Accro aux jeux vidéo? Les symptômes de dépendance aux jeux vidéo à surveiller

Si le jeu affecte votre famille, vos études, votre travail ou votre capacité à prendre soin de vous, vous êtes peut-être accro aux jeux.

Si vous avez envie de jouer à des jeux vidéo et que vous vous sentez agité ou déprimé lorsque vous ne pouvez pas jouer, vous avez peut-être une dépendance aux jeux.

Les jeux vidéo sont un passe-temps très répandu, apprécié par des millions de personnes dans le monde. Son utilisation est montée en flèche en un laps de temps relativement court. En quelques décennies, nous sommes passés des jeux d’arcade aux jeux en ligne si réalistes et captivants que les utilisateurs ont l’impression d’être dans un autre monde. Si la plupart des joueurs jouent de manière récréative pendant leur temps libre, une minorité d’entre eux ont du mal à contrôler leurs habitudes de jeu. Leur obsession peut devenir si grave qu’elle interfère avec l’école, le travail, les relations et même les soins personnels. Si vous vous sentez agité et irritable lorsque vous ne jouez pas, et que cela interfère avec vos objectifs de vie, vos responsabilités et vos relations, vous souffrez peut-être d’une dépendance aux jeux.

Qu’est-ce que la dépendance aux jeux ?

La dépendance aux jeux est marquée par une réduction significative du contrôle des habitudes de jeu électronique ou sur Internet. Les modèles de comportement persistants et addictifs entraînent des niveaux élevés de déficience dans la vie quotidienne, affectant vos relations, vos études, votre travail et même vos soins personnels. On estime que le jeu pathologique affecte entre 1,7 % et plus de 10 % de la population générale, et qu’il touche principalement les hommes.

Les chercheurs continuent d’étudier la cause exacte de la dépendance aux jeux vidéo et déterminent si elle doit être étiquetée comme un trouble psychiatrique. Bien que la question soit encore controversée, de nombreux chercheurs considèrent le jeu pathologique comme une dépendance comportementale, similaire à la dépendance au jeu. Certaines preuves montrent que les niveaux de dopamine libérés dans le striatum ventral du cerveau lors d’un jeu vidéo compétitif sont comparables à ceux provoqués par des drogues psycho-stimulantes. Mais qu’il s’agisse ou non d’un véritable trouble psychiatrique, cette affection est tout de même reconnue. En 2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ajouté les « troubles liés aux jeux vidéo » à sa liste de troubles mentaux.

 

Symptômes courants de la dépendance aux jeux vidéo

Les premières études montrent que les personnes dépendantes des jeux présentent les symptômes suivants :

une sensation de bien-être ou d’euphorie pendant le jeu
impossibilité d’arrêter de jouer
une forte envie de jouer
sentiment de vide, de dépression et d’irritabilité lorsqu’elles ne peuvent pas jouer.

D’autres signes de dépendance aux jeux sont les suivants :

l’abandon d’activités précédemment appréciées
mauvais résultats à l’école, au travail et dans d’autres tâches
besoin de passer plus de temps à jouer pour retrouver un niveau de plaisir antérieur
utiliser les jeux vidéo pour soulager des humeurs négatives ou éviter le stress ou les conflits
mentir sur le temps passé à jouer ou le minimiser
une baisse de l’hygiène personnelle due au temps excessif passé à jouer.

Conséquences potentielles de la dépendance aux jeux

La dépendance aux jeux peut entraîner de nombreux problèmes, notamment des difficultés cognitives, psychologiques, physiques et sociales. Divers aspects de la dépendance aux jeux peuvent être liés à des problèmes cognitifs, notamment une moins bonne:

mémoire épisodique
mémoire de travail
capacités de résolution de problèmes
compétences de base en lecture
capacités d’expression écrite
attention
vitesse de traitement
organisation visuo-spatiale

Une étude portant sur 385 adolescents a révélé que les personnes souffrant d’une dépendance aux jeux présentaient des niveaux plus élevés de.. :

dépression
agression
timidité
utilisation problématique du téléphone portable

La dépendance aux jeux vidéo est également liée aux symptômes physiques suivants :

syndrome du canal carpien
« pouce du joueur » (inflammation des tendons qui font bouger le pouce)
« doigt à ressorts ou ténosynovite sténosante (le doigt reste coincé en position pliée à cause de l’inflammation)
le tennis elbow (inflammation à l’endroit où les tendons s’insèrent dans l’os du coude)
obésité (due à un comportement sédentaire et à un grignotage accru)
les problèmes de vision/la fatigue oculaire

Facteurs de risque de la dépendance aux jeux vidéo

La dépendance aux jeux peut toucher n’importe qui, mais elle est plus fréquente chez les hommes, la recherche montrant un ratio homme/femme de 2,5:1. Certains éléments de l’étude suggèrent que la dépendance aux jeux sur Internet atteint son apogée à l’adolescence, mais les résultats sont mitigés.

Dans une étude menée auprès de 866 étudiants (âgés de 12 à 17 ans), les facteurs qui déterminent le plus fortement si une personne développera une dépendance aux jeux sont les suivants:

une faible maîtrise de soi
l’exclusion sociale
l’impulsivité
une faible estime de soi
moins de contrôle sur son environnement extérieur
mauvaise qualité de l’attachement parent-enfant

Une autre étude d’un mois menée auprès de 123 étudiants universitaires au Royaume-Uni a révélé que le fait d’avoir une maladie psychiatrique sous-jacente (c’est-à-dire l’anxiété, la dépression) ainsi que les traits de personnalité suivants exposent les personnes au risque de dépendance aux jeux :

neuroticisme
comportement de recherche de sensations
agressivité
impulsivité

Une autre étude a révélé que les personnes présentant des symptômes sévères de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) sont plus exposées à la dépendance aux jeux que celles présentant des symptômes moins sévères. D’autres recherches montrent que les joueurs qui jouent à des jeux de rôle en ligne multijoueurs sont également plus exposés au risque de développer une dépendance aux jeux.

Options de traitement de la dépendance aux jeux vidéo

Le principal traitement de la dépendance aux jeux est la psychothérapie, qui peut vous aider à identifier et à modifier les pensées et les comportements nuisibles.

La psychothérapie qui peut aider la dépendance aux jeux comprend :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Dans la TCC, un thérapeute vous aide à examiner vos pensées et vos émotions pour mieux comprendre comment elles affectent vos comportements. Vous apprenez à remplacer vos schémas de pensée négatifs par des schémas plus sains.
Thérapie familiale ou conjugale : La thérapie familiale ou conjugale sensibilise les proches au trouble du jeu et aide à créer un environnement familial plus stable.
Thérapie de groupe : La thérapie de groupe permet à un groupe de personnes souffrant de dépendance aux jeux de se réunir et de discuter de leurs problèmes sous la supervision d’un animateur qualifié.
Si vous souffrez d’un trouble mental sous-jacent, comme l’anxiété ou le TDAH, votre psychiatre peut vous recommander des médicaments.

Résumé

La dépendance aux jeux implique un sentiment de contrôle fortement réduit sur ses habitudes de jeu. Si vous vous sentez agité ou déprimé lorsque vous ne jouez pas, et que cela interfère avec vos objectifs de vie, vous avez peut-être une dépendance aux jeux. Vous n’êtes pas seul, puisque jusqu’à 10 % de la population a des habitudes de jeu malsaines.

Si le jeu affecte votre famille, vos études, votre travail ou votre capacité à prendre soin de vous, envisagez de consulter un professionnel de la santé mentale pour discuter des possibilités de traitement. Rejoindre un groupe de soutien peut être particulièrement utile car cela peut vous permettre de rencontrer d’autres personnes qui vivent la même chose et vous aider à vous sentir moins seul.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.