6 « toxiques » dans les aliments que l’on peut éviter facilement

Voici six aliments, ingrédients ou composés dont il faut se préoccuper et que l'on peut éviter facilement.

Vous avez probablement entendu de nombreuses affirmations selon lesquelles certains aliments ou ingrédients alimentaires courants sont toxiques. Heureusement, la plupart de ces affirmations ne sont pas étayées par la science. Cependant, certains ingrédients peuvent être nocifs, en particulier lorsqu’ils sont consommés en grande quantité.
Voici six aliments, ingrédients ou composés dont il faut se préoccuper.

1. Le bisphénol A et les composés similaires

Le bisphénol A (BPA) est un produit chimique que l’on trouvait autrefois dans les récipients en plastique de nombreux aliments et boissons courants et dans le revêtement intérieur des boîtes de conserve métalliques. Cependant, des études ont montré que le BPA peut s’échapper de ces récipients et pénétrer dans les aliments ou les boissons qu’ils contiennent. Le BPA imiterait les œstrogènes en se liant aux sites récepteurs destinés aux hormones. Cela peut perturber la fonction hormonale typique. De plus, des études menées sur des animaux en gestation ont montré que l’exposition au BPA entraînait des problèmes de reproduction et augmentait le risque de cancer du sein et de la prostate chez le fœtus.

Certaines études d’observation ont également révélé que des niveaux élevés de BPA sont associés à la résistance à l’insuline, au diabète de type 2 et à l’obésité. Cependant, alors que les études animales ont trouvé une association entre le BPA et la prise de poids et la résistance à l’insuline, peu d’études humaines ont étudié l’association entre les marqueurs d’exposition au BPA et le diabète.

Heureusement, la plupart des plastiques et des boîtes de conserve sont désormais exempts de BPA. Cependant, le BPA a été remplacé dans de nombreux produits par des composés très similaires, comme le bisphénol S, qui peuvent avoir des effets similaires. En fait, une étude note que le BPS peut être plus toxique pour le système reproducteur que le BPA. Pour réduire votre exposition à ces composés potentiellement dangereux, évitez autant que possible la vaisselle en plastique, y compris l’eau en bouteille. Utilisez des verres en verre et en acier inoxydable plutôt que du plastique, et recherchez des aliments emballés dans du verre plutôt que dans des boîtes en aluminium.

2. Graisses trans artificielles

Les graisses trans artificielles sont fabriquées en pompant de l’hydrogène dans des huiles insaturées telles que les huiles de soja et de maïs pour les transformer en graisses solides. Ils étaient autrefois présents dans de nombreux aliments transformés, comme la margarine, les snacks et les biscuits. Cependant, des études animales et d’observation ont montré à plusieurs reprises que la consommation de graisses trans provoque une inflammation et a des effets négatifs sur la santé cardiaque.

3. Hydrocarbures aromatiques polycycliques

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont considérés comme des polluants environnementaux. Ils proviennent de la combustion de matières organiques, mais on les trouve également dans les aliments. Lorsque la viande est grillée ou fumée à haute température, la graisse s’écoule sur les surfaces de cuisson chaudes, produisant des HAP volatils qui peuvent s’infiltrer dans la viande.

Bien que la viande rouge ait été autrefois considérée comme la principale coupable, on a constaté que des échantillons de poulet et de poisson grillés contenaient des niveaux similaires de HAP.
En fait, les viandes fumées et grillées sont l’une des principales sources de HAP dans l’alimentation. Mais les HAP se retrouvent également dans de nombreux types d’aliments transformés.

Malheureusement, les chercheurs ont découvert que les HAP sont toxiques et liés à un risque accru de cancer du sein, du rein, du côlon et de la prostate. Bien qu’il soit préférable d’utiliser d’autres méthodes de cuisson, comme la cuisson lente, vous pouvez réduire les HAP jusqu’à 89 % lors de la cuisson au gril en minimisant la fumée et en éliminant rapidement les jus de cuisson.

4. La coumarine dans la cannelle

La coumarine est un composé toxique présent dans la cannelle C. cassia, C. loureiroi et C. burmannii. Ces types de cannelle sont couramment trouvés dans les magasins d’alimentation. À fortes doses, la coumarine a été liée à un risque accru de cancer et de dommages au foie. Cependant, il est impossible de savoir quelle quantité de coumarine contient votre cannelle si vous ne la faites pas tester.

Si vous voulez éviter la coumarine, recherchez un autre type de cannelle, appelée cannelle de Ceylan ou « vraie cannelle », provenant de la plante Cinnamomum verum. Elle est plus difficile à trouver en magasin (vous devrez peut-être la commander en ligne) et plus chère, mais elle contient beaucoup moins de coumarine

5. Les sucres ajoutés

Les sucres ajoutés sont souvent qualifiés de « calories vides ». Cependant, les effets nocifs du sucre vont bien au-delà. L’excès de sucre riche en fructose, comme le sirop de maïs à haute teneur en fructose, a été associé à de nombreuses pathologies graves, notamment l’obésité, le diabète de type 2, le syndrome métabolique, la stéatose hépatique et le cancer. Les aliments riches en sucres ajoutés sont également très transformés et peuvent avoir des propriétés addictives qui rendent difficile pour certaines personnes de réguler leur consommation de ces aliments.

Sur la base d’études animales, certains chercheurs ont attribué ce phénomène à la capacité du sucre à provoquer la libération de dopamine, un neurotransmetteur dans le cerveau qui stimule les voies de récompense.Pour réduire votre consommation de sucre ajouté, limitez les boissons sucrées comme les sodas et les jus de fruits et ne consommez qu’occasionnellement des snacks et des desserts transformés.

 

6. Le mercure dans le poisson

Le poisson est une protéine animale extrêmement saine, mais certaines variétés de poissons d’eau profonde peuvent contenir des niveaux élevés de mercure, une toxine connue. Cela est dû au fait que le polluant remonte la chaîne alimentaire dans la mer. Les plantes qui poussent dans les eaux contaminées par le mercure sont consommées par les petits poissons, qui sont ensuite consommés par des poissons plus gros. Au fil du temps, le mercure s’accumule dans le corps de ces gros poissons, qui finissent par être mangés par les humains. Le mercure est une neurotoxine, c’est-à-dire qu’il peut endommager le cerveau et les nerfs.

Les recherches suggèrent que les jeunes enfants et les femmes enceintes et allaitantes sont particulièrement exposés, car le mercure peut affecter le développement du cerveau et du système nerveux du fœtus et du nourrisson. Une analyse de 2014 a révélé que dans plusieurs pays, les niveaux de mercure dans les cheveux et le sang des femmes et des enfants étaient nettement plus élevés que ce que recommande l’Organisation mondiale de la santé, en particulier dans les communautés côtières et près des mines. Certains poissons, comme le maquereau royal et l’espadon, sont extrêmement riches en mercure et doivent être évités. Cependant, la consommation d’autres types de poissons est toujours conseillée car ils présentent de nombreux avantages pour la santé. Pour limiter votre exposition au mercure, choisissez des poissons à faible teneur en mercure comme le saumon, le hareng.

Le fond du problème

De nombreuses affirmations sur les effets nocifs des toxines alimentaires ne sont pas étayées par la science, mais certains aliments et composés alimentaires sont préoccupants. Pour minimiser le risque de dommages, limitez autant que possible votre consommation d’aliments transformés, d’huiles végétales, de viandes transformées et de sucres ajoutés. Cependant, il est également important de se rappeler que nombre de ces aliments ne sont nocifs que s’ils sont consommés régulièrement ou en grande quantité. Il n’est donc pas nécessaire de les abandonner complètement, mais de les limiter à des friandises occasionnelles.

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -