Arrêt du tabac sans prise de poids

image cigarette cassée
En plus de ses effets excitants sur le système nerveux, la nicotine contenue dans le tabac exerce plusieurs effets sur le métabolisme

L’arrêt du tabac est à l’honneur en ce mois Novembre. L’un des facteurs retenant la décision est souvent lié à la peur de prendre du poids. Les fumeurs sont en effet en moyenne plus minces que les non-fumeurs et cet impact du tabac sur le poids incite malheureusement certaines personnes, en particulier les jeunes femmes, à fumer pour demeurer sveltes. Une bien mauvaise stratégie à adopter compte tenu des effets catastrophiques du tabac sur la santé.

En plus de ses effets excitants sur le système nerveux, la nicotine contenue dans le tabac exerce plusieurs effets sur le métabolisme :  réduction de l’appétit et, par conséquent, de l’apport calorique, augmentation de la dépense énergétique de l’organisme (environ 300 calories pour 30 cigarettes) et inhibition d’enzymes (lipoprotéine lipase) impliquées dans l’assimilation des graisses. Collectivement, ces facteurs font en sorte que les fumeurs sont généralement plus minces que les personnes qui ne fument pas.

Au cours d’une étude portant sur l’effet antidépresseur de plusieurs substances, une équipe de chercheurs de l’Université Yale a observé que les animaux traités par la nicotine mangeaient moins que les autres. Des expériences subséquentes ont montré que cet effet était une conséquence d’une interaction spécifique de cette drogue avec des récepteurs localisés à la surface de certains neurones de l’hypothalamus, le centre de « haut commande- ment » du cerveau.  Puisque ces neurones sont spécialisés dans la sécrétion des mélanocortines, des hormones servant à signaler l’arrêt de la prise alimentaire, leur activation par la nicotine mime d’une certaine façon la sensation de satiété et indique que le corps a mangé suffisamment. Autrement dit, une fois parvenue au cerveau, la nicotine active un mécanisme qui entraîne l’arrêt de la prise de nourriture.

Arrêt du tabac: un tiers de ceux qui arrêtent ne prennent pas de poids

Cet impact direct de la nicotine sur les mécanismes de la faim fait en sorte qu’il n’est pas rare que les personnes prennent du poids après avoir cessé de fumer. En effet, le sevrage de la nicotine provoque une augmentation de l’appétit et de l’apport calorique, celui-ci pouvant être particulièrement important si l’ex-fumeur développe des mauvaises habitudes alimentaires pour compenser le manque de tabac (fringales, pulsions envers certains aliments riches en calories).

En moyenne, les études indiquent que les hommes engraissent de 3 kg et les femmes de 4 kg après l’arrêt du tabac. Chez près de 15 % des ex-fumeurs, ce gain de poids peut même être supérieur à 10 kg ! Malheureusement, les sondages réalisés auprès des fumeurs indiquent que ce gain de poids potentiel représente pour plusieurs personnes un facteur important dans la décision de continuer ou de recommencer à fumer.

Cette accumulation de poids n’est cependant pas inévitable, en effet, près d’un tiers des fumeurs maintiennent leur poids après avoir cessé de fumer.

Arrêt du tabac : les bonnes habitudes simples pour éviter de prendre du poids

Plusieurs moyens simples peuvent être envisagés pour minimiser les risques de surpoids chez les ex-fumeurs en compensant temporairement, par des petits changements comportementaux, l’effet de satiété de la nicotine :

  • Manger seulement aux repas et éviter de grignoter.
  • 
Si les fringales sont fréquentes, privilégier les crudités faiblement caloriques.
  • Augmenter la fréquence et/ou l’intensité de l’activité physique.

– Boire beaucoup d’eau tout en évitant les boissons sucrées (jus, sodas).

– Manger beaucoup de légumes, fruits, légumineuses et éviter la malbouffe.

Les avantages associés à l’arrêt du tabac sont tellement importants que la crainte de prendre quelques kilos ne devrait pas représenter un facteur déterminant dans la décision d’arrêter de fumer. Sans compter qu’il est tout à fait possible d’éviter ce gain de poids en adoptant de saines habitudes de vie !

Pour vous aider à sauter le pas, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de santé.

Plus d’informations :

https://www.tabac-info-service.fr/

Source

Mineur YS et coll. Nicotine decreases food intake through activation of POMC neurons. Science, 332:1330-32.

Lire aussi :

Le lien entre surpoids et mort prématurée se confirme

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.