Alimentation émotionnelle : quand les émotions font grossir

L’alimentation émotionnelle peut saboter vos efforts de perte de poids. Parfois, les fringales les plus fortes frappent lorsque vous êtes à votre plus bas niveau émotionnellement. Dans un moment difficile de la vie, ou de la journée après un stress, un conflit, de l’ennui, une émotion forte. Vous vous tournez alors vers la nourriture pour le réconfort, consciemment ou inconsciemment, lorsque vous n’arrivez pas à faire face à un problème difficile.

Les fringales émotionnelles conduisent souvent à manger trop, en particulier trop d’aliments riches en calories, sucrés et gras. La bonne nouvelle est que si vous avez identifié cette inclinaison chez vous, vous pouvez prendre des mesures pour reprendre le contrôle de vos habitudes alimentaires et vous remettre sur la bonne voie. Celle de stabilisation de votre poids ou de la perte de poids.

Fonctionnement du cycle du poids lié à vos émotions

L’alimentation émotionnelle pousse à manger comme un moyen de supprimer ou d’apaiser les émotions négatives, comme le stress, la colère, la peur, l’ennui, la tristesse et la solitude. Les événements majeurs de la vie ou, plus souvent, les tracas de la vie quotidienne peuvent déclencher des émotions négatives qui conduisent à une alimentation émotionnelle et sabote vos efforts de perte de poids. Ces déclencheurs peuvent inclure :

  • Conflits relationnels
  • Travail ou autres facteurs de stress
  • Fatigue
  • Pressions financières
  • Problèmes de santé

Bien que certaines personnes mangent moins en cas d’émotions fortes, le plus souvent, si vous êtes en détresse émotionnelle, vous vous tournez  avec impulsivité ou frénésie vers des aliments gras ou riche sans même y prendre plaisir.

En fait, vos émotions peuvent devenir tellement liées à vos habitudes alimentaires que vous choisissez automatiquement une gâterie sucrée chaque fois que vous êtes en colère ou stressé sans penser à ce que vous faites.

La nourriture sert aussi de distraction. Si vous êtes inquiet au sujet d’un événement à venir ou ressassez un conflit, vous pouvez vous concentrer sur la prise d’aliments réconfortants au lieu de faire face à la situation douloureuse.

Quelles que soient les émotions qui vous poussent à trop manger, le résultat final est souvent le même. L’effet est temporaire, les émotions reviennent et vous portez probablement alors le fardeau supplémentaire de la culpabilité de la perte de votre objectif d’équilibre alimentaire ou de perte de poids. Cela peut également conduire à un cycle malsain, vos émotions vous poussent à trop manger, vous vous battez pour reprendre votre projet de perte de poids, vous vous sentez mal et vous mangez trop à nouveau.

Comment vous remettre sur les rails ?

Lorsque les émotions négatives menacent de déclencher une crise d’alimentation émotionnelle, vous pouvez prendre des mesures pour contrôler les fringales. Pour aider à arrêter de manger émotionnellement, essayez ces conseils:

Tenez un journal alimentaire

Notez ce que vous mangez, combien vous mangez, quand vous mangez, comment vous vous sentez quand vous mangez et l’état de votre faim. Au fil du temps, vous pouvez voir des modèles qui révèlent le lien entre l’humeur et la nourriture.

Apprivoisez votre stress

Si le stress contribue à votre alimentation émotionnelle, essayez une technique de gestion du stress, comme le yoga, la méditation ou la respiration profonde ou la cohérence cardiaque.

Vérifiez la réalité de votre faim

Votre faim est-elle physique ou émotionnelle? Si vous avez mangé il y a quelques heures, vous n’avez probablement pas faim. Donnez le temps à votre envie de passer.

Obtenez de l’aide

Vous êtes plus susceptible de céder à l’alimentation émotionnelle si vous n’avez pas un bon réseau de soutien. Appuyez-vous sur votre famille et vos amis ou envisagez de vous joindre à un groupe de soutien.

Combattez l’ennui.

Au lieu de grignoter quand vous n’avez pas faim, substituez un comportement plus sain. Promenez-vous, jardinez, regardez un film, jouez avec votre chat, écoutez de la musique, lisez, surfez sur Internet ou appelez un ami.

Enlevez la tentation.

Ne gardez pas les aliments réconfortants auxquels il est difficile de résister dans votre maison. Et si vous vous sentez en colère, reportez votre déplacement à l’épicerie du coin de la rue jusqu’à ce que vous ayez mis vos émotions en échec.

Collation saine

Si vous ressentez l’envie de manger entre les repas, choisissez une collation saine, comme des fruits frais, des noix, noisettes, amandes. Ou essayez des versions à faible teneur en calories de vos aliments préférés pour voir si elles satisfont votre envie.