Calculs rénaux : le jus de Mangoustin fait du bon boulot

1557

Le jus de mangoustan, un fruit issu d’un arbre asiatique, a le pouvoir de ralentir la formation de calculs rénaux et de dissoudre les plus petits. Une solution bien pratique pour les personnes touchées par cette affection si douloureuse.

Un calcul rénal est causé par la cristallisation de substances présentes dans l’urine. Ces cristaux (composés d’oxalate de calcium dans la majorité des cas) peuvent alors former un calcul (pierre) de grosseur variable, allant de la taille d’un grain de sable à celle d’une balle de golf.

Les très petits calculs peuvent être éliminés sans problème, mais les plus gros perturbent le flot d’urine produite par les reins. Lorsqu’un calcul bloque cet écoulement, l’urine s’accumule dans le rein et la hausse de pression qui s’ensuit active les nerfs présents dans cette région (iliohypogastrique, ilioinguinal et génitofémoral). Il en résulte une douleur foudroyante, de très grande intensité, qui est ressentie dans le bas du dos avec une irradiation vers les organes génitaux.

Même si la plupart des calculs sont éliminés spontanément, sans intervention, la prise en charge des cas plus difficiles s’est heureusement perfectionnée avec le développement d’ultrasons (lithotripsie extracorporelle) qui pulvérisent les calculs à travers la peau, sans procédures invasives, et permettent leur évacuation par les voies naturelles.

12 % des hommes et 7 % des femmes touchés

On estime que les calculs rénaux touchent environ 12 % des hommes et 7 % des femmes, et cette incidence est en progression constante en raison d’une augmentation de plusieurs facteurs de risque (obésité, diabète, hypertension). Malheureusement, notre approche préventive face aux calculs rénaux n’a pas beaucoup évolué au cours des 30 dernières années: on recommande essentiellement aux personnes à risque de boire beaucoup d’eau, tout en évitant certains aliments riches en oxalate comme la rhubarbe, les épinards, le thé, le chocolat ou les amandes. Cette stratégie préventive a cependant ses limites et des alternatives thérapeutiques plus performantes sont nécessaires si on veut réellement diminuer l’incidence de calculs rénaux dans la population.

Dissoudre les cristaux

Des résultats récemment publiés dans la revue Nature suggèrent l’existence d’une nouvelle approche prometteuse pour ralentir la croissance des cristaux d’oxalate de calcium et ainsi prévenir la formation de calculs.

Une équipe de scientifiques américains a fait l’intéressante découverte que l’addition d’hydroxycitrate provoquait une dissolution de ces cristaux. Cette propriété inhabituelle serait due à la capacité de l’hydroxycitrate de se lier fortement à la surface des cristaux, ce qui cause une tension dans leur structure et mène à la libération du calcium et de l’oxalate. Cet effet anticristal de l’hydroxycitrate est plus prononcé que celui du citrate, une molécule souvent utilisée pour la prévention des calculs rénaux, mais dont l’efficacité est limitée en raison d’effets secondaires intolérables chez certaines personnes.

L’efficacité de l’hydroxycitrate à prévenir les calculs rénaux demeure à être établie dans des essais cliniques ultérieurs, mais les résultats préliminaires sont encourageants. L’addition de la molécule à l’urine de patients touchés par des calculs rénaux montre qu’elle diminue la formation de cristaux d’oxalate.

En parallèle, l’administration à des volontaires d’extraits de mangoustan, un fruit d’Asie très riche en hydroxycitrate, montre que la molécule est bel et bien sécrétée par l’urine ce qui induit un  ralentissement de la formation de cristaux et l’élimination des plus petits.

Source

Chung J et coll. Molecular modifiers reveal a mechanism of pathological crystal growth inhibition. Nature, 2016; 536: 446-50.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here