Cancer de la prostate: le surpoids fait monter en flèche le risque de succomber à ce cancer

L’embonpoint et l’obésité sont des causes majeures de plusieurs maladies chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète et plusieurs types de cancers. Des données indiquent également que les hommes souffrant de surpoids ont 50% de chance en plus de succomber à leur cancer. Pour les hommes obèses, ce ratio passe à 170%. Trouver et maintenir son poids de forme est un facteur de santé majeur tout au long de sa vie.

Le surpoids favorise la survenue d’au moins 7 types de cancer

La découverte d’un lien étroit entre le surpoids et le risque de développer plusieurs types de cancers représente l’une des percées les plus importantes des dernières années en oncologie. Rappelons qu’une personne est considérée comme obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC), calculé en divisant son poids (en kg) par sa taille (en mètre) au carré est égal ou supérieur à 30.

Lorsque l’IMC est compris entre 25 et 30 kg/m2, on parle d’embonpoint. Plusieurs études ont montré hors de tout doute que le surplus de gras corporel était associé à une hausse importante du risque d’être touché par au moins 7 types de cancers : œsophage, pancréas, côlon, sein (femmes ménopausées), endomètre (muqueuse de l’utérus), rein et vésicule biliaire.

Mais cette augmentation du risque de cancer n’est pas seulement observée chez les personnes obèses (IMC supérieur à 30). En effet, les personnes qui font de l’embonpoint (IMC situé entre 25 et 30) voient également leur risque de cancer augmenter significativement. En conséquence, pour réduire autant que possible la fréquence de ces cancers, le Fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC) recommande de demeurer le plus mince possible, avec un indice de masse corporelle situé aux environs de 23, et d’éviter autant que possible d’accumuler les kilos en vieillissant.

Il vaut vraiment la peine de suivre cette recommandation car le potentiel de prévention du cancer par le maintien d’un poids normal est tout à fait extraordinaire : selon les experts du FMRC, la réduction du poids moyen de la population pourrait réduire du tiers le nombre de nouveaux cancers.

Surpoids et obésité réduisent les chances de survie comme peau de chagrin

En plus d’augmenter le risque de développer plusieurs types de cancers, certaines observations indiquent que le surpoids pourrait également diminuer les chances de survivre à certains cancers, notamment celui de la prostate. Dans une étude réalisée auprès de 2546 hommes ayant un diagnostic de cancer de la prostate, les chercheurs ont observé que les individus qui souffraient d’embonpoint (IMC situé entre 25 et 29) couraient 50 % plus de risque d’en mourir que les hommes minces (IMC inférieur à 25).

Pour les hommes obèses, l’augmentation du risque est dramatique : ils ont 170 % plus de risque de succomber à ce cancer. L’impact négatif du surpoids sur les chances de survie à la suite de l’apparition d’un cancer de la prostate est d’autant plus grave s’il est accompagné de taux élevés d’insuline dans le sang, une situation qui est malheureusement courante chez les personnes qui font de l’embonpoint ou qui sont obèses.

Ainsi, les chercheurs ont observé que celles qui présentaient un IMC supérieur à 25 et qui avaient un niveau élevé d’insuline couraient 4 fois plus de risques de succomber à ce cancer que celles qui étaient minces et dont l’insuline dans le sang était normale. Alors que l’excès de poids est encore aujourd’hui trop souvent considéré seulement sous un angle esthétique, les observations  viennent  rappeler à quel point le surpoids constitue une grave menace pour la santé.

Compte tenu de l’impact extrêmement négatif du surpoids sur les probabilités de survivre à ce cancer, il n’y a aucun doute que le maintien d’un poids corporel normal devrait constituer un objectif primordial dans notre lutte face à cette maladie.

Source

Palma et al.  Prostate cancer and host metabolic factors. «Lancet Oncology»