Boissons énergisantes: des risques de surdosage en caféine accrus

464

Les boissons énergisantes sont de plus en plus populaires et sont même en voie de surpasser le café́ comme principale source de caféine consommée par la population. Il s’agit d’une situation regrettable, car si le café́ est bénéfique pour la santé, les boissons énergisantes ne sont que des excitants bourrés de sucre qui n’apportent absolument aucun bienfait et peuvent même entrainer des effets secondaires graves.

L’industrie ne cesse de proposer une quantité́ invraisemblable de boissons récréatives, qu’il s’agisse de boissons énergisantes ou sportives, d’eaux vitaminées ou différents cocktails à base de jus. Toutes ces boissons sont pourtant des aliments qui n’ont aucune utilité́, car elles sont essentiellement dépourvues d’éléments nutritifs et contiennent des quantités astronomiques de sucre qui favorisent l’accumulation de poids.

Même si les publicités associent toujours la consommation de boissons énergisantes à un mode de vie actif et excitant, il faut être réaliste: ces boissons ne sont en réalité́ que des «bonbons liquides» qui entrainent l’absorption de calories inutiles, tout en étant totalement dépourvues d’effets positifs sur la santé.

Boissons pas énergisantes mais énervantes

Les boissons soi-disant «énergisantes» sont un des meilleurs exemples d’un produit totalement inutile pour la santé, mais qui parvient à occuper une large part du marché en raison d’un marketing très agressif de l’industrie. De plus en plus populaires, en particulier auprès des jeunes, ces boissons sont commercialisées sous le prétexte qu’elles permettent de combattre la fatigue en procurant une stimulation mentale et physique.

En réalité́, ces boissons ne sont pas «énergisantes», mais plutôt «énervantes», car leur ingrédient actif est la caféine qui agit comme un puissant excitant du système nerveux central et ne fait que masquer la fatigue.

Certaines marques peuvent contenir presque 200 mg de caféine par canette, ce qui correspond à deux fois la quantité́ contenue dans un café́ expresso (80 mg)! Et ce contenu en caféine peut même être plus élevé́ lorsque la boisson contient du guarana, une plante qui produit des grains semblables à ceux du café́, mais qui contiennent deux fois plus de caféine. La popularité́ de ces boissons fait en sorte qu’en moins de quinze ans, leurs ventes ont presque rattrapé celles de café́ aux Etats-Unis.

Surdose de caféine : palpitations, angoisse, problèmes gastro-intestinaux

À forte dose, la caféine peut provoquer de multiples effets secondaires comme des palpitations, de l’angoisse, de l’irritabilité́, des difficultés de concentration ou encore des problèmes gastro-intestinaux. Les recommandations internationales conseillent de ne pas dépasser 400 mg de caféine par jour pour les adultes et 62,5 mg pour les enfants de 7 à 9 ans.

Certaines personnes sont très sensibles aux effets d’une surdose de caféine et on note depuis quelques années une hausse des admissions aux urgences en raison de malaises associés à la consommation de boissons énergisantes. l est à espérer que leur vente auprès des jeunes sera plus étroitement encadrée dans le futur.

Une bonne tasse de café, c’est bon pour la santé

Le café́ est généralement considèré seulement comme un stimulant qui permet d’augmenter la vigilance. On oublie que comme tous les végétaux, les grains de café́ contiennent une panoplie de composés moléculaires distincts produits par le plant de café́ qui exercent plusieurs influences distinctes sur le corps humain. Des études ont d’ailleurs rapporté que les personnes qui consomment régulièrement du café́ sont moins à risque d’être touchées par le diabète de type 2, certains types de cancers (sein, côlon et foie) de même que de désordres neurologiques comme la maladie de Parkinson et d’Alzheimer. Contrairement aux boissons excitantes qui sont totalement vides du point de vue nutritionnel, le café́ est donc un breuvage aux multiples effets bénéfiques sur la santé.

Si vous appréciez l’effet stimulant de la caféine, la consommation raisonnable de café́, plutôt que celle de ces bonbons liquides, représente la meilleure façon d’assouvir votre attirance envers cette drogue douce…

Source
Bhupathiraju SN et coll. Changes in coffee intake and subsequent risk of type 2 diabetes: three large cohorts of US men and women. Diabetologia,

Bøhn SK et coll. Coffee and cancer risk, epidemiological evidence, and molecular mechanisms. Mol Nutr Food Res. 58: 915-30.

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here