8 façons d’améliorer la qualité du sommeil en vieillissant

femme qui dort

Le vieillissement peut affecter la qualité de votre sommeil. Vous pouvez vous réveiller plus souvent et avoir un sommeil moins régulier que lorsque vous étiez plus jeune. Voici 8 conseils utiles pour surmonter ces problèmes.

Changement de la qualité du sommeil en vieillissant

En vieillissant, vous pouvez vous réveiller plusieurs fois dans la nuit, toutes les nuits. Et vous vous demandez peut-être : « Est-ce une conséquence naturelle du vieillissement, ou quelque chose ne va pas ?

Rassurez-vous, il n’y a pas lieu de s’alarmer. L’un des changements les plus courants et les plus prononcés du sommeil qui accompagne le vieillissement est le réveil plus fréquent. La cause la plus probable est un certain type de gêne physique, comme la nécessité d’aller aux toilettes ou de repositionner une articulation douloureuse.

Heureusement, les personnes âgées sont généralement capables de se rendormir aussi rapidement que les jeunes. De plus, la plupart des changements du sommeil en fonction de l’âge se produisent avant 60 ans, y compris le temps nécessaire pour s’endormir, qui n’augmente pas beaucoup plus tard dans la vie.

Parmi les autres changements qui font partie du vieillissement normal, citons le fait de dormir moins en général et de passer moins de temps dans le cycle des mouvements oculaires rapides (REM), la phase de rêve du sommeil. Ces changements peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre et, en général, ils touchent davantage les hommes que les femmes.

Vieillir n’est pas nécessairement une condamnation à un sommeil agité pour le reste de la vie. Bien que vous ne puissiez pas changer la façon dont vos rythmes et tendances naturels de sommeil ont changé, vous pouvez essayer de nombreuses techniques simples pour limiter les perturbateurs et améliorer votre qualité de sommeil.

8 conseils retrouver une bonne qualité de sommeil

1) Passez en revue vos médicaments et compléments alimentaires avec votre médecin ou votre pharmacien et envisagez des changements dans leur utilisation qui pourraient affecter la qualité du sommeil.

2) Cessez de boire dans les deux heures qui précédent le coucher afin de réduire au minimum les déplacements vers les toilettes.

3) Si la douleur vous empêche de dormir la nuit, consultez votre médecin pour savoir si la prise d’un médicament antidouleur en vente libre avant le coucher peut vous aider. Cela ne vous empêchera peut-être pas de vous réveiller, mais vous aurez peut-être plus de facilité à vous rendormir.

4) Gardez votre environnement de sommeil aussi sombre que possible. Cela implique de limiter l’éclairage du téléviseur, de l’écran d’ordinateur et des appareils mobiles. La lumière perturbe le rythme de sommeil naturel de votre corps.

5) Limitez votre consommation de caféine, en particulier dans les huit heures précédant le coucher.

6) Évitez l’alcool près de l’heure du coucher, l’alcool peut vous aider à vous endormir, mais une fois qu’il a disparu, il vous rend plus susceptible de vous réveiller pendant la nuit.

7) Pour maintenir un cycle de sommeil de qualité, limitez les siestes diurnes à seulement 10 à 20 minutes. Si vous trouvez que les siestes de jour vous rendent moins somnolent au moment de vous coucher, évitez complètement de faire une sieste.

8) Si vous avez du mal à vous endormir, essayez de prendre 1 à 2 milligrammes de mélatonine (recherchez les comprimés à libération prolongée) environ deux heures avant de vous coucher.

Il est important de viser sept à huit heures de sommeil chaque nuit. Si vous avez un sommeil de mauvaise qualité malgré ces mesures, ou si vous êtes fatigué ou somnolent la plupart des jours, parlez-en à votre médecine ou à votre thérapeute.