Bactéries résistantes : l’Union Européenne touchée de plein fouet

Les bactéries résistantes aux médicaments ont tué plus de 33 000 personnes dans l’Union européenne en 2015, selon une nouvelle étude publiée cette semaine, dans le Lancet prévenant que les bactéries résistantes constituaient une vrai menace à prendre au sérieux.

Dans une étude publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, une équipe de médecins a examiné les données de plus d’une douzaine de combinaisons de bactéries résistantes aux antibiotiques à travers le continent.

Ils ont constaté que plus de 670 000 personnes sont tombées malades en raison de cinq souches de bactéries en 2015, ce qui a entraîné la mort d’environ 33 110 personnes. Le nombre de décès dans l’UE lié aux bactéries résistantes était équivalent à la mortalité cumulative de la grippe, de la tuberculose et du VIH pendant la même période.

Alors que la consommation d’antibiotiques monte en flèche dans le monde, les médecins sonnent régulièrement l’alarme depuis une dizaine d’année face à la montée des souches de bactéries multirésistantes.

Bactéries résistantes : le milieu hospitalier, premier lieu d’infection

Sur les plus de 670 000 infections à superbactéries en Europe en 2015, près des deux tiers sont survenues en milieu hospitalier, a déclaré l’équipe à l’origine de l’étude Lancet.

Ce qui suggère une prise en compte urgente du traitement de la résistance des bactéries aux antibiotiques dans ces milieux.

L’Italie et la Grèce en tête des pays les plus touchés

Les chercheurs ont particulièrement retenu les cas de l’Italie et de la Grèce. L’Italie représentant à elle seule plus du tiers de tous les décès dus à des bactéries résistantes dans l’Union européenne au cours de l’année étudiée.

Au cours de la période d’étude, plus de 10 000 personnes sont mortes en Italie de bactéries résistantes, dont E-coli et  Staphylococcus aureus résistant à la méticilline.  En Grèce, la plupart des décès ont été attribués à une seule souche de bactérie résistante aux médicaments.

source

Alessandro Cassini et al:  Attributable deaths and disability-adjusted life-years caused by infections with antibiotic-resistant bacteria in the EU and the European Economic Area in 2015: a population-level modelling analysis, The Lancet Infectious Diseases .

Lire aussi :

Faux sucre: les édulcorants toxiques pour le microbiote intestinal

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.