Cancer de la prostate: les symptômes à repérer, les facteurs pour l’éviter

Le cancer de la prostate est dit « silencieux » car il engendre assez peu de symptômes à ses débuts. C’est pourquoi il est capital d’être bien vigilant aux premiers signes et de consulter dès qu’il y a un doute. Plusieurs facteurs prédisposent à son apparition, d’autres facteurs peuvent vous aider à diminuer les risques….autant les appliquer dès 50 ans.

Environ un homme sur neuf sera diagnostiqué avec un cancer de la prostate au cours de sa vie. Le risque de développer un cancer de la prostate est plus grand chez les hommes de plus de 65 ans. L’âge est en effet  le facteur de risque le plus important, mais pas le seul, pour le développement du cancer de la prostate. D’autres facteurs de vie importants et génétiques  peuvent augmenter les risques, ils  comprennent : des antécédents familiaux de cancer, le tabagisme, l’obésité, la sédentarité, la mauvaise qualité de l’alimentation et l’exposition à certains toxiques.

Chaque homme de plus de 50 ans est encouragé à consulter régulièrement son médecin pour pratiquer des examens de dépistage précoces de ce cancer. Lorsque le cancer est détecté tôt, il existe de nombreux traitements complémentaires/alternatifs disponibles qui peuvent être utilisés avec des traitements du cancer standard très efficaces. Ceux-ci incluent des approches naturelles comme les modifications diététiques, l’exercice, le yoga, l’acupuncture, la gestion du stress.

Les premiers signes du cancer de la prostate les plus fréquents

Le cancer de la prostate est dit parfois être une maladie «silencieuse» parce que dans les premiers stades, qui durent parfois des années, la tumeur dans la glande n’est pas assez grande pour causer des symptômes comme la douleur. Tous les hommes diagnostiqués avec cette affection ne connaitront pas nécessairement de signes d’avertissement ou de symptômes perceptibles pour les alerter du problème. C’est exactement pourquoi les experts estiment que le dépistage du cancer de la prostate est si important et peut sauver la vie.

Les symptômes de cancer de la prostate les plus fréquents chez les hommes comprennent:

  • Difficulté à uriner normalement:

Cela peut inclure une sensation de brûlure ou de douleur, du mal à démarrer et à maintenir un flux régulier d’urine, un faible flux urinaire, des fuites d’urine, besoin plus fréquent/envie d’uriner, des mictions excessives la nuit, ou une rétention urinaire (ne pouvant pas uriner).

  • Des problèmes sexuels:

La dysfonction érectile (difficulté d’avoir ou de garder une érection), l’éjaculation douloureuse ou une diminution de la quantité de liquide éjaculé.

  • Sang dans l’urine (hématurie) ou dans le sperme.
  • Pression ou douleur dans l’aine et le rectum.
  • Douleur ou raideur dans le bas du dos, les hanches, le bassin ou les cuisses. Le cancer de la prostate peut causer des douleurs pelviennes et des maux de dos parce que la prostate élargie/enflammée peut compresser les nerfs.

Que faire pour prévenir le cancer de la prostate

Pour réduire les risques de cancer de la prostate et diminuer les symptômes de ce cancer, vous pouvez:  adopter un régime anti-inflammatoire (Méditerranéen), faire de l’exercice, éviter les médicaments à risque ou des suppléments comme le calcium, cesser de fumer, et gérer le stress.

Lorsque la maladie est déclarée et traitée, des moyens naturels pour aider à faire face au traitement du cancer de la prostate peuvent être mis en place comme: la gestion du stress avec des pratiques corps-esprit : méditation, sophrologie, rejoindre un groupe de soutien, prendre soin de vous avec une alimentation saine et des exercices, parler avec un thérapeute.

 

Lire aussi : 

Des cheveux gris? Prenez rendez-vous chez le cardiologue

Reconnaître les symptômes du cancer du pancréas et le prévenir

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.