Avez-vous déjà eu la sensation de tomber au moment de vous endormir?

Le sommeil devrait être l’un des moments les plus relaxants de la journée. On se couche, on se sent de plus en plus à l’aise et on perd le lien avec ce qui nous entoure pour s’abandonner dans les bras de Morphée. Cependant, parfois, juste avant de s’endormir complètement, on a la sensation de tomber et une sorte de mouvement spasmodique nous parcourt. Que se passe t-il ?

La sensation de tomber lorsque l’on s’endort est comme un petit choc, tout comme lorsque nous marchons et que nous faisons une erreur en marchant parce que nous avons mal calculé la distance. Bien que ce phénomène soit normal, de nombreuses personnes peuvent avoir peur ou même paniquer. En fait, dans les cas extrêmes, lorsque le choc est très fort ou rapide, la personne se réveille complètement et ne se rendort pas.

La secousse qui nous réveille : un héritage de nos ancêtres ?

La sensation que l’on tombe en dormant est cataloguée dans ce que l’on appelle « La secousse « , et dans certains cas, cela  peut même s’accompagner d’une hallucination visuelle, ce qui la rend encore plus déconcertante. On estime que 70 % des gens ressentent cette sensation relativement fréquemment lorsqu’ils sont sur le point de s’endormir, même si beaucoup ne s’en souviennent pas.

Habituellement, ce choc se produit lorsque les muscles, presque toujours ceux des jambes, se contractent très rapidement involontairement, quelque chose de semblable à ce qui se produit lorsque nous subissons une traction ou un spasme musculaire.

Un processus lié au besoin de sécurité

Une des théories qui tente d’expliquer ce phénomène recourt au point de vue évolutif. Dans cette perspective, les mouvements et les sensations qui provoquent ce réveil soudain nous serviraient à observer notre environnement pour la dernière fois, pour nous assurer que nous sommes dans un endroit vraiment sûr. Ils nous aident ainsi à éviter de nous endormir profondément dans un endroit dangereux, simplement parce que nous avons été vaincus par la fatigue.

D’autre part, selon les évolutionnistes, la seccousse servait aussi à nos ancêtres pour vérifier la stabilité de la position qu’ils avaient acquise pour dormir. Dans la pratique, il s’agissait d’un mécanisme ancien qui nous permettait de nous assurer d’avoir une position suffisamment solide et stable avant de nous endormir complètement, afin de ne pas nous blesser.

Le cerveau se déconnecte complètement

Cependant, ces derniers temps, avec les progrès réalisés dans le domaine des neurosciences, une autre théorie a pris de l’importance et cherche l’explication de la secousse équine dans le cerveau.

Les neuroscientifiques considèrent que ces mouvements sont simplement un signe que notre système physiologique cède la place au sommeil. En fait, lorsque nous dormons, par précaution, une paralysie du corps se produit, appelée « paralysie du sommeil ». Pendant la phase de sommeil paradoxal, qui est la plus profonde, lorsque nous rêvons, le cerveau se « déconnecte » des principaux groupes musculaires, de sorte que nous ne pouvons pas imiter les mouvements que nous faisons pendant le sommeil et que nous ne nous blessons pas.

Ainsi, la sensation de chute et ces mouvements spasmodiques seraient un signe que l’on passe d’un contrôle musculaire actif à un état de relaxation totale.

Les facteurs qui augmentent la sensation de tomber et le réveil brutal

Cependant, il y a aussi certains facteurs qui peuvent augmenter les chances de souffrir de ces tremblements ou de les ressentir plus intensément.

– Ne pas avoir un horaire de sommeil régulier ou aller au lit excessivement fatigué.

– Consommation excessive de substances stimulantes, comme le café, surtout en fin de journée, ainsi qu’une activité physique intense pendant la nuit.

– Interférence de stimuli externes tels que des lumières ou un son lorsque nous sommes sur le point d’entrer dans la phase la plus profonde du sommeil.

Le corps relâche plus vite que le cerveau

Dans tous ces cas, ce qui se passe, c’est que notre sommeil est interrompu, un schéma irrégulier se développe qui implique que l’organisme entre dans la phase REM avant d’être préparé, ce qui peut provoquer cette sensation de tremblement ou que nous tombons. En fait, il a été reconnu que les tremblements forts sont plus fréquents lorsqu’une personne s’endort rapidement. Dans la pratique, notre corps dort si vite que le cerveau n’est pas capable de suivre son rythme et de passer par les différentes phases du sommeil, ce qui provoque une sorte de « court-circuit ».

Il faut préciser que bien que ce type de tremblements soient un phénomène naturel du sommeil, qui tend à diminuer avec l’âge, ils peuvent devenir une nuisance, soit pour la personne qui en souffre, soit pour ceux qui dorment à ses côtés. Dans de tels cas, il est recommandé de consulter un spécialiste du sommeil, car il pourrait s’agir d’un autre trouble, comme l’apnée du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos.