détectés par le dépistage est l’une des raisons pour lesquelles le taux de mortalité lié au cancer colorectal a diminué au cours des dernières décennies.

Signes et symptômes du cancer du côlon

Le cancer colorectal peut être difficile à détecter à un stade précoce, car il peut ne provoquer de symptômes qu’à un stade plus avancé. Lorsque les symptômes se manifestent, il est facile de les mettre sur le compte d’une autre cause, les hémorroïdes, par exemple, ou le syndrome du côlon irritable.
En cas de doute, la meilleure décision est de consulter un médecin dès que possible.

Les symptômes les plus courants sont les suivants :

– Un changement des habitudes intestinales, comme la diarrhée, la constipation ou le rétrécissement des selles, qui dure plus de quelques jours.

– Une sensation de besoin d’aller à la selle qui n’est pas soulagée par la défécation

– Saignement rectal avec du sang rouge vif

– Présence de sang dans les selles, qui peut leur donner un aspect foncé

– Crampes ou douleurs abdominales

– Faiblesse ou fatigue

– Perte de poids inexpliquée

Stades du cancer du côlon et du rectum : Ce qu’ils peuvent vous apprendre

La stadification du cancer colorectal, c’est-à-dire la description de l’étendue de la maladie, aide les médecins à prendre des décisions de traitement et à prévoir les résultats. Pour le cancer du côlon et le cancer du rectum, les médecins examinent les examens d’imagerie tels que les tomodensitométries (CT) et d’autres tests pour déterminer si le cancer est limité à la paroi interne du côlon ou du rectum. S’il s’est développé dans la paroi du côlon ou du rectum, s’il s’est propagé aux ganglions lymphatiques voisins ou s’il a formé des métastases dans d’autres organes ou sites du corps. Les médecins quantifient toutes ces informations pour déterminer un stade allant de 0 à 4. En général, plus le stade est bas, moins la maladie est avancée, et meilleur est le pronostic.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -