Aubergine, pomme de terre et tomate : le trio parfait anti cancer

Lorsqu'il s'agit de choisir des aliments sains, certains légumes s'imposent comme des gagnants incontestables.

Les tomates, les pommes de terre et les aubergines font toutes partie de la même famille et offrent des avantages uniques pour la santé qui en font les meilleurs alliés alimentaires contre le cancer. Riches en antioxydants, elles soutiennent l’immunité tout en contribuant à protéger les cellules des dommages causés par les radicaux libres. En plus de leurs effets anticancéreux potentiels, chaque légume possède ses propres propriétés nutritives qui peuvent contribuer à une bonne santé générale s’il est consommé régulièrement !

Les tomates : leurs vertus santé pour se protéger du cancer de la prostate et du pancréas.

Les tomates sont l’un des légumes les plus nutritifs que l’on puisse consommer et on leur a trouvé de nombreux avantages pour la santé. Des recherches suggèrent que la consommation régulière de tomates peut contribuer à protéger contre certains types de cancer. Les tomates contiennent du lycopène, un puissant antioxydant qui réduit le risque de certains types de cancer tels que ceux de la prostate et du pancréas.

Des études ont également montré que le lycopène peut contribuer à réduire les dommages causés à l’ADN, réduisant ainsi le risque de formation de tumeurs. En outre, les tomates sont une excellente source de vitamine C et d’autres micronutriments comme le fer, le magnésium et le potassium, qui peuvent aider à prévenir les dommages cellulaires causés par les radicaux libres, qui peuvent conduire au cancer. En outre, les tomates sont riches en fibres, ce qui contribue au bon fonctionnement du système digestif et réduit les risques de diverses maladies, dont le cancer.

Enfin, certaines études ont suggéré que la consommation de tomates cuites plutôt que crues peut accroître leurs propriétés anticancéreuses car la cuisson augmente leur biodisponibilité. Par conséquent, il est recommandé d’inclure des produits à base de tomates cuites, comme les sauces ou les soupes, dans votre régime alimentaire pour obtenir un maximum de bénéfices contre le cancer.

Les pommes de terre : un allié permanent contre le cancer colorectal.

Les pommes de terre ont été étudiées pour leur capacité à réduire le risque de certains types de cancer. Dans une étude, les chercheurs ont examiné les habitudes alimentaires de plus de 130 000 personnes aux États-Unis et ont constaté que celles qui mangeaient des pommes de terre quatre fois ou plus par semaine avaient un risque plus faible de développer un cancer colorectal que celles qui n’en consommaient pas aussi fréquemment.

Outre le cancer colorectal, les pommes de terre ont également été étudiées pour leurs effets protecteurs potentiels contre d’autres types de cancer. Une étude menée en Chine a révélé que la consommation de pommes de terre était associée à une diminution du risque de cancer de l’estomac. Cette association était plus prononcée chez les personnes qui mangeaient des pommes de terre cuites au four ou bouillies, par rapport à celles qui les consommaient frites ou en purée.

Les éventuels avantages anticancéreux des pommes de terre peuvent être attribués en partie à leur teneur élevée en antioxydants, tels que la vitamine C et les caroténoïdes. Les antioxydants peuvent neutraliser les radicaux libres présents dans l’organisme, dont on pense qu’ils contribuent au développement de certains cancers. Les pommes de terre sont aussi une bonne source de fibres alimentaires, qui ont été associées à une réduction du risque de cancer colorectal.

Les pommes de terre sont aussi riches en potassium, un minéral important qui contribue à maintenir l’équilibre des fluides dans les cellules et peut jouer un rôle dans la réduction de l’inflammation dans l’organisme. Un processus qui a été associé à un risque accru de certains cancers. En outre, des études ont suggéré que les pommes de terre pourraient contenir des composés appelés kukoamines, dont les propriétés anticancéreuses ont été démontrées dans des expériences de laboratoire. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si ces composés peuvent conférer des avantages similaires lorsqu’ils sont consommés par les humains dans le cadre de leur régime alimentaire quotidien.

Les aubergines : Votre légume protecteur du cancer du sein, de l’ovaire, de l’estomac et de l’œsophage.

Les aubergines sont depuis longtemps vantées pour leurs nombreux bienfaits pour la santé, notamment dans la prévention et le traitement du cancer. De nombreuses études et recherches scientifiques ont montré que la consommation d’aubergines peut être bénéfique pour aider à réduire le risque de développer certains types de cancer.

Une étude menée en 2020 a montré que la consommation régulière d’aubergines pouvait contribuer à protéger contre le cancer de l’ovaire. L’étude a examiné un groupe de femmes qui mangeaient régulièrement des aubergines et a constaté qu’elles avaient un risque significativement plus faible de développer un cancer de l’ovaire que celles qui ne mangeaient pas d’aubergines régulièrement. En outre, les auteurs de l’étude ont noté que, même si l’échantillon était de petite taille, il semblait y avoir un lien entre la consommation d’aubergines et la réduction du risque de cancer de l’ovaire.

Une autre étude publiée en 2019 a exploré les effets anticancéreux de l’extrait d’aubergine sur les cellules cancéreuses du sein humain. Les chercheurs ont constaté que lorsqu’ils exposaient les cellules à un extrait d’un certain type d’aubergine appelé Solanum melongena, celui-ci inhibait la prolifération cellulaire et induisait la mort cellulaire. En outre, cet extrait a également entraîné une diminution des niveaux de protéines inflammatoires connues pour être impliquées dans la formation et la progression des tumeurs. Ces résultats suggèrent que l’intégration des aubergines dans votre régime alimentaire pourrait contribuer à réduire votre risque de cancer du sein.

Des recherches récentes ont aussi montré que la consommation d’aubergines peut également aider à protéger contre les cancers de l’estomac et de l’œsophage. Par exemple, une étude réalisée en 2020 a montré que les personnes qui consommaient des quantités plus importantes d’aubergines présentaient des niveaux plus faibles de biomarqueurs associés à ces deux types de cancers, par rapport à celles qui en mangeaient moins ou pas du tout. On pense que les polyphénols – des composés antioxydants que l’on trouve en abondance dans les aubergines – jouent un rôle ici en réduisant l’inflammation, ce qui peut aider à prévenir le développement et la propagation de ces cancers.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé. [sibwp_form id=5]