Bien êtreMédecine douce

Avoir toujours froid? Toujours chaud? Qu’est-ce que la thermorégulation?

Cet article explore la thermorégulation et le fonctionnement de ce processus essentiel.

La thermorégulation est le mécanisme biologique responsable du maintien d’une température corporelle interne constante. Le système de thermorégulation comprend l’hypothalamus dans le cerveau, ainsi que les glandes sudoripares, la peau et le système circulatoire. Le corps humain maintient une température d’environ 37°C grâce à divers processus physiques. Ceux-ci comprennent la transpiration pour abaisser la température corporelle, le frisson pour l’élever et le rétrécissement ou le relâchement des vaisseaux sanguins pour modifier le flux sanguin. Si une personne est incapable de réguler sa température, elle risque de surchauffer, ce qui entraîne une hyperthermie. L’inverse est également vrai : si la température centrale tombe en dessous d’un niveau, cela provoque une hypothermie. Ces deux états peuvent potentiellement mettre la vie en danger. Cet article explore la thermorégulation et le fonctionnement de ce processus essentiel. Il traite également des troubles de la thermorégulation et de leurs causes possibles.

Qu’est-ce que la thermorégulation ?

La thermorégulation est la façon dont les mammifères maintiennent une température corporelle stable. Contrairement aux reptiles, dont la température corporelle varie en fonction de leur environnement, les mammifères doivent conserver une température corporelle constante en permanence. Chez l’homme, la température se situe à un ou deux degrés près de 37°C.

Lorsque la thermorégulation fonctionne comme il se doit, le corps fonctionne à son niveau optimal. Une température trop élevée ou trop basse peut affecter la source de confiance :

– le cœur
– le système circulatoire
– le cerveau
– le tractus gastro-intestinal
– les poumons
– reins
– foie

Comment fonctionne la thermorégulation chez l’homme ?

Le corps humain utilise trois mécanismesSource fiable de thermorégulation :

– les réponses efférentes
– détection afférente
– contrôle central

Les réponses efférentes sont les comportements que les humains peuvent adopter pour réguler leur propre température corporelle. Parmi les exemples de réponses efférentes, citons le fait de mettre un manteau avant de sortir par temps froid et de se mettre à l’ombre par temps chaud.

La détection afférente implique un système de récepteurs de température autour du corps pour identifier si la température centrale est trop chaude ou trop froide. Les récepteurs transmettent l’information à l’hypothalamus, qui fait partie du cerveau.

L’hypothalamus joue le rôle de commande centrale, utilisant les informations qu’il reçoit de la détection afférente pour produire des hormones qui modifient la température corporelle. Ces hormones envoient des signaux à diverses parties du corps afin qu’il puisse réagir à la chaleur ou au froid/ comme des frissons ou la dilatation des vaisseaux.

Troubles de la thermorégulation

La plage de température saine du corps humain est très étroite. Si le corps ne peut pas maintenir une température dans cette plage, des troubles de la thermorégulation peuvent se développer.

Hyperthermie

L’hyperthermie se produit lorsque les mécanismes de régulation de la chaleur du corps sont défaillants et que la température corporelle devient trop élevée. Il existe plusieurs types d’hyperthermie, dont les suivants :

– les crampes de chaleur, qui se présentent sous la forme d’une forte transpiration et de crampes musculaires pendant l’exercice physique
– l’épuisement par la chaleur, qui est plus grave et provoque toute une série de symptômes
– le coup de chaleur, qui constitue une urgence médicale.

Les symptômes de l’épuisement par la chaleur sont les suivants

– transpiration
– peau pâle, moite ou froide
– pouls rapide ou faible
– fatigue
– faiblesse
– étourdissements
– nausées ou vomissements
– maux de tête
– évanouissement

Le coup de chaleur provoque des symptômes similaires, mais avec quelques différences importantes, notamment:

– une peau rougie ou chaude, qui peut être sèche ou humide
– un pouls rapide et fort
– une température corporelle de 39,4 °C

Hypothermie

L’hypothermie survient lorsque le corps perd de la chaleur plus rapidement qu’il ne peut en produire. Une exposition prolongée à des températures froides peut provoquer une hypothermie. Les symptômes comprennent:

– frissons
– confusion
– épuisement ou sensation de grande fatigue
– mains tremblantes
– troubles de l’élocution
– somnolence
– perte de mémoire
Chez les jeunes enfants et les bébés, l’hypothermie se traduit par une peau froide, qui peut être rouge vif chez les personnes à la peau claire.

Plusieurs facteurs peuvent affecter la thermorégulation, notamment les conditions environnementales, les maladies et certains médicaments.

Conditions climatiques extrêmes

Les conditions météorologiques extrêmes peuvent affecter de manière significative la capacité du corps à réguler la température. L’hypothermie se produit lorsqu’une personne est exposée à des températures extrêmement froides pendant une période prolongée. Dans ce cas, le corps perd rapidement de la chaleur et la production de chaleur ne peut suivre, ce qui entraîne une baisse de la température corporelle. Outre les températures glaciales, l’hypothermie peut également se produire dans des températures fraîches si la sueur, la pluie ou l’immersion dans l’eau froide refroidissent une personne.

À l’opposé, un temps chaud et une exposition prolongée au soleil peuvent entraîner une surchauffe du corps. Au lieu de perdre plus de chaleur qu’il ne peut en produire, le corps se réchauffe plus vite qu’il ne peut se refroidir.

Infections

Lorsqu’une personne souffre d’une infection, des micro-organismes nuisibles envahissent le corps et se multiplient. Ces agents pathogènes peuvent se développer à des températures corporelles normales, mais une température élevée rend la survie de certains d’entre eux plus difficile. C’est pourquoi la fièvre fait souvent partie de la réponse immunitaire aux infections. Celle-ci survient lorsque le corps élève sa propre température dans le but de tuer les organismes responsables de l’infection. De nombreux médecins recommandent de laisser la fièvre suivre son cours afin que le corps puisse se protéger de manière adéquate.

Toutefois, des problèmes peuvent survenir si la température corporelle devient trop élevée et entrave les fonctions nécessaires. Si une personne a une fièvre supérieure à 40,5°C ) et qu’elle ne diminue pas avec des médicaments, elle doit consulter d’urgence un médecin. Un médecin traitera la fièvre pour essayer de faire baisser la température du corps à un niveau sûr.

Âge

Les nourrissons et les personnes âgées présentent un risque plus élevé de troubles de la thermorégulation. Cela s’explique par le fait que ces personnes ont une masse musculaire plus faible, un réflexe de frisson diminué et une immunité plus faible. Les personnes âgées ont tendance à avoir une température corporelle plus basse et peuvent ne pas développer de fièvre lorsqu’elles contractent une maladie virale ou bactérienne. Parfois, elles peuvent développer une hypothermie à la place.

Autres maladies

D’autres maladies peuvent également affecter la thermorégulation. Il s’agit notamment des maladies suivantes

– Les troubles endocriniens

Le système endocrinien comprend les glandes et organes qui produisent des hormones, comme le pancréas, la thyroïde, l’hypophyse et les glandes surrénales. Si quelque chose interfère avec la production d’hormones, cela peut affecter la température corporelle. Par exemple, une thyroïde sous-active, ou hypothyroïdie, peut entraîner une baisse de la température corporelle, tandis qu’une thyroïde hyperactive, appelée hyperthyroïdie, peut provoquer une hausse de la température corporelle.

Troubles du système nerveux central (SNC)

Le SNC comprend le cerveau, la moelle épinière et les nerfs. Les affections qui touchent le SNC peuvent interférer avec la thermorégulation en altérant la détection afférente et le contrôle central. Voici quelques exemples de ces affectionsSource fiable :

– lésions cérébrales
– les lésions de la moelle épinière
– les maladies neurologiques, comme la maladie de Parkinson ou la sclérose en plaques
– les tumeurs

Médicaments

Certains médicaments peuvent avoir pour effet secondaire de perturber la thermorégulation, provoquant une augmentation temporaire de la température corporelle. Certaines personnes appellent cela la « fièvre médicamenteuse ». Voici quelques exemples de médicaments qui peuvent avoir cet effet :

– les antibiotiques
– les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
– les anticonvulsivants de première génération
– les antidépresseurs

En général, la thermorégulation revient rapidement à la normale lorsqu’une personne arrête de prendre le médicament. Les personnes doivent toujours consulter un médecin avant de modifier la posologie de leur médicament.

 

 

Articles similaires