Cancer du côlon: symptômes, causes, traitements et prévention

Voici comment reconnaître et traiter le cancer du côlon, pourquoi il se développe et comment le prévenir.

Le cancer du côlon se développe lorsque des excroissances tumorales se forment dans le gros intestin. Le côlon, ou gros intestin, est l’endroit où l’organisme extrait l’eau et le sel des déchets solides. Les déchets passent ensuite par le rectum et sortent du corps par l’anus. Le cancer du rectum prend naissance dans le rectum, les derniers centimètres du gros intestin, les plus proches de l’anus. Dans cet article, nous examinons comment reconnaître et traiter le cancer du côlon, pourquoi il se développe et comment le prévenir.

Symptômes et signes du cancer du côlon

Les symptômes et les signes peuvent inclure un ou plusieurs des éléments suivants :

  • – diarrhée ou constipation
  • – des changements dans la consistance des selles, comme des selles molles et étroites
  • – présence de sang dans les selles, qui peut donner aux selles une apparence brun foncé ou noire
  • – saignement rouge vif du rectum
  • – des douleurs abdominales, des crampes, des ballonnements ou des gaz
  • – envie continuelle de déféquer malgré l’émission de selles
  • – faiblesse et fatigue
  • – perte de poids inexpliquée
  • – syndrome du côlon irritable
  • – anémie ferriprive

La perte de poids et les douleurs abdominales surviennent généralement dans les derniers stades de la maladie. Si le cancer se propage à un nouvel endroit du corps, comme le foie, il peut provoquer des symptômes supplémentaires, comme la jaunisse.

Symptômes précoces

Le cancer du côlon ne provoque souvent aucun symptôme dans les premiers stades, mais les symptômes peuvent devenir plus perceptibles à mesure que la maladie progresse. Si les personnes présentent des symptômes aux premiers stades, il peut s’agir des éléments suivants :

  • – du sang dans les selles
  • – un changement dans la fréquence ou le type de selles, comme la diarrhée, la constipation ou des selles étroites et en forme de ruban
  • – la sensation de ne pas pouvoir vider les intestins après une selle
  • – des douleurs abdominales, des crampes ou des ballonnements
  • – des nausées et des vomissements
  • – anémie, due à des saignements intestinaux
  • – une perte d’appétit
  • – fatigue et faiblesse
  • – perte de poids inexpliquée

Symptômes chez l’homme

Les symptômes du cancer du côlon sont généralement les mêmes chez les hommes et les femmes. Les hommes peuvent remarquer les symptômes énumérés ci-dessus.

Symptômes chez les femmes

Les femmes peuvent présenter les mêmes symptômes que ceux énumérés ci-dessus. En outre, si les personnes qui ont leurs règles souffrent d’anémie due au cancer du côlon, elles peuvent avoir des cycles menstruels irréguliers.

Stades de la maladie

Il existe différentes façons d’attribuer un stade au cancer. Les stades indiquent l’étendue de la propagation du cancer et la taille des tumeurs.

Dans le cas du cancer du côlon, les stades se développent comme suitSource fiable :

Stade 0 : Également appelé carcinome in situ, le cancer est à ce stade très précoce. Il n’a pas dépassé la couche interne du côlon et est généralement facile à traiter.

Stade 1 : le cancer a atteint la couche de tissu suivante.

Stade 2 : le cancer a atteint les couches externes du côlon mais ne s’est pas propagé au-delà du côlon.

Stade 3 : Le cancer a traversé les couches externes du côlon et atteint un à trois ganglions lymphatiques. Il ne s’est pas propagé à des sites distants.

Stade 4 : le cancer a atteint d’autres tissus au-delà de la paroi du côlon. À mesure que le stade 4 progresse, le cancer du côlon atteint des parties éloignées du corps.

Pour en savoir plus sur les perspectives du cancer du côlon de stade 4, cliquez ici.

Causes et facteur de risque du cancer du côlon

Habituellement, les cellules suivent un processus ordonné de croissance, de division et de mort. Un cancer peut se développer lorsque les cellules se développent et se divisent de manière incontrôlée et ne meurent pas au moment normal de leur cycle de vie. Les chercheurs ne sont pas certains de la cause exacte du cancer du côlon, mais certains facteurs peuvent augmenter le risque.

Le cancer survient à la suite de modifications de l’ADN dans les cellules. Certains gènes appelés oncogènes aident les cellules à rester en vie, à croître et à se diviser. Les gènes suppresseurs de tumeurs aident à réguler la division et la mort des cellules. Les modifications de l’ADN peuvent affecter les oncogènes et les gènes suppresseurs de tumeurs, entraînant des modifications génétiques multiples qui peuvent conduire au cancer du côlon. Les polypes sont des excroissances qui se forment à l’intérieur du côlon. Les polypes ne sont pas cancéreux, mais le cancer peut commencer avec certains types de polypes. Si une personne présente un type de polype non cancéreux appelé polype adénomateux, elle a un risque accru de développer un cancer du côlon. Ces polypes se forment sur les parois internes du gros intestin. Les cellules cancéreuses peuvent se propager des tumeurs malignes à d’autres parties du corps par les systèmes sanguin et lymphatique. Ces cellules cancéreuses peuvent se développer et envahir les tissus sains à proximité et dans tout l’organisme dans un processus appelé métastase. Le résultat est une maladie plus grave et moins traitable.

Facteurs de risque

Les causes exactes du cancer du côlon sont inconnues, mais il existe plusieurs facteurs de risque potentiels.

Polypes

Le cancer du côlon peut se développer à partir de polypes précancéreux qui se développent dans le gros intestin. Certains de ces polypes peuvent se transformer en cancer du côlon malin si le chirurgien ne les retire pas au cours des premiers stades du traitement. Les types de polypes sont les suivants

Adénomes

Les adénomes peuvent ressembler à la muqueuse d’un côlon sain mais apparaissent différents au microscope. Ils peuvent devenir cancéreux.

Les polypes hyperplasiques

Le cancer du côlon se développe rarement à partir de polypes hyperplasiques, car ils sont généralement bénins.

Gènes

Une croissance cellulaire incontrôlée peut se produire à la suite de dommages génétiques ou de modifications de l’ADN. Environ 5 à 10 % des cancers du côlon résultent de conditions héréditaires spécifiques qui augmentent le risque de polypes, de cancer du côlon et éventuellement d’autres cancers chez certains membres de la famille.

Plusieurs conditions héréditaires augmentent également le risqueSource fiable de cancer du côlon, notamment :

  • – la polypose adénomateuse familiale atténuée
  • – la polypose adénomateuse familiale (PAF)
  • – le syndrome de Gardner, qui est un type différent de PAF
  • – le syndrome de Lynch, ou cancer colorectal héréditaire sans polypose
  • – le syndrome de polypose juvénile
  • – le syndrome de Muir-Torre, qui est une variante du syndrome de Lynch
  • – polypose associée à MUTYH
  • – le syndrome de Peutz-Jeghers
  • – le syndrome de Turcot, une autre variante du FAP

Il est possible de présenter ces caractéristiques génétiques sans développer de cancer.

Traits, habitudes et régime alimentaire

L’âge est un facteur de risque important pour le cancer du côlon. Environ 90 % des personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer colorectal ont plus de 50 ans. Toutefois, ce cancer est de plus en plus fréquent chez les personnes de moins de 50 ans. Le cancer du côlon est plus susceptible de toucher les personnes ayant un mode de vie inactif, celles souffrant d’obésité et les personnes qui consomment du tabac.

Le côlon faisant partie du système digestif, l’alimentation et la nutrition jouent un rôle central dans son développement. Les régimes pauvres en fibres peuvent y contribuer. En outre, les personnes qui consomment des quantités excessives des éléments suivants présentent un risque accru :

  • – graisses saturées
  • – viande rouge
  • – alcool
  • – viande transformée
  • Conditions sous-jacentes
  • Certaines maladies et certains traitements sont liés à un risque accru de cancer du côlon. Il s’agit notamment
  • – des antécédents médicaux de polypes
  • – les maladies inflammatoires de l’intestin, telles que la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn
  • – d’autres cancers, tels que ceux du sein, des ovaires ou de l’endomètre
  • – l’obésité ou le surpoids.

Autres facteurs de risque

Les autres facteurs de risque du cancer du côlon sont les suivants :

  • – avoir un parent, un frère ou une sœur ou un enfant ayant des antécédents de cancer du côlon ou du rectum
  • – des antécédents personnels de cancer du côlon, du rectum ou de l’ovaire
  • – des antécédents personnels de polypes d’un centimètre ou plus, ou contenant des cellules anormales
  • – des conditions génétiques héréditaires, comme le syndrome de Lynch
  • – une colite ulcéreuse chronique ou la maladie de Crohn depuis 8 ans ou plus
  • – consommation régulière d’alcool trois fois par jour ou plus
  • – fumer des cigarettes
  • – âge avancé
  • – manque d’activité physique
  • – régime alimentaire pauvre en fibres et riche en graisses, pauvre en fruits et légumes

Options de traitement

Le traitement dépend du type et du stade du cancer du côlon. Le médecin tiendra également compte de l’âge de la personne, de son état de santé général et de certaines autres caractéristiques pour décider de la meilleure option thérapeutique. Il n’existe pas de traitement unique pour le cancer du côlon, et les options peuvent inclure la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

L’objectif du traitement est d’éliminer le cancer, de prévenir sa propagation et de réduire les symptômes gênants.

Chirurgie

Le principal traitement du cancer du côlon à un stade précoce est généralement la chirurgie de la source de confiance. Si le cancer n’est présent que dans un polype, il suffit parfois d’une polypectomie pour retirer le polype cancéreux. La chirurgie visant à retirer une partie ou la totalité du côlon est une colectomie. Au cours de cette intervention, le chirurgien enlève la partie du côlon qui contient le cancer, ainsi qu’une partie de la zone environnante. Le chirurgien peut enlever les ganglions lymphatiques voisins pour réduire le risque de propagation. Le chirurgien rattache ensuite la partie saine du côlon ou crée une stomie, en fonction de l’étendue de la colectomie. Une stomie est une ouverture chirurgicale dans la paroi de l’abdomen. Par cette ouverture, les déchets passent dans un sac, ce qui supprime le besoin de la partie inférieure du côlon. Il s’agit d’une colostomie.

Les autres types de chirurgie comprennent :

– L’endoscopie : Un chirurgien peut être en mesure d’enlever certains petits cancers localisés en utilisant cette procédure. Il insère un tube fin et flexible auquel sont fixés une lumière et une caméra. Ce tube sera également muni d’un accessoire permettant de retirer les tissus cancéreux.

– La chirurgie laparoscopique : Un chirurgien pratique plusieurs petites incisions dans l’abdomen. Cela peut être une option pour enlever les polypes les plus gros.

– La chirurgie palliative : L’objectif de ce type de chirurgie est de soulager les symptômes en cas de cancer non traitable ou avancé. Un chirurgien tentera d’éliminer tout blocage du côlon et de gérer la douleur, les saignements et les autres symptômes.

Chimiothérapie

Au cours de la chimiothérapie, l’équipe de soins du cancer administre des médicaments qui interfèrent avec le processus de division cellulaire. Ils y parviennent en perturbant les protéines ou l’ADN pour endommager et tuer les cellules cancéreuses. Ces traitements ciblent toutes les cellules qui se divisent rapidement, y compris les cellules saines. Celles-ci peuvent généralement se remettre de tout dommage causé par la chimiothérapie, mais pas les cellules cancéreuses. Les médicaments se propagent dans tout le corps et le traitement se déroule par cycles, de sorte que le corps a le temps de se rétablir entre les doses.

Un cancérologue, ou oncologue, peut recommander la chimiothérapie de la pour traiter le cancer du côlon :

  • – avant la chirurgie, pour réduire la tumeur et faciliter son ablation
  • – après l’opération pour tuer les cellules cancéreuses restantes
  • – si le cancer s’est propagé à d’autres organes.

Les effets secondaires de la chimiothérapie peuvent être les suivants

perte de cheveux

  • nausées
  • fatigue
  • vomissements

Les thérapies combinées utilisent souvent plusieurs types de chimiothérapie ou associent la chimiothérapie à d’autres traitements.

Radiothérapie

La radiothérapie tue les cellules cancéreuses en concentrant sur elles des rayons gamma de haute énergie. L’équipe soignante peut utiliser la radiothérapie externe, qui émet ces rayons à partir d’une machine située à l’extérieur du corps. Dans le cas de la radiothérapie interne, un médecin implante des matériaux radioactifs près du site du cancer, sous la forme d’une graine.

Certains métaux, comme le radium, émettent des rayons gamma. Le rayonnement peut également provenir de rayons X à haute énergie. Un médecin peut demander une radiothérapie en tant que traitement autonome pour réduire une tumeur ou détruire des cellules cancéreuses. Elle peut également être efficace en complément d’autres traitements du cancer. Pour le cancer du côlon, les équipes de soins ont tendance à ne pas administrer de radiothérapie avant les derniers stades. Elles peuvent y avoir recours si le cancer du rectum au stade précoce a pénétré la paroi du rectum ou s’est déplacé vers les ganglions lymphatiques voisins.

Les effets secondaires de la radiothérapie peuvent être les suivants:

de légères modifications de la peau qui ressemblent à un coup de soleil ou à un bronzage

  • nausées
  • vomissements
  • diarrhée
  • fatigue
  • perte d’appétit
  • perte de poids

La plupart des effets secondaires disparaissent ou s’atténuent quelques semaines après la fin du traitement.

Comment diagnostiquer un cancer du côlon

Un médecin procédera à un examen physique complet et posera des questions sur les antécédents médicaux personnels et familiaux.

Il peut également avoir recours aux techniques de diagnostic suivantes pour identifier le cancer et en déterminer le stade :

Coloscopie

Au cours d’une coloscopie, un médecin insère dans le rectum un long tube flexible muni d’une caméra à l’une de ses extrémités afin d’inspecter l’intérieur du côlon. Il se peut que la personne doive suivre un régime spécial avant l’intervention, par exemple un régime liquide clair 1 à 3 jours avant. Le côlon devra également être nettoyé à l’aide de laxatifs puissants dans le cadre d’un processus connu sous le nom de préparation intestinale. Si le médecin trouve des polypes dans le côlon, un chirurgien les retire et les envoie pour une biopsie. Lors d’une biopsie, un pathologiste examine les polypes au microscope pour rechercher des cellules cancéreuses ou précancéreuses. Une procédure similaire, appelée sigmoïdoscopie flexible, permet au médecin d’examiner une plus petite partie de la zone colorectale. Cette méthode ne permet pas d’aller aussi loin qu’une coloscopie. De plus, une coloscopie complète peut ne pas être nécessaire si la sigmoïdoscopie ne révèle pas de polypes ou s’ils ne se trouvent que dans une petite zone.

Prévention

Il n’existe aucun moyen garanti de prévenir le cancer du côlon. Cependant, certaines mesures préventives peuvent inclureSource fiable :

  • – le maintien d’un poids modéré
  • – faire de l’exercice régulièrement
  • – consommer beaucoup de fruits, de légumes et de céréales complètes
  • – limiter la consommation de graisses saturées et de viande rouge.
  • – limiter leur consommation d’alcool et arrêter de fumer.

Dépistage

Les symptômes peuvent ne pas apparaître avant que le cancer n’ait progressé. C’est pourquoi un dépistage est souhaitable pour les personnes âgées de 50 à 75 ans, comprenant une analyse des selles une fois tous les 2 ans, une coloscopie tous les 10 ans ou une sigmoïdoscopie tous les 10 ans plus une analyse des selles tous les 2 ans. La régularité du dépistage dépend du niveau de risque de l’individu. Les personnes peuvent consulter leur médecin pour obtenir des recommandations personnelles.

Perspectives

Les chances de survie d’une personne en utilisant un taux de survie à 5 ans en fonction du stade du cancer du côlon :

  • localisé : 91%
  • régional : 72 %.
  • distant : 14 %.
  • tous les stades confondus : 63%

Toutefois, les traitements et la recherche progressent continuellement. La détection et le traitement précoces sont les moyens les plus efficaces d’améliorer les perspectives d’une personne atteinte d’un cancer du côlon. Le taux de survie fait référence à la proportion de personnes qui sont encore en vie pendant une certaine durée après avoir reçu un diagnostic particulier. Par exemple, un taux de survie à 5 ans de 50 % signifie que 50 % des personnes, soit la moitié, sont encore en vie 5 ans après avoir reçu le diagnostic. Il est important de se rappeler que ces chiffres sont des estimations et qu’ils sont basés sur les résultats d’études ou de traitements antérieurs.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -