Les bienfaits de l’huile d’olive pour le coeur, le cerveau et la longévité

L'huile d'olive est associée à un risque plus faible de décès par maladie cardiaque, cancer et maladie d'Alzheimer

L’huile d’olive est associée à un risque plus faible de décès par maladie cardiaque, cancer et maladie d’Alzheimer Selon une nouvelle étude, remplacer le beurre ou les produits laitiers complets par de l’huile d’olive est associé à une réduction du risque de décès lié à de nombreuses maladies courantes.

Huile d’olive et olives

Est-ce que quelque chose d’aussi simple que d’utiliser 1/2 cuillère à soupe ou plus d’huile d’olive à la place du beurre ou des produits laitiers gras dans votre alimentation quotidienne pourrait aider à augmenter vos chances de vivre plus longtemps ? Ce serait un oui, selon une nouvelle étude de la Harvard School of Public Health, publiée le 18 janvier dans l’American Journal of Cardiology.

Les chercheurs ont constaté que les personnes qui utilisaient 7 grammes (g) ou plus, environ 1/2 cuillère à soupe, pour cuisiner, comme vinaigrette ou avec leur pain, avaient un risque réduit de mourir d’une maladie cardiaque, d’un cancer, d’une maladie respiratoire ou de la maladie d’Alzheimer, par rapport aux personnes qui consommaient rarement ou jamais d’huile d’olive. Le remplacement d’environ 10 g par jour de beurre, de margarine, de mayonnaise ou de graisse laitière par une quantité équivalente d’huile d’olive était également associé à un risque plus faible de décès précoce.

Ces résultats soutiennent les recommandations alimentaires actuelles visant à augmenter la consommation d’huile d’olive et d’autres huiles végétales insaturées.

Quels sont les avantages de l’huile d’olive pour la santé ?

Il existe différents types d’acides gras dans l’huile d’olive, mais elle est principalement composée de graisses monoinsaturées. Les graisses monoinsaturées peuvent contribuer à réduire la quantité de lipoprotéines de basse densité (LDL), également appelées « mauvais » cholestérol, ce qui peut réduire le risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

L’huile d’olive n’est pas moins calorique que les autres types d’huile ( elle contient 9 calories par g, environ 120 calories par cuillère à soupe). Ce qui correspond aux autres types de graisses. C’est pourquoi les experts recommandent de substituer l’huile d’olive à une huile ou à un beurre moins sain plutôt que de simplement l’ajouter à votre alimentation.

Les gens consomment plus d’huile d’olive et moins de margarine qu’au cours des décennies précédentes

Les chercheurs ont examiné 60 582 femmes et 31 801 hommes en bonne santé provenant de la Nurses’ Health Study et de la Health Professionals Follow-up Study. Au cours des 28 années de suivi, les participants ont subi tous les quatre ans une évaluation de leur régime alimentaire qui leur demandait à quelle fréquence, en moyenne, ils consommaient des aliments spécifiques, des types de graisses et d’huiles, ainsi que la marque ou le type d’huile qu’ils utilisaient pour cuisiner et ajouter à la table au cours de l’année précédente.

L’utilisation par les participants d’huile d’olive pour la cuisson, les assaisonnement a été calculée et additionnée pour estimer l’utilisation totale, et l’utilisation d’autres types de graisses comme la margarine, le beurre et l’huile végétale a été calculée de la même manière.

Les chercheurs ont observé une tendance au fil du temps : La consommation d’huile d’olive dans le groupe a plus que doublé entre 1990 et 2010, passant de 1,6 g à 4 g. Au cours de la même période, la consommation de margarine est passée de 12 g par jour en 1990 à 4 g par jour en 2010. L’utilisation d’autres types de graisses est restée à peu près la même.

Les personnes qui consomment plus d’huile d’olive sont plus susceptibles d’avoir d’autres comportements sains

Les chercheurs ont placé chaque participant dans l’un des quatre groupes, en fonction de la quantité d’huile d’olive qu’il consommait.

– Jamais ou moins d’une fois par mois
– Inférieure ou égale à 4,5 g (environ 1 cuillère à café) par jour
– Entre 4,5 et 7 g (environ 1 cuillère à café à ½ cuillère à soupe) par jour
– Plus de 7 g (environ ½ cuillère à soupe) par jour

Il est intéressant de noter que les sujets qui consommaient plus d’huile d’olive étaient plus susceptibles d’être physiquement actifs, d’être d’ascendance sud-européenne ou méditerranéenne, d’être non-fumeurs et de déclarer manger plus de fruits et de légumes que les personnes qui en consommaient moins.

Au total, 36 856 décès sont survenus au cours du suivi. En comparant les groupes, les personnes qui consommaient le plus d’huile d’olive avaient un risque de mortalité cardiovasculaire inférieur de 19 %, un risque de mortalité par cancer inférieur de 17 %, un risque de mortalité respiratoire inférieur de 18 % et un risque de mortalité neurodégénérative inférieur de 29 % par rapport au groupe qui consommait rarement ou jamais d’huile d’olive.

Les maladies respiratoires comprennent les maladies aiguës comme la pneumonie et la grippe, ainsi que les maladies chroniques comme la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les maladies neurodégénératives se produisent lorsque les cellules nerveuses du cerveau ou du système nerveux périphérique perdent progressivement leur fonction et meurent, selon le National Institute of Environmental Health Sciences. Les maladies neurodégénératives les plus courantes sont la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Les chercheurs ont également constaté que le remplacement de 10 g par jour de graisses telles que la margarine, le beurre, la mayonnaise et les matières grasses laitières par de l’huile d’olive était associé à une réduction de 8 à 34 % du risque de mortalité totale et spécifique. Ils n’ont trouvé aucune association significative en remplaçant l’huile d’olive par d’autres huiles végétales.

L’huile d’olive et d’autres graisses saines peuvent contribuer à protéger votre cerveau

Cette étude s’ajoute à la littérature croissante sur l’importance de l’alimentation et des graisses saines pour la santé du cerveau. Le cerveau tire tous ses nutriments essentiels de l’alimentation, il n’est donc pas surprenant que les habitudes alimentaires qui se répètent repas après repas, jour après jour, année après année, puissent affecter le vieillissement du cerveau.

Les graisses sont particulièrement importantes parce que les cellules du cerveau et leurs connexions contiennent des niveaux élevés de graisse, ce qui est important pour leur fonctionnement normal. Les graisses malsaines augmentent l’inflammation, ce qui a des effets négatifs sur le cerveau et peut augmenter le risque de maladie d’Alzheimer et d’autres troubles du vieillissement cérébral, tandis que les graisses saines comme l’huile d’olive sont anti-inflammatoires et peuvent être protectrices comme le suggère cette étude.

Les auteurs ont reconnu que l’huile d’olive pouvait être associée à d’autres comportements qui rendraient les gens moins susceptibles de mourir, comme le fait d’avoir une meilleure alimentation en général ou d’appartenir à une classe socio-économique plus élevée. Toutefois, même après ajustement pour ces facteurs et d’autres facteurs liés au statut socio-économique, les résultats sont restés largement les mêmes.

Source

Consumption of Olive Oil and Risk of Total and Cause-Specific Mortality Among U.S. Adults

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -