Anti-inflammatoires : attention à l’ibuprofene et au ketoprofene

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Bien qu’utiles dans le soulagement de nos différentes douleurs , l’IBUPROFENE et LE KETOPROFENE peuvent representer des dangers graves pour notre santé!!!

Vous avez sûremenent dans votre boîte à pharmacie, l’un de ces médicaments. L’IBUPROFENE et le KETOPROFENE sont généralement utilisés par nombre d’entre nous pour le soulagement de la fievre et de la douleur.  Souvent achetés dans nos pharmacies sans ordonnances, ces deux anti-inflammatoires restent, derière le Paracétamol, les  anti-inflammatoires les plus utilisés contre les douleurs rhumatismales, états grippaux, fièvre et autres types d’algies. Pourttant, ces médicaments bien qu’utilent représentent de potentiels dangers  pour nous.

Parfois connus sous les noms d’ADVIL ou de NUROFEN pour l’Ibuprofene , et de PROFERID pour le Ketoprofene ,ces médicaments de la classe des anti-inflammatoires non stéroidiennes( AINS) ont pour effet d’inhiber la liberation de prostaglandines, prostacyclines et de thromboxanes qui sont des médiateurs de l’inflammation ( qui favorisent l’apparution des éffets physiologiques de l’inflammation à savoir la douleur, la rougeur, la chaleur et la tumeur ou gonflement)

MAIS QUE FAUT’IL REDOUTER SUR CES MEDICAMENTS?

En effet, l’IBUPROFENE et le KETOPROFENE ont fait l’objet d’études par l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en France. De leurs études il en ressort que ces 2 anti-inflammatoires pris en cas d’infections, auraient la possibilité d’aggraver la situation. Cela en retardant la mise en œuvre des mécanismes de défense de l’organisme. En effet, ils vont masquer les signes de l’infection à savoir la chaleur, la douleur, la rougeur et le gonflement, et par conséquent, vont retarder le diagnostic et l’infection s’agrandira. Entre 2000 et 2018, l’agence a noté 337 complications d’infections avec la prise d’IBUPROFENE et 32 décès.

D’autres recherches menées par l’INSERM (Institut Nationale de la Santé Et de la Recherche Médicale)  ont révélé que ces mêmes anti-inflammatoires seraient responsable de perturbations endocriniennes chez les hommes. Conduisant à un abaissement de la production de testostérone et d’autres hormones testiculaires. Ceci aurait pour conséquences la baisse de la libido et plus tard, conduire à l’infertilité.

Dans la même lancée, la FOOD DRUG ADMINISTRATION (Administration Américaine des denrées Alimentaires et des Médicaments) met en garde contre l’utilisation de l’Ibuprofène et du Kétoprofène, car ces derniers augmenteraient les risques de crises cardiaques chez les patients de plus de 40 ans. Ajouté à cela, des cas d’atteinte rénale et du foie ont été observés.

  En conclusion, ces AINS peuvent occasionner :

-Aggravation des infections

-Troubles hormonaux

-Infertilité masculine

– AVC

– Atteintes rénales, hépatiques et hémorrhagies digestives sont là quelques effets secondaires recensés chez les consommateurs des anti-inflammatoires Ibuprofène et Kétoprofène.

Alors quoi faire ?

En effet, ces anti-inflammatoires ne deviennent nuisibles que lorsqu’ils sont pris à haute doses ou pour une longue durée. C’est le cas des patients souffrant d’arthrites rhumatoïdes ou d’inflammations chroniques. Il est donc recommandé aux personnels de santé une pharmacovigilance de proximité (veillé sur les doses et les durées de prescription). Au niveau de la population il est recommandé de :

  • privilégier le paracétamol pour vos différentes douleurs et fièvres
  • d’éviter ces médicaments pour les femmes enceintes et les adultes de plus de 40ans 
  • de les éviter en cas de douleur ou fièvre associés à une infection ;
  • ne jamais prendre 2 médicaments de cette famille en même temps ;
  • pas prendre plus de 3 jrs en cas de fièvre
  • pas plus de 5jrs en cas de douleurs ;
  • et enfin de toujours prendre avis chez votre médecin avant de prolonger l’utilisation de l’un de ces médicament au delà du délai inscit sur l’ordonnance