Alzheimer : les bénéfices du resvératrol à forte dose sur le ralentissement de la maladie

La plupart des gens connaissent la maladie d’Alzheimer comme une maladie qui provoque des pertes de mémoire. À un stade précoce, elle se manifeste de façon discrète, par des oublis de dates importantes ou de l’emplacement des choses, par exemple. A un stade plus avancé, faire ses comptes devient un défi de plus en plus pénible.

Les patients à un stade plus avancé de la maladie confondent les jours et les lieux où ils se trouvent, et ont du mal à trouver leurs mots et à discerner les distances. Avoir une conversation avec eux peut devenir difficile. Progressivement, leurs humeurs et leur personnalité changent.

Grape de raisin
les bénéfices du resvératrol à forte dose sur le ralentissement de la maladie

La revue scientifique Neurology a publié une étude conduite pendant un an, la plus importante menée aux États-Unis, sur le resvératrol à haute dose – sur 199 sujets atteints d’une forme légère à modérée de la maladie d’Alzheimer .L’un des objectifs était de savoir si le resvératrol à haute dose pourrait être sûr, à long terme.

La moitié des sujets ayant participé à l’étude ont reçu un placébo ; les autres ont reçu du resvératrol, à raison d’une dose de 500 milligrammes (mg) par jour au début, pour arriver à deux doses de 1.000 mg par jour à la fin de l’étude.

Les bénéficies du resvératrol sur le ralentissement du vieillissement

Les scientifiques savaient déjà que les maladies liées à l’âge chez les animaux pouvaient être atténuées par une restriction calorique et que le resvératrol pouvait imiter les effets de la restriction calorique en libérant la même protéine, la sirtuine, dont on pense qu’elle joue un rôle dans la régulation de la fonction mitochondriale du muscle squelettique. On sait que la restriction calorique altère les gènes liés à la longévité en ralentissant le processus de vieillissement chez les vers, les rats et les poissons, mais il existe des preuves indiquant qu’elle a les mêmes effets sur l’homme.

Le facteur de risque le plus important de développement de la maladie d’Alzheimer est le vieillissement, et des études sur les animaux ont montré que la plupart des maladies liées à l’âge, y compris la maladie d’Alzheimer, peuvent être prévenues ou retardées par une restriction calorique à long terme (c’est-à-dire consommer deux tiers de l’apport calorique normal.

Le resvératrol aide à éliminer les plaques d’amyloïde

À mesure que la démence augmente, une protéine que l’on appelle la bêta-amyloïde-40 s’affaiblit. Les chercheurs ont découvert que le groupe du resvératrol avait un taux de bêta-amyloïde plus élevé dans le liquide céphalo-rachidien par rapport au groupe placébo. Bien que l’accumulation de bêta-amyloïde dans le cerveau soit une caractéristique de la maladie d’Alzheimer, les patients ont pourtant un taux plus faible de cette protéine en dehors du cerveau. Les conclusions de l’étude suggèrent que le resvératrol pourrait contribuer à modifier l’équilibre pour passer de l’accumulation de la bêta-amyloïde dans le cerveau, à la circulation de la protéine dans le corps. »

Lorsque les scientifiques ont examiné les IRM cérébraux des patients, effectués avant et après l’étude, ils ont donc découvert que ceux du groupe du resvératrol avaient perdu davantage de volume cérébral que ceux du groupe placébo. Ils ont donc supposé que les traitements réduisaient le gonflement du cerveau, courant chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ces découvertes ont été qualifiées de « paradoxales » et « d’étonnantes », et ont ouvert la voie pour une étude de suivi.

Source

Turner: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of resveratrol for Alzheimer disease. Neurology. doi: 10.1212/WNL.0000000000002035.

Pour voir l’ article original cliquer ci dessous: