Cancer du col de l’utérus: 5 causes et 7 symptômes

Le cancer du col de l’utérus est le troisième cancer le plus fréquent chez les femmes, derrière le cancer du sein et le cancer colorectal. Dès les premiers symptômes, prenez un rendez-vous chez votre médecin.

Les principales causes du cancer du col de l’utérus

L’infection par un virus de la famille des papillomavirus humains (HPV) est la première cause de survenue des cancers du col de l’utérus. Les HPV sont des virus sexuellement transmissibles très répandus. Plusieurs sous-types peuvent provoquer des lésions qui peuvent devenir précancéreuses et dont la gravité augmente avec le temps. Les infections par les HPV sont à l’origine de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus dans le monde, d’autres facteurs semblent favoriser l’apparition du cancer du col utérin :

– avoir eu plusieurs grossesses,

– le tabagisme,

–  certaines infections (Chlamydia).

–  l’utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux pris sous forme de pilule, d’implant, de patch ou de stérilet hormonal. Le risque d’apparition du cancer du col de l’utérus augmente avec la durée d’administration du traitement par contraceptifs oraux. Ce risque diminue à l’arrêt de la pilule contraceptive pour devenir quasiment nul 10 ans après l’arrêt du traitement.

Les 7 principaux symptômes du cancer du col de l’utérus

  1. Saignements vaginaux anormaux

L’un des symptômes les plus fréquents du cancer du col de l’utérus est le saignement vaginal, que ce soit entre les périodes de règles, spontanément ou après des rapports sexuels. Les saignements vaginaux anormaux sont généralement le symptôme d’un cancer du col de l’utérus avancé, car cela signifie qu’une tumeur sur le col de l’utérus se propage et affecte les tissus avoisinants.

  1. Des périodes de règles anormales

La période de règles qui dure deux semaines au lieu de quatre jours, ou qui surviennent deux fois dans le mois.

Ne pas s’inquiéter si cela survient une fois, mais si des changements dans votre cycle durent au moins deux cycles, il faut s’alarmer.

  1. Pertes vaginale inhabituelle

Les pertes vaginales sont tout à fait normales, mais le type de perte pourrait être un indicateur d’un certain nombre de problèmes de santé vaginale. En cas de  cancer du col de l’utérus, vous pouvez remarquer des pertes nauséabondes roses, brunes ou sanguinolentes, potentiellement avec des morceaux de muqueuse.

  1. Douleurs pelviennes, du dos ou des jambes

La douleur pelvienne pourrait être un indicateur de changement, le cancer du col de l’utérus avancé peut se propager à la vessie, aux intestins, aux poumons ou au foie. Vous pourriez ressentir alors une douleur au dos ou aux jambes. Mais cela est généralement associé à des cas très avancés.

  1. Fatigue majeure

La plupart des symptômes du cancer du col de l’utérus n’apparaissent souvent qu’à un stade avancé.  La fatigue est certainement l’un de ces symptômes les plus diffus. Mais c’est l’un des principaux symptômes qui doit attirer votre attention. Ce cancer peut effectivement abaisser la quantité de globules rouges et d’oxygène dans le corps, vous faisant sentir complètement épuisé tout le temps, généralement sans aucune autre explication.

  1. Se sentir nauséeuse tout le temps

Une sensation persistante de nausée ou d’indigestion peut être un signe de cancer du col de l’utérus. Lorsqu’il est avancé, le cancer du col utérin peut provoquer le gonflement du col de l’utérus et le pousser dans la cavité abdominale, comprimant le tractus gastro-intestinal et l’estomac.

  1. Perte de poids hors anormale

Les mêmes facteurs qui peuvent causer des nausées peuvent également entraîner une perte de poids involontaire. Un estomac comprimé ne peut pas contenir beaucoup de nourriture. De plus, si vous vous sentez constamment nauséeuse, vous n’allez probablement pas vouloir même essayer de manger. Si vous perdez jusqu’à 5 ou 10% de votre poids corporel au cours de six mois appelez votre médecin.

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.