Café bu trop chaud et le cancer éclot

tasse e café qui fume
cancer : les boissons en elles-mêmes ne jouent pas, mais leur température au moment de les boire oui

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) a procédé à l’évaluation du risque de cancer en lien avec la consommation de café, de maté et de boissons consommées brûlantes. Les résultats indiquent que les boissons en elles-mêmes ne jouent pas, mais leur température au moment de les boire oui.

Dans The Lancet Oncology, le CIRC a publié ses évaluations détaillées après examen approfondi de plus de 1000 études chez l’homme et l’animal de l’incidence de certaines boissons sur le cancer.  Le Groupe de travail a estimé qu’il disposait d’indications insuffisantes pour attribuer au café un effet cancérigène. En revanche, il a  conclu que la consommation de boissons très chaudes provoque probablement le cancer de l’œsophage chez l’homme.

Cancer de l’oesophage : le danger de boire à plus de 65°C

Les boissons très chaudes (terme qui s′applique à toute boisson consommée à une température supérieure à 65°C) sont traditionnellement consommées dans certaines régions: il s′agit principalement du maté en Amérique du Sud et du thé en Asie et en Afrique. On soupçonne depuis longtemps un lien entre les taux élevés de cancer de l′œsophage dans ces régions et le fait de boire des boissons très chaudes. La plupart des études que le CIRC a passé en revue sur le lien possible entre le cancer de l′œsophage et la consommation de boissons très chaudes a donc été menée dans ces régions.

C’est la température, pas la boisson qui compte

Le CIRC conclut que la consommation de boissons très chaudes cause probablement le cancer de l′œsophage. Cette observation est corroborée par les résultats des expériences menées sur des rats et des souris. La proportion de cas de cancer de l′œsophage imputables à la consommation de boissons très chaudes n′est pas encore connue. Aucune donnée concluante n’a pu être mise en évidence en ce qui concerne la consommation de maté qui s’absorbe à des températures qui ne sont pas très élevées. C’est donc bien la température, plutôt que les boissons elles-mêmes, qui semble être en cause.

Source

Pour plus d’information https://www.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/07/Monographs-QA_Vol116.pdf