5 aliments qui font chuter le risque et freinent le développement de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une véritable menace pour les sociétés occidentales avec l’augmentation de l’espérance de vie et une alimentation souvent malsaine. Il n’existe pour le moment aucun traitement véritablement efficace pour freiner la maladie. La prévention joue un rôle absolument essentiel.

Un bon moyen de limiter l’apparition de cette maladie est de consommer régulièrement certains aliments. Ceux-ci appartiennent pour la plupart au régime méditerranéen. Une étude publiée début août 2016 dans la revue spécialisée Frontiers of Nutrition a montré que ce régime aidait à diminuer le déclin cognitif ainsi que l’apparition de la maladie d’Alzheimer et améliorait les fonctions cognitives.

Pour arriver à ces conclusions, une équipe de la Swinburne University of Technology à Melbourne en Australie a passé au crible 18 études publiées à ce sujet entre 2000 et 2015. Selon les chercheurs, l’effet sur la mémoire du régime méditerranéen était particulièrement significatif. Les scientifiques australiens relèvent aussi qu’il est possible de commencer à n’importe quel âge ce régime pour profiter d’un effet favorable sur les fonctions cérébrales.

Ces 5 aliments, prouvés scientifiquement, qui préviennent la maladie d’Alzheimer.

1) Poissons d’eau salée et oméga-3/oméga-6

C’est connu, les poissons contiennent un nombre élevé d’oméga-3. On retrouve ces substances essentielles pour un bon fonctionnement du cerveau en quantité importante dans les poissons d’eau salée comme le saumon et les sardines. Les acides gras oméga-3 ont montré des actions anti-amyloïdes (contre les plaques d’amyloïde, une cause probable de la maladie d’Alzheimer), anti-tau (contre les protéines tau, une autre cause possible de la maladie) et anti-inflammatoires dans le cerveau des animaux.

En plus des oméga-3, ces poissons contiennent aussi du sélénium qui permet d’améliorer les fonctions cognitives.

Une étude réalisée par l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) sur 260 personnes a montré que le poisson augmentait le volume de masse grise dans le cerveau, une région responsable pour la mémorisation ainsi que l’apprentissage. Attention toutefois à ne pas frire le poisson, car il peut perdre ses propriétés nutritives.

Les poissons suivants sont particulièrement conseillés pour un bon fonctionnement du cerveau : les poissons gras comme les sardines, le hareng et les anchois ainsi que d’autres gros poissons comme le saumon, la truite, le thon et le maquereau. Il est aussi possible de consommer des oméga-3 et oméga-6 en consommant des compléments alimentaires.

Conseil pratique de nutrition : consommez du poisson au moins une fois par semaine, si possible plus (3 fois par semaine serait idéal).

2) Légumes à feuilles vertes

Dans cette famille d’aliments on compte notamment de la salade et ses différentes variétés, de la rucola, de la moutarde (feuilles), du chou ou de l’épinard. Selon une étude appelée Mind, les personnes qui consommaient 1 à 2 portions de feuilles vertes quotidiennement voyaient leurs fonctions cognitives rajeunir de 11 ans. Cette étude comptait 950 participants. Il est important de manger les légumes à feuilles vertes fraîches, pour qu’elles puissent conserver toutes leurs molécules avec des propriétés nutritives comme la vitamine K ou le béta-carotène.

Conseil pratique de nutrition : l’idéal est de consommer une portion de légumes à feuilles vertes par jour.

  1. Fruits rouges

Les fruits rouges tels la framboise, la fraise, la myrtille et de nombreux fruits à baies contiennent un nombre élevé d’anthocyanes, ces molécules ont des actions antioxydantes et neuroprotectrices. Une étude de l’Université d’Harvard a montré que la consommation de 2 à 3 portions de fruits rouges par semaine permettait de rajeunir les fonctions cognitives des participants à cette étude de 2,5 ans.

Conseil pratique de nutrition : l’idéal est de consommer 2 à 3 portions de fruits rouges (à baies) par semaine. N’oubliez pas de bien laver tous les fruits, pour bien éliminer les pesticides et autres produits toxiques, si possible privilégiez des fruits bios.

4. Noix

Les oléagineux comme les noix, les noisettes ou les amandes agissent comme une véritable “huile de moteur” pour le cerveau à cause d’une concentration élevée en graisses végétales comme les oméga-3. Selon cette étude publiée le 11 mai 2015 dans la revue spécialisée JAMA Internal Medicine, consommer plus de noix et d’huile d’olive permettait d’augmenter les performances du cerveau chez des seniors, en retardant le déclin cognitif. Les noix et l’huile d’olive sont des éléments essentiels du régime méditerranéen.

Conseil pratique de nutrition : consommez 30 gr de noix (y compris amandes) par jour. Une noix particulièrement recommandée est la noix du Brésil, riche également en sélénium.

  1. Huile d’olive extra-vierge

Comme on l’a vu dans le point 4, une étude récente a montré son utilité pour un bon fonctionnement du cerveau. L’huile d’olive est notamment riche en acide oléique, un acide gras important au niveau nutritionnel. D’autres molécules que l’on retrouve dans l’huile d’olive présentent aussi une action antioxydante.

L’origine de l’effet de l’huile d’olive et des noix sur le cerveau pour son bon fonctionnement serait lié à la gaine de myéline qui entoure et protège les neurones. Pour assurer le bon fonctionnement des gaines de myéline, le cerveau a besoin de graisses de qualité provenant de l’alimentation comme c’est le cas dans les noix et l’huile d’olive.