Cancer colorectal: causes, symptômes, traitement et prévention

Les cancers du côlon et du rectum présentent de nombreuses caractéristiques similaires, communes chez les hommes et les femmes. Cependant, ils ne présentent généralement pas de symptômes immédiats, il est donc nécessaire de les reconnaître dès qu’ils se manifestent pour appliquer un traitement efficace et rapide.

Qu’est-ce que le cancer du colon et du rectum?

Le cancer colorectal, également appelé cancer du côlon ou du rectum, prend naissance dans la dernière partie du gros intestin, lorsque des tumeurs commencent à se former dans la muqueuse interne ou externe de l’intestin, près du côlon ou du rectum. Ils apparaissent en général plus fréquemment chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans.

Causes du cancer

Ce cancer survient lorsque des petites excroissances se forment dans la partie interne du gros intestin, appelées polypes, qui peuvent être considérées comme précancéreuses (adénomes). Les polypes ont tendance à évoluer petit à petit vers un cancer, ils sont un danger pour la santé.

Un polype peut devenir un cancer lorsqu’ :
-il mesure plus d’un centimètre,
-il y a plus d’un polype dans la même région
-après le retrait du polype, il y a des cellules étranges et anormales autour.

Seule l’étude histologique (microscopique) d’une biopsie ou du polype lui-même affirme son caractère bénin. L’aspect endoscopique est trompeur et ne peut en aucun cas suffire.

 

Signes et symptômes

Les symptômes qui révèlent un cancer colorectal peuvent prendre du temps à apparaître, il est donc conseillé de faire très attention si vous remarquez l’un de ces signes de façon récurrente. Vous pouvez les ressentir comme s’il s’agissait d’une simple douleur au ventre, jusqu’à ce qu’elle devienne plus forte.

Parmi les principaux symptômes figurent la constipation ou la diarrhée, voire même une sensation chronique d’envie d’aller aux toilettes, des saignements rectaux, des douleurs abdominales, une faiblesse des muscles ou une perte de poids et une consommation abondante de liquide.

Traitement

Tout polype diagnostiqué doit être enlevé lors de la coloscopie, s’il n’est pas trop gros, ou s’il n’en existe pas de nombreux. Dans ces cas là, une exérèse chirurgicale d’une portion de côlon peut s’avérer nécessaire (on parle de polypectomie).

L’examen microscopique de la structure et de l’organisation du polype est nécessaire : biopsie exérèse, biopsie simple ou pièce opératoire.

Pour traiter le cancer du rectum ou du côlon, plusieurs méthodes sont appliquées en fonction de l’état de santé du patient, de sa décision personnelle et du stade du cancer. Dans le cas des cancers locaux, il est systématique d’avoir recours à une intervention chirurgicale pour extraire les tumeurs le plus tôt possible. Les traitements systémiques ou généraux incluent des options telles que la chimiothérapie, l’immunothérapie ou l’utilisation de médicaments anticancéreux.

Les méthodes préventives consistent à adopter un mode de vie sain, à consulter régulièrement un médecin et à prêter attention à un changement soudain de l’anatomie du corps et des selles quotidiennes.

Pour en savoir plus sur les meilleures actions préventives à mener :

 

https://www.pressesante.com/cancer-du-colon/

et

https://www.pressesante.com/70-cancers-evitables/

Article précédentComment reconnaître si vous avez une carence en potassium?
Article suivantArthrose du genou : alimentation et sédentarité font exploser les cas
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.