10 plantes à ne jamais cultiver près de vos tomates

Les tomates sont des légumes populaires et délicieux qui peuvent être cultivés avec succès dans votre jardin. Cependant, il est crucial de savoir quelles plantes ne devraient pas être cultivées à proximité des tomates pour éviter les problèmes de croissance, les maladies et les parasites. Dans cet article, nous allons explorer 10 plantes que vous devriez éviter de cultiver près de vos plants de tomates.

1. Choux

Les choux et toutes les plantes de la famille des brassicas (brocoli, chou frisé, etc.) ne devraient jamais être plantés à côté des tomates. Dans le monde du jardinage, ils sont considérés comme des ennemis jurés, car les brassicas inhibent la croissance des plants de tomates.

Les choux sont de grands consommateurs de nutriments et en ont besoin pendant toute la saison de croissance. Les tomates sont souvent considérées comme de grands consommateurs également, mais en comparaison avec le chou, elles ont tendance à perdre la compétition.

Incompatibilité des besoins en nutriments
Lorsque ces deux plantes sont cultivées côte à côte, les choux puisent la plupart des nutriments du sol, laissant peu de place pour les tomates. Les plants de tomates ne pourront donc pas atteindre leur maturité, et il se peut même qu’ils ne produisent pas de fruits, rendant vos efforts de plantation de tomates complètement inutiles.

2. Maïs

Le maïs est un autre ennemi des tomates, problématique pour une raison différente.

Problème de ver du maïs
Le ver du maïs est l’un des parasites les plus destructeurs du maïs. Les larves de ce papillon, dont le nom scientifique est Heliothus zea, se nourrissent de toutes les parties de l’épi de maïs, dévastant complètement la récolte. Mais ces papillons ne posent pas seulement un problème pour les plants de maïs.

Heliothus zea a un autre nom commun : ver des fruits de la tomate.

Risque d’infestation
Ces mêmes larves creusent dans les fruits de la tomate et mangent des parties des feuilles et des tiges. Une fois qu’ils ont pénétré dans le fruit, ils se nourrissent de la chair de l’intérieur, le rendant complètement immangeable. Ils sont également très difficiles à éliminer une fois qu’ils ont creusé, car ils ne peuvent pas être traités directement.

Placer le maïs et les tomates l’un à côté de l’autre, et vous créerez un paradis pour les vers du maïs et les vers des fruits de la tomate. C’est comme une invitation pour les parasites dans votre jardin, réduisant la probabilité d’une récolte réussie de maïs et de tomates.

3. Fenouil

Le fenouil et la tomate ne sont pas amis. En fait, le fenouil n’a pas beaucoup d’amis dans le jardin. La plupart des jardiniers suggèrent que le fenouil devrait être planté seul ou dans un pot, car il est incompatible avec plusieurs plantes dans votre potager.

Problèmes d’inhibition de croissance
Comme certaines autres suggestions de plantation en compagnonnage, cette association incompatible n’a pas beaucoup de preuves scientifiques à l’appui, mais beaucoup de preuves anecdotiques.

Les racines du fenouil sont réputées pour relâcher une substance chimique qui inhibe la croissance de nombreuses plantes – vos précieuses tomates incluses.

Cette relation semble illogique, car le fenouil est apparenté aux carottes, et les carottes sont d’excellentes compagnes pour les tomates. Mais il vaut mieux rester prudent, même si cela semble illogique, pour la santé de vos tomates.

4. Aneth

Les tomates et l’aneth ont une relation plus complexe que certaines autres plantes de cette liste.

Avantages et inconvénients
Dans les premiers stades de croissance, l’aneth agit comme une plante compagnon idéale. On dit qu’il améliore la croissance des tomates et repousse certains parasites, comme les pucerons, qui affectent couramment les plants de tomates. Cependant, une fois que la plante d’aneth atteint sa maturité, la relation se détériore.

Certains jardiniers rapportent que les plants d’aneth matures obtiennent des résultats opposés, inhibant la croissance des plants de tomates plutôt que de les aider.

Gestion de la relation
Pour tirer le meilleur parti de cette relation complexe, plantez de jeunes plants d’aneth à côté de vos plants de tomates et déplacez-les dans un autre lit avant qu’ils ne commencent à produire des graines. Ou, si cela vous semble trop compliqué, évitez complètement l’aneth.

5. Aubergine

Bien que certains jardiniers suggèrent que l’aubergine est une bonne compagne pour les tomates, elle peut provoquer des problèmes de maladies qui sont incroyablement difficiles à éradiquer.

Problèmes de mildiou
L’aubergine et les tomates sont toutes deux sensibles au mildiou précoce et tardif.

Le mildiou précoce affecte le feuillage des tomates, créant des lésions brunes qui tuent les tissus des feuilles et les font tomber. Bien que cela n’affecte pas les fruits, cela peut avoir un impact sur la croissance (moins de feuilles signifie moins d’énergie provenant de la photosynthèse) et exposer les fruits aux dommages causés par le soleil. Le mildiou tardif commence également dans les feuilles de tomates, mais peut se propager à toutes les parties de la plante, y compris la tige et le fruit.

Risque de contamination croisée
Planter des aubergines et des tomates ensemble augmente les chances que le mildiou se propage aux deux plantes, ruinant votre récolte. Comme le mildiou peut rester dans le sol, il est également recommandé d’éviter de planter des aubergines dans le même sol après les tomates, ou vice versa, pendant au moins deux ans.

6. Pommes de terre

Les pommes de terre et les tomates sont toutes deux membres de la famille des solanacées. Et, comme l’aubergine, les pommes de terre peuvent causer des problèmes de maladies chez vos tomates.

Problèmes de maladies partagées
Les pommes de terre et les tomates sont sensibles aux mêmes maladies, dont beaucoup se propagent à travers le sol. Planter les deux à côté l’un de l’autre augmente la probabilité qu’un problème de maladie avec une plante se propage à l’autre.

Si les pommes de terre sont plantées trop près des tomates, le processus de récolte peut également endommager les racines des tomates, inhibant potentiellement la croissance et provoquant la pourriture apicale.

7. Noyer

Il s’agit peut-être d’une combinaison moins probable, mais un duo noyer-tomate est potentiellement le plus dommageable pour vos plants de tomates.

Problèmes d’allelopathie
Les noyers sont considérés comme des plantes allélopathiques. L’allelopathie, un terme inventé par le professeur autrichien Hans Molisch en 1937, est un processus dans lequel les plantes libèrent des substances chimiques qui influencent la croissance des plantes environnantes.

Le noyer est la plante allélopathique la plus souvent citée, car il produit de la juglone, qui devient toxique lorsqu’elle est exposée à l’oxygène. Cela inhibe la croissance de la plupart des plantes, mais en particulier des tomates en tant que membres de la famille des Solanaceae. C’est pourquoi vous ne devez jamais jeter des noix ou des coques de noix dans votre compost.

Problèmes de flétrissement
Si cela ne suffisait pas, les tomates sont également sensibles à la maladie courante du flétrissement du noyer. Entre les problèmes de croissance et de flétrissement, il est préférable d’éviter cette combinaison.

8. Concombre

Les concombres ne sont pas les meilleurs amis des tomates pour plusieurs raisons.

Problèmes de maladies partagées
Tout d’abord, les concombres et les tomates sont sensibles à plusieurs des mêmes maladies, notamment l’oïdium, qui peut se propager rapidement et causer des problèmes de croissance et de rendement pour les deux plantes.

Problèmes d’espace et de lumière
De plus, les concombres ont tendance à pousser rapidement et peuvent facilement envahir l’espace des plants de tomates, limitant leur accès à la lumière et aux nutriments.

Gestion de l’eau
Enfin, les concombres ont des besoins en eau légèrement différents de ceux des tomates, ce qui peut rendre difficile la gestion de l’arrosage pour les deux plantes lorsqu’elles sont cultivées ensemble.

9. Poivrons

Bien que les poivrons et les tomates soient tous deux membres de la famille des solanacées et puissent parfois être cultivés ensemble avec succès, il existe quelques raisons pour lesquelles vous pourriez vouloir éviter cette combinaison.

Problèmes de maladies et de parasites
Tout d’abord, les poivrons et les tomates sont sensibles à plusieurs des mêmes maladies et parasites, notamment le mildiou, le flétrissement bactérien et le nématode à galles.

Concurrence pour les nutriments
De plus, les poivrons et les tomates sont tous deux de grands consommateurs de nutriments. Lorsqu’ils sont cultivés ensemble, ils peuvent entrer en concurrence pour les nutriments disponibles, ce qui peut potentiellement limiter la croissance et le rendement des deux plantes.

10. Melon

Enfin, les melons peuvent poser plusieurs problèmes lorsqu’ils sont cultivés à proximité des tomates.

Problèmes d’espace
Tout d’abord, les melons ont besoin de beaucoup d’espace pour pousser et peuvent facilement envahir l’espace des plants de tomates, limitant leur accès à la lumière et aux nutriments.

Problèmes de maladies et de parasites
De plus, les melons et les tomates sont sensibles à plusieurs des mêmes maladies et parasites, notamment l’oïdium et les pucerons.

N’oubliez pas qu’il existe de nombreuses autres plantes qui peuvent être cultivées avec succès avec vos tomates, alors assurez-vous de consulter notre guide des meilleures plantes compagnes pour les tomates.

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Solange Leroy