Allergies en hiver : reconnaitre les symptômes et les allergènes

Mélanome hiver soleil

Oui, vous pouvez aussi souffrir de symptômes d’allergies en hiver. La plupart des gens n’associent pas l’hiver à des allergies. Mais les allergies persistent pendant les mois froids. Il est toutefois important de savoir que les allergies hivernales posent des problèmes légèrement différents de ceux qui se posent en d’autres saisons. Et savoir comment les éviter ou minimiser les facteurs déclenchants peut vous aider à vous sentir au mieux pendant tout l’hiver.

Qu’est-ce qui cause les allergies en hiver

Il n’y a pas de pollen en hiver. Les allergies hivernales en plein air ne sont donc pas si préoccupantes. Mais vous avez toujours les allergènes] intérieurs. Et si vous passez plus de temps à l’intérieur par temps froid, vous pourriez remarquer une augmentation des symptômes d’allergie, tels que les éternuements, la respiration sifflante et les yeux larmoyants et qui démangent. Les allergènes courants à l’intérieur (qui peuvent déclencher des symptômes en hiver) comprennent:

– Les squames

Ce sont les squames (squames de peau morte), et non les poils des animaux domestiques tels que les chats et les chiens, qui peuvent provoquer des réactions allergiques aiguës ou chroniques chez l’homme.

– Acariens de la poussière

Ces microscopiques insectes pourraient être la cause la plus fréquente d’allergies intérieures tout au long de l’année. Les acariens se développent dans la literie, les tapis et les meubles rembourrés de votre maison.

– Moisissures d’intérieur

Nous respirons tous des spores de moisissure, mais pour les personnes allergiques, l’exposition peut déclencher des éternuements, des congestions et des démangeaisons. La moisissure se développe dans les endroits humides, comme les sous-sols et les salles de bain.

 

Ce que vous pouvez faire pour prévenir les allergies hivernales

Un gros problème avec les allergies hivernales est que les modes de vie par temps froid peuvent transformer une simple réaction allergique en quelque chose de pire. On monte facilement le chauffage, ce qui rend l’air intérieur encore plus sec. Cela entraîne une sécheresse du nez, ce qui augmente l’incidence des saignements de nez et des gerçures de la peau. De plus, cela augmente le risque d’infection lorsque les voies nasales d’une personne sont déjà enflammées par les allergies. Utiliser des rinçages nasaux salins pour réduire le risque de contracter une infection virale secondaire.

Il n’est peut-être pas possible de se débarrasser entièrement des allergies hivernales, mais vous pouvez réduire l’exposition aux allergènes, du moins dans votre propre environnement.

Voici quelques conseils pour minimiser l’exposition aux allergènes à l’intérieur en hiver :

– Utilisez un humidificateur pour réduire la sécheresse de l’air, mais ne transformez pas votre maison en forêt tropicale. Les acariens se développent dans un environnement où l’humidité est supérieure à 60 % et la température 20°. Les moisissures se développent également plus rapidement dans des conditions de forte humidité. Un taux d’humidité maximum de 50 % est parfait.

– Évitez de rester dans les pièces à moquettes, qui offrent un environnement favorable aux acariens.

– Nettoyez, époussetez et passez l’aspirateur régulièrement, à l’aide d’un aspirateur équipé d’un filtre à particules à haute efficacité (HEPA).

– Lavez les draps chaque semaine à l’eau chaude pour tuer les acariens

– Pour réduire les squames, lavez les animaux une fois par semaine. Mais pas plus souvent, car des bains plus fréquents peuvent dessécher le pelage et la peau de l’animal et évitez que les animaux n’entrent dans la chambre à coucher de toute personne de la maison souffrant d’allergies.

Si vous avez fait tout votre possible pour protéger votre maison contre les allergies mais que vous avez encore des symptômes, ce n’est peut-être pas votre faute. Les lieux publics, tels que les lieux de travail, peuvent présenter les mêmes conditions allergisantes que votre maison : air sec, poussière et acariens. En outre, les propriétaires d’animaux domestiques se retrouvent souvent avec des squames sur leurs vêtements et les transportent involontairement dans les lieux publics. Le niveau de squames de chat dans les lieux publics est suffisamment élevé pour déclencher une allergie

Allergies hivernales ou rhume? Comment faire la différence.

En hiver, il peut être difficile de distinguer une allergie d’un rhume. Les deux ont en commun des symptômes tels que les éternuements, l’écoulement nasal et la congestion. Mais les rhumes sont des infections virales, tandis qu’une allergie est la réponse du système immunitaire de votre corps à un irritant ou à un déclencheur.

Des symptômes différents

Les rhumes ne durent généralement pas plus de deux semaines, tandis que les allergies persistent tant que l’allergène est présent. Et des symptômes tels que des démangeaisons et des larmoiements sont généralement le signe d’une allergie, et non d’un rhume ou d’une grippe. Tandis que les douleurs et la fièvre ne sont pas associées aux allergies.
Selon les National Institutes of Health (NIH), les rhumes ne durent généralement pas plus de deux semaines, tandis que les allergies persistent tant que l’allergène est présent. Et des symptômes tels que des démangeaisons et des larmoiements sont généralement le signe d’une allergie, et non d’un rhume ou d’une grippe, tandis que les douleurs et la fièvre ne sont pas associées aux allergies. La toux est parfois associée à des allergies, mais elle est plus souvent le signe d’un rhume et, lorsqu’elle est plus grave, de la grippe.