10 médicaments qui augmentent de l’envie d’uriner

Voici dix médicaments courants qui peuvent vous faire uriner davantage. Si vous urinez plus que d'habitude et que vous prenez un nouveau médicament, consultez votre pharmacien ou votre médecin.

Vous avez peut-être remarqué que vous vous précipitez aux toilettes ces derniers temps. Ou bien vous vous réveillez au milieu de la nuit pour y aller. Peut-être avez-vous besoin de prendre beaucoup plus de pauses au travail pour faire pipi.

Les causes potentielles de la miction fréquente sont nombreuses. Elles incluent, sans s’y limiter, une augmentation de la consommation d’eau, une infection des voies urinaires ou l’apparition d’une nouvelle maladie comme le diabète. Cela vaut la peine de se poser la question : « Ai-je commencé un nouveau médicament récemment ? »

Cette envie d’uriner est un effet secondaire relativement courant de divers médicaments disponibles en vente libre ou sur ordonnance. De nombreux médicaments peuvent entraîner une rétention urinaire qui s’appelle l’incontinence par regorgement. C’est-à-dire lorsque la vessie n’est pas en mesure de se contracter et d’expulser l’urine efficacement, ce qui laisse de l’urine dans la vessie. D’autres médicaments peuvent interférer avec le fonctionnement de l’urètre et entraîner des fuites ou faire en sorte que la vessie se remplisse rapidement d’urine et que vous fassiez pipi plus fréquemment.

Que vous preniez des diurétiques pour réduire votre tension artérielle, un décongestionnant pour dégager vos sinus ou un stabilisateur d’humeur pour un trouble bipolaire, voici quelques médicaments courants qui peuvent vous faire uriner davantage.

1. Les diurétiques

Le but d’un diurétique est d’augmenter la miction. Tous les diurétiques ont pour effet d’augmenter l’excrétion d’eau et de sodium par les reins. Cela est utile pour traiter des affections telles que l’hypertension artérielle, l’enflure, l’insuffisance cardiaque et les troubles hépatiques ou rénaux. Mais faire pipi plus souvent peut perturber votre sommeil si vous vous réveillez plusieurs fois pour aller aux toilettes. Demander à votre médecin si vous pouvez prendre des diurétiques plus tôt dans la journée pour ne pas empiéter sur votre sommeil.

2. Les antidépresseurs tricycliques

Faire pipi est normalement un processus bien orchestré. Lorsque votre vessie se remplit (et retient l’urine), l’urètre (le tube relié à la vessie qui évacue l’urine) doit rester fermé pour retenir l’urine jusqu’à ce que vous décidiez d’aller aux toilettes. De plus, votre vessie doit pouvoir se contracter pour expulser l’urine dans l’urètre. Les antidépresseurs tricycliques peuvent interférer avec ces deux processus et entraîner des fuites, également appelées incontinence urinaire.

3. Antihistaminiques

Chez certaines personnes, les éternuements peuvent provoquer une petite fuite d’urine. Mais cela peut aussi être dû à un antihistaminique que vous prenez pour contrôler les symptômes d’allergie. La vessie est un muscle lisse qui se remplit d’urine. Lorsqu’elle atteint un certain niveau et qu’elle est pleine, elle envoie des signaux au cerveau indiquant qu’il est temps d’uriner. Le problème est que certains antihistaminiques peuvent détendre la vessie, ce qui diminue sa capacité à évacuer l’urine. Au final, il reste encore un peu d’urine dans votre vessie, ce qui signifie qu’elle se remplira à nouveau plus rapidement et enverra plus tôt le signal « envie d’uriner » à votre cerveau.

4. Décongestionnants

L’avantage des décongestionnants est qu’ils soulagent temporairement la congestion nasale en resserrant les vaisseaux sanguins, ce qui réduit finalement le gonflement. Mais cet effet se produit également sur d’autres muscles, notamment le sphincter de la vessie. Il s’agit de la valve d’ouverture et de fermeture de la vessie, et ces médicaments peuvent provoquer une constriction de la vessie, de sorte qu’il est plus difficile d’évacuer l’urine de la vessie. Chez les personnes ayant des organes génitaux masculins, les décongestionnants peuvent également resserrer la prostate, qui entoure l’urètre, ce qui rend également plus difficile l’évacuation de l’urine.

5. Les inhibiteurs calciques

Selon une étude parmi les personnes âgées qui ont consulté un médecin en raison de leur incontinence, 60 % prenaient des médicaments dont les symptômes urinaires étaient un effet secondaire. Parmi les médicaments les plus courants qu’elles prenaient ? Des inhibiteurs calciques. Cette classe de médicaments, utilisée pour traiter l’hypertension, peut entraîner un relâchement de la vessie et affecter sa capacité à se vider correctement, explique Hudspeth.

6. Stabilisateurs d’humeur

Le lithium est un médicament stabilisateur de l’humeur utilisé pour traiter le trouble bipolaire. Pour certains individus, le lithium est le meilleur traitement, considéré comme une bouée de sauvetage pour certains, même s’il a une foule d’effets secondaires probables. L’un de ces effets secondaires potentiels est la miction et la soif excessives, qui peuvent affecter jusqu’à 70 % des personnes qui prennent du lithium à long terme, selon un article publié en décembre 2016 dans l’International Journal of Bipolar Disorders. Si cet effet secondaire peut être gênant, il peut aussi être dangereux si la dose que vous prenez est trop élevée.

Les doses de lithium trop élevées pour un individu peuvent entraîner des changements dans le rein et une forme de diabète qui a un impact sur la fonction des reins. Cette affection est appelée diabète insipide, qui n’est pas la même que le diabète de type 1 ou 2. Le diabète insipide est lié à la capacité des reins à réguler les fluides et à réabsorber l’eau correctement, ce qui entraîne une augmentation de la quantité de liquides urinaires. En retour, cela crée ce que certains décrivent comme une soif sans fin », explique-t-il. Il peut provoquer des déséquilibres électrolytiques et liquidiens, alors parlez-en à votre médecin si vous avez ces effets secondaires.

7. Les antipsychotiques

La clozapine est présente dans des médicaments antipsychotiques qui traitent la schizophrénie. Ils peuvent être des médicaments particulièrement importants pour les patients qui ont des pensées suicidaires. La miction fréquente est un effet secondaire possible, car elle peut provoquer un diabète insipide. L’une des principales complications du diabète insipide est la déshydratation, dont les symptômes comprennent la soif, la peau sèche, la fatigue, les étourdissements, la confusion et les nausées. Parlez à votre médecin si vous prenez ce médicament et que vous constatez une augmentation des mictions.

8. Certains médicaments pour le diabète de type 2

Les médicaments les plus récents pour le diabète de type 2, une classe appelée inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose-2 (SGLT2), agissent en augmentant la quantité de glucose ou de sucre dans le sang que vos reins excrètent et évacuent par l’urine, qui emporte du liquide avec elle.

9. Les alpha-bloquants

Les alpha-bloquants sont une autre classe de médicaments utilisés pour traiter l’hypertension artérielle. Ils agissent en relaxant les vaisseaux sanguins pour permettre une circulation sanguine adéquate, mais ils peuvent aussi détendre les muscles de l’urètre et provoquer une incontinence urinaire. Ces médicaments sont souvent utilisés en association avec d’autres médicaments pour abaisser la tension artérielle, comme les diurétiques. Il est donc possible que les problèmes d’incontinence urinaire soient causés par l’un de ces médicaments ou par les deux.

10. Opioïdes

Les opioïdes sont des médicaments qui peuvent être prescrits par des médecins pour traiter la douleur. Ces médicaments créent une forte dépendance et une personne sur quatre traitée à long terme avec ces médicaments présente une dépendance aux opioïdes. C’est évidemment la principale préoccupation. Mais un effet secondaire moins important est celui des problèmes urinaires, selon un article publié en janvier 2017 dans l’International Journal of Molecular Sciences. Les opioïdes peuvent altérer la capacité de votre vessie à se vider en interférant avec la contraction correcte de la vessie. Votre médecin peut être en mesure de vous prescrire d’autres médicaments antidouleur si vous ressentez des effets secondaires.

Si vous avez des inquiétudes au sujet de votre traitement ou de l’apparition de changements urinaires, consultez votre médecin pour une évaluation et des conseils médicaux.

 

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -