Alimentation anti-inflammatoire: le gras de poisson fait mieux que le gras du lard

Une étude chez le rat montre que par rapport au lard, l’huile de poisson a des effets bénéfiques sur l’inflammation et des fonctions cérébrales et pourrait influencer favorablement le poids.

On connait les effets d’une alimentation riche en graisse sur le IMC, mais les effets neurologiques selon le type de gras et leur influence respective sur le comportement alimentaire restent débattus. Dans cette étude menée par une équipe de l’Université de Naples Federico II, en Italie, des rats ont été nourris pendant 6 semaines avec soit une alimentation contrôle, soit un régime riche en graisses à base d’huile de poisson, soit un régime riche en graisse avec du lard. Le poids et la consommation de nourriture et d’énergie ingérée ont été suivis quotidiennement. Les résultats sont publiés dans la revue Frontiers in Cellular Neuroscience.

Moins d’inflammation avec le poisson et moins de poids

L’étude montre que les animaux recevant le lard prennent plus de poids que ceux du groupe huile de poisson, et que cette prise de poids n’est pas associée à la quantité de nourriture ingérée, mais bien à un apport énergétique plus élevé. Les analyses montrent en outre une augmentation des taux de la forme active de l’enzyme pro-inflammatoire AMPK – une enzyme impliquée dans le comportement alimentaire – dans l’hypothalamus des animaux du groupe lard, rien de tel n’étant observé dans le groupe huile de poisson.

Les chercheurs rapportent en outre une augmentation de l’inflammation et du stress oxydatif dans l’hypothalamus des animaux nourris au lard, et non ceux nourris à l’huile de poisson. Des données qui pointent de nouveau l’effet négatif des graisses saturées pour ce qui est de la santé et du poids…

Source

Emanuela Viggiano: Effects of an High-Fat Diet Enriched in Lard or in Fish Oil on the Hypothalamic Amp-Activated Protein Kinase and Inflammatory Mediators. Front. Cell. Neurosci.,