Accouchement prématuré et complication: une mauvaise alimentation augmente les risques de 50%

Une étude révèle que les femmes qui suivent un régime alimentaire «pauvre» ou trop riche en graisses et sucres avant leur grossesse, ont un risque accru de 50% d’accoucher prématurément.

Ces conclusions, publiées dans le Journal of Nutrition viennent compléter l’ensemble des données montrant l’importance d’une alimentation équilibrée de la mère, sur l’ensemble de la période de périnatalité et dès le moment de la conception.

6 femmes sur 10 n’ont aucune notion alimentaire avant et pendant la grossesse

On sait aujourd’hui qu’en dépit des recommandations en santé publique, 6 femmes sur 10 ignorent la prise de poids adaptée durant la grossesse et n’abordent pas, à la conception et durant la grossesse, la question de l’alimentation avec le médecin ou le professionnel de santé qui les suit.

La prévalence de l’obésité chez les femmes est en augmentation, chez les femmes enceintes aussi, et de nombreuses études ont montré que :

– le juste poids de la mère fait le juste poids de l’enfant,

– la prise de poids de la mère devrait être adaptée à son IMC,

– l’excès de poids pendant la grossesse est associé à un risque accru de complications…

Le bénéfice d’une bonne alimentation pour l’accouchement

Cette étude aborde la question un peu différemment en évaluant le régime alimentaire des femmes avant la conception et en étudiant son impact sur les résultats de l’enfant à la naissance.

Les chercheurs ont suivi les habitudes alimentaires de 300 femmes avant leur grossesse. Leur analyse souligne d’une part que les femmes qui ont toujours suivi un régime riche en protéines (viande maigre, poisson, poulet, grains entiers) et en fruits et légumes avant la grossesse ont un risque moindre d’accouchement prématuré.

Mauvais alimentation 50% de risques en plus d’accouchement prématuré

D’autre part, les femmes qui ont toujours suivi un régime riche en graisses saturées (plats préparés, chips, gâteaux,…) et en sucres présente un risque augmenté de 50% d’accouchement prématuré. La prématurité qui touche 10% des naissances, est une cause majeure de complications, maladies et mortalité infantiles, rappellent les auteurs. Or, l’alimentation est un facteur de risque modifiable. Une alimentation saine avant et pendant la grossesse peut optimiser les résultats de santé, pour la maman comme pour son bébé.

Source

J.A. Grieger et al.Preconception Dietary Patterns in Human Pregnancies Are Associated with Preterm Delivery. The Journal of Nutrition