Guide des plantes médicinales

10 plantes pour traiter les troubles féminins

La sécrétion d’hormones ovariennes varie en fonction de la période du cycle menstruel. Sur le corps féminin, cette variation de quantité d’hormones sécrétée conduit à quelques problèmes et inconforts. Pour y remédier, voici 10 solutions naturelles sous forme de plantes.

L’alchémille millefeuille :

L’alchémille millefeuille exerce sur le corps féminin un effet progestérone-like et emménagogue. Elle permet ainsi de régulariser le cycle menstruel. Aussi, elle prévient et atténue les symptômes associés au syndrome prémenstruel, à la ménorragie et à la préménopause (jambes lourdes).

Le gattilier :

Le gattilier, depuis le Moyen Âge, se démarque grâce à sa capacité à traiter les troubles menstruels, prémenstruels ainsi que ceux liés à la préménopause. Il aurait aussi des actions contre la stérilité et favoriserait la conception. Pour ressentir ses bienfaits, on le prend généralement du 8e au 21e jour du cycle.

L’armoise :

L’armoise s’utilise principalement en cas d’absence de règles. Elle sert également à atténuer les douleurs en cas de menstruations difficiles et douloureuses. Il convient de noter la prise de cette plante, quelle que soit sa forme pharmacologique, est à proscrire aux femmes enceintes. Tel est également le cas pour celles qui souffrent d’inflammation utérine.

La camomille allemande :

De par son activité spasmolytique, la camomille allemande s’avère efficace dans l’atténuation des crampes menstruelles. De par sa propriété antalgique, elle sert également à traiter les douleurs ainsi que d’autres troubles de menstruations. Généralement, elle s’administre sous forme d’infusion des sommités fleuries.

La mélisse :

Célèbre pour son effet anxiolytique, la mélisse s’utilise généralement pour calmer les crises d’angoisse et le stress. Cependant, grâce à son effet antispasmodique, elle s’avère également utile en cas de syndrome prémenstruel et de règles douloureuses.

L’hamamélis :

L’hamamélis développe des propriétés hémostatiques. De ce fait, ses principales indications sont la ménorragie ainsi que les hématuries (sang dans les urines). Il est aussi efficace dans le traitement des dysménorrhées et des troubles veineux comme les varices, les hémorroïdes et l’insuffisance veineuse. Cela est dû à son effet astringent, antiphlogistique et vasoconstricteur.

La prêle :

La prêle est une plante riche en éléments minéraux, notamment en silice et en potassium. Sa principale action est ainsi reminéralisante, ce qui fait d’elle le remède idéal pour la prévention de l’ostéoporose lors de la ménopause. Elle se prend généralement sous forme de poudre micronisée, à mélanger avec du yaourt ou de la compote.

Sauge sclarée ou officinale :

La sauge mime l’action de l’œstrogène. Elle permet donc de soigner l’insuffisance hormonale et d’autres troubles associés à la ménopause et à la préménopause. Elle stimule également l’ovulation et permet de lutter contre l’infertilité des femmes. Enfin, elle aide à traiter les dysménorrhées, l’oligoménorrhée et l’aménorrhée.

L’houblon :

De par son effet œstrogène-like, le houblon permet d’atténuer les signes de la ménopause. On cite les bouffées de chaleur et les insomnies. Elle est aussi efficace en cas de syndrome prémenstruel.

Framboisier :

En exerçant un effet tonique sur les muscles utérins, les feuilles du framboisier facilitent l’accouchement. Leurs autres indications sont les règles douloureuses, la ménorragie et l’aménorrhée de la ménopause.

Articles similaires