Burn-out des femmes: faites le test pour savoir si vous être dans le rouge

Le burn-out est une «maladie» qui brûle tout de l’intérieur. Il n’est pas inéluctable et ressemble à un dernier rempart de protection, pour éviter un incendie intérieur fatal. En augmentation croissante au cours de ces dernières années, le burn-out touche tous les secteurs d’activité. Quand le corps dit stop, le burn-out atteint son paroxysme et laisse une chance de se libérer, et de retrouver le chemin de soi-même. Les femmes figurent dans les populations à risque. La vie bien remplie des femmes (métier, mère, épouse) et le nombre d’heures consacrées aux tâches ménagères (3h26 en moyenne par jour, contre 2h pour les hommes) n’y sont pas étrangers.

Êtes-vous à risque?

En répondant à ces 5 questions sur le temps consacré à votre travail, vous pouvez vous faire une idée de votre risque de burn-out:

Pourrait-il mettre votre vie de couple ou familiale en péril? OUI (1) – NON (0)

Vous permet-il de développer vos hobbies? OUI (0) – NON (1)

Vous permet-il d’avoir une vie sociale épanouissante? OUI (0) – NON (1)

Êtes-vous quelqu’un de méticuleux ou perfectionniste ou dit-on de vous que vous êtes méticuleux ou perfectionniste? OUI (1) – NON (0)

Êtes-vous quelqu’un d’exigeant pour vous et pour les autres ou dit-on de vous que vous êtes quelqu’un d’exigeant pour vous et pour les autres? OUI (1) – NON (0)

Résultat: plus vous êtes proche de 5, plus vous êtes candidat(e) au burn-out. Il est important de s’octroyer régulièrement des moments blancs pour se poser et souffler.

Des bulles de survie

Ces moments blancs sont de vraies bulles de survie qui vous permettront de faire redescendre la pression, organisez-vous quelques espaces selon vos possibilités:

Des mini bulles: toutes les heures et demies, 5 minutes de pause (café, marche, papote,…)

Une bulle journalière: 15 à 20 minutes rien qu’à soi, sans objectif de performance (avant 23h).

Une bulle hebdomadaire: une activité à soi d’au moins 1h.