Apitherapie: soigner les douleurs articulaires avec du venin d’abeille

Apitherapie photo abeille qui pique
Apitherapie. Aussi surprenant que cela paraisse, le venin d’abeille a des effets positifs sur les douleurs articulaires et arthrosiques

L’apitherapie regroupe tous les bienfaits des produits de la ruche : pollen frais, propolis, gelée royale mais aussi le venin d’abeille. Aussi surprenant que cela paraisse, le venin d’abeille a des effets positifs sur les douleurs articulaires et arthrosiques. Pour les personnes allergiques au venin d’abeille, on peut se désensibiliser facilement grâce à des injections standardisées de venin.. uniquement sur prescription médicale.

Sécrété à partir des glandes acides et basiques caudales des abeilles ouvrières, le venin est un liquide incolore à l’odeur forte, caractéristique. C’est un composé complexe formé de 85% d’eau et de 15% de matières sèches. Ces matières sèches sont un mélange d’enzymes (15%), de peptides et protéines (55% à 58%) (melittine, histamine etc.), de 25 à 30% de composés autres (sucres, phospholipides, etc) ainsi que de 1 à 2% de composants volatiles. Le venin est récolté en laboratoire. les abeille sont tout d’abord excitées, elles piquent alors à travers une membrane très fine en caoutchouc. Le venin est ensuite recueilli dans un collecteur puis lyophilisé. On en obtient ainsi de grandes quantités de qualité pharmaceutique.

Le venin a sur l’homme des effets variables en fonction. Pour un sujet piqué, la réaction peut être normale ou anormale (allergie). Certaines personnes sont naturellement immunisées.

Le venin est bactéricide, bactériostatique, antifongique et antibiotique, allergisant… Son action anti-inflammatoire est la base de la « venom thérapie » anglo-saxonne (USA). Selon la tradition médicale, le venin soulage les douleurs rhumatismales, arthrosiques. Son usage pour traiter les affections neurologiques telles que la sclérose en plaques (SEP), reste très controversé. Aucune preuve scientifique ne démontre une efficacité objective dans les pathologies neurologiques. De ce fait, les associations de patients tant américaines, européennes déconseillent son usage !

 » Apitherapie « 

Le venin d’abeille génère lors de sa pénétration intradermique par piqûre d’abeille ou par injection dans un but de soin, des réactions douloureuses, conséquence de son activité hémolytique et neurotoxique, qui sont dose dépendante.

Des réactions d’allergies violentes voire fatales, peuvent exister chez des sujets ayant préalablement déjà été piqués ou l’ignorant !

La dose létale de venin, sauf cas particulier, est d’une vingtaine de piqûres par kg de poids pour un adulte, soit environ 1300 piqûres rapprochées pour un sujet de 65 Kg. (Une ruche contient 25 à 40 000 abeilles!)

L’usage thérapeutique du venin est contre-indiqué dans les cas suivants : Diabète mal équilibré; usage de Beta-bloquants ; Insuffisances cardiovasculaires et rénales sévères, maladies de système avancées.Le venin peut être administré par injection à la seringue voire par l’inhalation d’une solution diluée de venin d’abeille. Le venin d’abeille pénètre dans l’organisme humain par la piqûre d’abeille : Apipuncture.

Le venin est utilisé également sous diverses présentations : crèmes, lotions, comprimés, gouttes.

Méthode traditionnelle, elle a ses défenseurs. Elle consiste à déposer, à l’aide d’une pince, une ou des abeilles vivantes sur la peau du sujet sur les zones douloureuses ou encore sur des points d’acupuncture. Chaque piqûre injecte de l’ordre 0,1 à 0,5 mg de venin ou apitoxine. Les barbelures empêchent l’extraction du dard. Le retrait de l’abeille entraîne la perte de sa partie terminale. La glande à venin isolée continue de se contracter spasmodiquement jusqu’à plusieurs minutes. La dose injectée au sujet varie selon la durée de présence du sac à venin et de la technique d’ablation du dard…

Le venin lyophilisée est injecté par le thérapeute (le plus souvent non médecin), à dose connue, en sous-cutanée, intradermique, par mésothérapie, soit sur la zone douloureuse, soit sur des points d’acupuncture ou en association avec d’autres « pratiques » para-médicales…

On trouve en pharmacie du venin prêt à l’injection (ex : VENIN d’ABEILLE ALBAY 120 mcg lyophilisat)

L’usage de venin doit se faire seulement sur prescription médicale, sous une surveillance médicale rigoureuse pour des affections parfaitement déterminées, en tenant compte des contre-indications. Un matériel de réanimation complet, dont l’usage est bien connu du praticien, doit être présent sur le lieu du soin. (Obligation de moyens)

Apitherapie le venin d'abeille c
Apitherapie le venin d’abeille contre les douleurs rhumatismales er arthrosiques

La désensibilisation au venin d’abeille (pour guêpe frelon avec des venins spécifiques) se fait selon deux méthodes.La désensibilisation est efficace dans plus de 90% des cas, du fait de l’existence d’un seul allergène majeur bien caractérisé biochimiquement.

Des applications médicales utilisant des composants isolés du venin d’abeille « apis mel » (ex : mélittine) existent. Des recherches sont activement menées dans des domaines divers comme la cancérologie, les maladies infectieuses virales, etc. avec des résultats très encourageants.

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.