5 effets bizarres de la course sur votre corps et comment y remédier

Voici ce que vous pouvez faire pour remédier à ces 5 problèmes courants et poursuivre votre entraînement.

Il ne fait aucun doute que la course à pied peut être difficile pour votre corps. Voici ce que vous pouvez faire pour remédier à ces problèmes courants et poursuivre votre entraînement.

Courir, à peu près à n’importe quel rythme, peut avoir des effets bénéfiques importants sur la santé du corps.

Par exemple, une étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology a porté sur plus de 55 000 coureurs âgés de 18 à 100 ans et a révélé que le fait de courir, ne serait-ce que 5 à 10 minutes par jour à faible allure, entraînait une réduction significative du risque de maladie cardiovasculaire. Vos poumons aussi vont adorer. L’activité a été liée à une meilleure absorption d’oxygène, à une meilleure circulation et à une fonction pulmonaire accrue, selon un rapport publié en mars 2016 dans la revue Breathe. Mais la course à pied est l’un de ces sports qui a aussi la mauvaise réputation d’être notoirement dur pour le corps, des blessures au genou aux tendons tirés ou tendus en passant par la perte des ongles des orteils. Que vous soyez un novice ou un habitué de la course à pied, quelles sont les maladies dont vous devez vous préoccuper ? Et que pouvez-vous faire pour y remédier ?

5 choses bizarres que la course à pied fait à votre corps

1. Le genou du coureur

Le syndrome de douleur fémoro-patellaire, également connu sous le nom de genou du coureur, a tendance à affecter les coureurs qui essaient d’en faire trop, trop tôt. L’un des risques de la course à pied est d’augmenter les chances de souffrir d’un type de blessure liée au stress, car vous imposez un stress supplémentaire à vos os, tendons et cartilages, y compris aux genoux. Le genou du coureur provoque une douleur autour ou juste derrière la rotule. Si elle est particulièrement sévère, vous pouvez ressentir la douleur en permanence. Si elle est moins sévère, vous pouvez la ressentir après de longues périodes passées assis avec les genoux pliés, à courir, à vous accroupir ou à monter ou descendre des escaliers.

Ce qu’il faut faire

Vous devez arrêter de courir jusqu’à ce que la douleur disparaisse. Ensuite, en commençant par une marche rapide, augmentez progressivement la distance et la vitesse. Essayez de ne pas augmenter plus de 10 % par semaine pour chacune de ces variables. Si la douleur ne disparaît pas après trois à cinq jours sans course, il est temps d’appeler votre médecin. Veillez également à vous échauffer avant de courir (ou de faire n’importe quel exercice) et à intégrer des exercices de renforcement des jambes dans votre programme d’entraînement afin de renforcer les muscles qui soutiennent le genou. Il se peut que vous deviez modifier votre façon de courir, car votre foulée pourrait être le principal coupable. Parler avec un entraîneur de course ou un kinésithérapeute qui peut évaluer votre mécanique corporelle peut souvent faire une grande différence pour soulager votre genou.

2. Vos ongles d’orteils deviennent noirs

Pourquoi les ongles d’orteil des coureurs de fond deviennent-ils noirs ? C’est en fait le résultat d’un saignement sous l’ongle. Des chaussures mal ajustées ou trop petites sont généralement en cause, ainsi que des ongles d’orteil plus longs. Lorsque vos ongles touchent plusieurs points d’impact à l’intérieur de la chaussure, cela peut créer différents points de force, ce qui provoque un stress sur cette zone. Le frottement excessif, foulée après foulée, finit par causer suffisamment de dommages pour meurtrir ou ensanglanter les orteils. Le port de chaussures de la bonne taille et le fait de ne pas accélérer l’entraînement trop rapidement peuvent vous aider à éviter ce problème.

Ce qu’il faut faire

Assurez-vous que vos chaussures de course sont à la bonne taille, que vos ongles d’orteils sont coupés et que vous ne faites pas de surentraînement. Si vous avez fait preuve de diligence dans tous ces domaines et que vous avez encore des difficultés, essayez de vous rendre dans un magasin de course à pied qui vend des chaussures basées sur l’évaluation de votre démarche. S’il n’y en a pas près de chez vous, cherchez en ligne des magasins spécialisés dans la course à pied, car ils ont souvent des conseils sur le choix des chaussures.

3. Les frottements

Rien n’enlève le plaisir d’une longue course comme les irritations. Il s’agit de l’irritation de la peau qui résulte du frottement répété de la peau sur la peau ou autre chose. C’est généralement un problème qui s’aggrave lorsque vous courez sur de longues distances ou pendant de longues périodes. Plus il y a de frottement, plus l’irritation est importante. Mais la chaleur, l’humidité et certains tissus peuvent également aggraver le problème. Il est courant pour les hommes qui courent de ressentir des irritations sur leurs mamelons, une zone sensible de la peau. Les femmes ont souvent des irritations le long de la ligne du bikini, qui est également une zone de peau sensible (les sous-vêtements de type string peuvent aggraver le problème). Mais les frottements peuvent aussi se produire dans d’autres zones, comme entre les cuisses, sous les bras ou dans la région de l’aine, où la peau frotte contre la peau ou un autre matériau.

Ce qu’il faut faire

Frottez avec un gel gras sur les zones de peau qui peuvent frotter, ou protégez-les avec des bandages. Pour protéger la peau autour de la ligne des sous-vêtements, choisissez des vêtements fabriqués dans des tissus aux propriétés naturelles d’évacuation de l’humidité.

4. Vessie hyperactive

Vous avez besoin d’aller aux toilettes peu de temps après avoir couru, même si vous êtes allé aux toilettes juste avant ? Cela peut être dû à plusieurs facteurs. L’augmentation du flux sanguin due à l’entraînement cardiovasculaire peut accélérer d’autres systèmes corporels, notamment la production d’urine par les reins. De plus, l’envie de faire pipi peut ne pas être ce qu’elle semble être. Si vous êtes déshydraté, votre corps peut retenir cette réserve concentrée d’urine, créant une sensation similaire à celle que vous ressentez lorsque vous avez envie d’uriner.

Que faire ?

Restez hydraté (surtout s’il fait chaud dehors ou si vous transpirez beaucoup). Il est essentiel de boire beaucoup d’eau pour faire un entraînement sain. Prévoyez des arrêts de ravitaillement le long de votre parcours et parlez-en à votre médecin si cela devient un problème récurrent.

5. Problèmes de ventre

Un autre effet secondaire potentiel de la déshydratation est l’apparition de problèmes gastro-intestinaux. La déshydratation peut altérer le fonctionnement de l’estomac et du système digestif d’une manière qui rendra vos intestins irritables lorsque vous commencerez à bouger beaucoup pendant la course. Faire attention à s’hydrater la veille d’une longue course, ainsi que pendant celle-ci, peut aider. Même si vous êtes bien hydraté, vous pouvez avoir des problèmes d’estomac, et c’est fréquent chez les coureurs. Lorsque vous courez, le corps et les organes internes sont soumis à de nombreux rebonds, le flux sanguin vers les intestins peut diminuer et la production typique d’hormones par les intestins peut être interrompue, ce qui peut contribuer à des problèmes gastro-intestinaux.

Que faire à ce sujet

Ne consommez pas d’aliments nouveaux pour vous avant ou pendant une course, et surtout pas pendant une course. Les barres protéinées ou les boissons pour sportifs ne conviennent pas tous à l’estomac de tous les coureurs. Il vaut mieux trouver ce qui fonctionne avant de courir.

Autre conseil : c’est la seule fois où vous pouvez éviter de remplir votre assiette de légumes. Les légumes, cuits ou crus, ont tendance à augmenter le risque de problèmes gastro-intestinaux pendant la course.
Et si vous pensez que la nervosité avant la course peut jouer un rôle, essayez d’ajouter la méditation ou la rédaction d’un journal à votre routine avant la course (juste avant de partir ou même la veille).

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Marie Desange