Alcool : Dites-nous combien de verres consommez-vous et nous vous disions où vous en êtes !

Pour la plupart d’entre nous, la consommation d’alcool fait partie intégrante de notre vie sociale. Mais à partir de quelle quantité peut-on parler d’excès ? Il peut être difficile d’évaluer si votre consommation individuelle est devenue malsaine – et risque de nuire à votre santé physique et mentale à long terme si c’est le cas. Pour vous aider à déterminer si des changements sont nécessaires, cet article explique les différents points de référence que vous pouvez utiliser pour suivre et évaluer vos habitudes de consommation. Nous examinerons ce que cela signifie d’un point de vue physique, psychologique et plus général, et nous vous donnerons des conseils sur les mesures à prendre si cela s’avère nécessaire. Commençons par explorer ce qui constitue une consommation d’alcool « à faible risque » ou « raisonnable »…

Consommation raisonnable Vs consommation à risque : On vous explique.

Une quantité raisonnable d’alcool pour la santé et la sécurité générales ne dépasse généralement pas deux verres par jour pour les hommes et un verre par jour pour les femmes. Cette recommandation émane des Centers for Disease Control (CDC), qui affirment que ce niveau de consommation d’alcool a été associé à un risque moindre de problèmes de santé tels que les maladies du foie, certains cancers et les maladies cardiovasculaires. Il est important de noter, cependant, que ces recommandations sont strictement destinées à être une limite supérieure – si vous consommez moins que les quantités recommandées, les bénéfices pour la santé seront encore plus importants.

Le CDC définit la consommation excessive d’alcool comme étant plus de quatre verres par jour ou plus de 14 verres par semaine pour les hommes et plus de trois verres par jour ou plus de sept verres par semaine pour les femmes. Les effets d’une consommation excessive d’alcool peuvent inclure :

  • Des lésions hépatiques.
  • Des troubles cognitifs.
  • Des blessures accidentelles.
  • Un risque accru de certains types de cancer.
  • D’hypertension artérielle.
  • D’insuffisance cardiaque.
  • D’accident vasculaire cérébral
  • De dépression.
  • D’anxiété.
  • De perte de mémoire ou de problèmes liés à la démence.

Pour les personnes âgées de moins de 21 ans ou les femmes enceintes, la consommation d’alcool, quelle qu’en soit la quantité, est déconseillée en raison des risques potentiels liés à leur condition physique actuelle et à leur corps en développement. En outre, si vous envisagez de conduire après avoir consommé de l’alcool, il est important de se rappeler qu’il s’agit d’une contravention dans le cas où votre taux d’alcoolémie est compris entre 0,2 g/l et 0,8 g/l.

Quels sont les repères qui déterminent votre propre consommation ?

  1. Le nombre de jours où vous ne buvez pas.

L’un des points de référence les plus efficaces pour suivre et évaluer vos habitudes de consommation d’alcool est le nombre de jours où vous vous abstenez de consommer de l’alcool chaque semaine. Pour ce faire, vous pouvez vous fixer comme objectif de ne pas consommer de boissons alcoolisées plus de deux ou trois jours par semaine, puis vous assurer que cet objectif est atteint régulièrement.

  1. La limite de consommation totale.

Un autre repère consiste à limiter la quantité d’alcool consommée en une fois, ainsi que la quantité totale consommée au cours d’une période donnée. En comptant le nombre de verres que vous prenez à chaque fois et la fréquence à laquelle vous les prenez, vous pouvez vous faire une idée de la quantité d’alcool que vous consommez régulièrement.

  1. Si vous faites état d’ivresse au moins une fois par 15 jours.

En outre, la surveillance de vos niveaux d’intoxication est un autre moyen important de suivre vos habitudes de consommation. Si vous êtes extrêmement ivre plus d’une ou deux fois par mois, il est probable que vous consommez trop d’alcool et que vous devriez envisager de réduire votre consommation en conséquence. De même, si vous vous sentez malade ou mal après avoir bu des quantités même modérées, cela pourrait indiquer un problème de consommation d’alcool.

  1. Le type de boisson alcoolisée définit votre consommation.

Un autre repère utile consiste à prendre note du type de boissons que vous consommez. En faisant attention à ce que les boissons contiennent ou non de fortes concentrations de sucre ou d’autres ingrédients potentiellement dangereux, vous pourrez déterminer si vous pouvez les consommer sans risque. En outre, le montant des dépenses consacrées à l’alcool, qu’il s’agisse de l’achat de boissons individuelles dans des bars ou de l’achat d’alcool en vrac dans des magasins, donnera également une indication de l’argent réellement investi dans votre habitude sur une base hebdomadaire ou mensuelle.

  1. Ce que représente l’alcool pour vous !

Enfin, il est important d’évaluer le rôle que joue l’alcool dans les différents aspects de votre vie et de déterminer s’il est devenu trop extrême ou trop fréquent pour être considéré comme sain. Prendre en compte des situations telles que la participation à des événements sociaux où il n’y aura guère que de l’alcool à disposition, s’isoler des autres personnes qui s’abstiennent de boire, passer tout son temps libre à chercher à s’enivrer et négliger des engagements tels que le temps passé en famille pour des soirées entre amis sont autant de façons dont la consommation excessive d’alcool peut avoir un impact négatif sur la vie d’une personne et sur ses relations avec son entourage. Si l’un (ou plusieurs) de ces comportements devient de plus en plus courant, cela peut signifier qu’il faut changer ses habitudes de consommation.

Comment réussir à limiter (voire éliminer) votre consommation d’alcool ?

Limiter la consommation d’alcool peut être une entreprise difficile mais gratifiante. Il existe de nombreuses stratégies permettant de réduire ou d’éliminer sa consommation d’alcool.

Étape n°1 : Se fixer des objectifs.

Avant tout, il est important de se fixer des objectifs réalistes et de se donner le temps de s’adapter à tout changement. Si vous envisagez de réduire votre consommation d’alcool, commencez par vous fixer de petits objectifs, comme ne pas boire plus d’une boisson alcoolisée par jour pendant la première semaine. Puis augmentez progressivement jusqu’à ce que vous atteigniez votre objectif. Il peut également être bénéfique d’avoir un partenaire de responsabilité, quelqu’un à qui vous pouvez vous confier et avec qui vous pouvez vérifier régulièrement vos progrès.

Étape n°2 : Désigner les éléments déclencheurs.

Il est également important d’identifier les éléments déclencheurs de la consommation d’alcool, comme le stress, l’ennui ou la solitude. Le fait de savoir ce qui vous pousse à boire peut vous aider à planifier des activités qui vous permettront d’éviter ces circonstances ou de remplacer la consommation d’alcool par des habitudes plus saines.

Des activités telles que les promenades à l’extérieur, les passe-temps comme la lecture ou la peinture, ou la discussion avec des amis ou des membres de la famille, peuvent être des alternatives efficaces à la consommation d’alcool dans certaines situations. En outre, remplacer les boissons sucrées par des options plus saines comme l’eau, le thé et les jus naturels peut aussi contribuer à limiter la consommation d’alcool tout en procurant rafraîchissement et satisfaction.

Étape n°3 : Laisser place à l’alimentation saine.

Il peut être utile de remplir le réfrigérateur d’aliments sains qui permettent de résister plus facilement aux envies malsaines comme les chips et les snacks qui peuvent inciter à boire des boissons alcoolisées. En fin de compte, faire des choix alimentaires plus sains permettra d’améliorer le bien-être général et de réduire l’envie de prendre des habitudes malsaines comme la consommation excessive d’alcool.

Étape n°4 : Ne pas hésiter de demander de l’aide.

Enfin, une chose à ne pas négliger est de demander une aide professionnelle si nécessaire. Un spécialiste de la santé mentale peut fournir des conseils sur la meilleure façon de gérer les problèmes sous-jacents qui peuvent contribuer à une consommation excessive d’alcool et fournir des outils d’adaptation afin que toute personne aux prises avec des problèmes de dépendance liés à la consommation d’alcool puisse trouver d’autres moyens de soutien pendant le processus de rétablissement.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.