10 carences en vitamines et nutriments les plus courantes et leurs symptômes

Voici ce que vous devez savoir sur les carences en vitamines et nutriments et si vous êtes concerné ou non.

La malnutrition est un problème grave qui touche des millions de personnes dans le monde et pas seulement dans le pays pauvres. Le régime alimentaire Occidental standard peut également entraîner la malnutrition. Croyez-le ou non, il n’est pas nécessaire d’avoir des os saillants ou des traits tirés pour être considéré comme malnutri. En fait, de nombreuses personnes souffrant de malnutrition peuvent sembler en parfaite santé et ne remarquer aucun symptôme.

Alors, qu’est-ce que la malnutrition et quelle est la meilleure façon de la prévenir ? Voici ce que vous devez savoir sur cette épidémie mondiale et savoir si vous êtes concerné ou non.

Qu’est-ce que la malnutrition ?

Le terme « malnutrition » peut évoquer des images de famine, de faim extrême ou de perte de poids importante. Cependant, il existe de nombreuses façons de définir la malnutrition. Elle peut même survenir chez des personnes qui semblent en bonne santé.

Alors, qu’est-ce que la malnutrition ? La définition de l’OMS de la malnutrition se traduit par une « mauvaise alimentation », qui peut être causée par un manque de l’un des nutriments dont votre corps a besoin, notamment des calories, des protéines, des acides gras essentiels, des vitamines ou des minéraux. Cependant, peu de gens savent que la malnutrition peut également être causée par un excès de certains nutriments dans l’alimentation, un problème qui peut souvent être tout aussi préjudiciable à la santé.

D’une manière générale, il existe deux principaux types de malnutrition, à savoir :

– La malnutrition protéino-énergétique : causée soit par un manque de protéines, soit par un manque de protéines et de calories.

– Les maladies de carence en micronutriments : caractérisées par une carence en vitamines et minéraux spécifiques, tels que le fer, le calcium, l’iode, la vitamine D, etc.

Il existe un certain nombre de causes potentielles de malnutrition. Parmi les causes les plus courantes de malnutrition figurent un régime alimentaire mal planifié, la pauvreté, la perte d’appétit ou des troubles digestifs qui interfèrent avec l’absorption des nutriments. Les adultes plus âgés ou les personnes ayant un régime restrictif, des troubles de l’alimentation, une consommation réduite et des besoins nutritionnels accrus en raison d’autres conditions médicales comme le cancer ou les maladies rénales sont tous exposés à un risque accru de malnutrition.

Alors comment savoir si vous consommez suffisamment de nutriments dont votre corps a besoin ? Bien qu’il existe de nombreux signes de malnutrition et des symptômes spécifiques de carence en vitamines, les effets de la malnutrition passent souvent inaperçus pendant des années. Pour une option rapide et pratique, il existe de nombreux services de tests de carence en nutriments proposés par des laboratoires et des cabinets médicaux qui peuvent aider à déterminer exactement les vitamines et les minéraux qui vous font défaut. Vous pouvez également travailler avec un diététicien pour analyser votre régime et déterminer comment satisfaire vos besoins alimentaires en toute sécurité pour rester bien nourri.

Les 10 carences en nutriments les plus courantes

– Vitamine D
– Fer
– Calcium
– Iode
– Magnésium
– La vitamine A
– Vitamine B12
– Vitamine E
– Choline
– Acides gras oméga-3

1. La vitamine D

Également connue sous le nom de vitamine du soleil, la vitamine D est une vitamine importante qui est synthétisée dans la peau en réponse à l’exposition au soleil. Elle est présente dans très peu de sources alimentaires et il peut être extrêmement difficile de couvrir ses besoins quotidiens sans s’exposer au soleil. Pour cette raison, la vitamine D est parfois considérée comme la carence en nutriments la plus courante dans le monde. Les adultes plus âgés, les personnes à la peau foncée, celles qui sont en surpoids ou obèses, et celles qui s’exposent peu au soleil présentent un risque encore plus élevé de carence.

Les symptômes de cette carence en vitamine sont souvent très subtils et peuvent ne se manifester qu’après plusieurs années. La carence en vitamine D a été liée à l’ostéoporose, à la perte osseuse et à un risque accru de fractures. Elle peut également entraîner une altération de la fonction immunitaire et une sensibilité accrue aux infections. Comme la vitamine D est présente dans peu de sources alimentaires, la plupart des gens peuvent bénéficier d’une supplémentation en vitamine D3 pour les aider à couvrir leurs besoins.

2. Le fer

Le fer est l’un des principaux composants des globules rouges. Il est crucial pour le transport de l’oxygène de la circulation sanguine vers les cellules. On le trouve sous deux formes principales dans l’alimentation : le fer hémique et le fer non hémique. Le fer hémique est mieux absorbé. On le trouve principalement dans la viande et les produits animaux. Le fer non héminique, quant à lui, se trouve dans diverses sources végétales et animales, mais il est loin d’être aussi biodisponible. C’est pourquoi les végétaliens et les végétariens courent un risque particulièrement élevé de carence en fer.

Selon une étude menée par l’Organisation mondiale de la santé, près de 25 % de la population mondiale présente une carence en ce nutriment essentiel. Cela équivaut à plus de 1,6 milliard de personnes dans le monde. L’anémie ferriprive est l’effet secondaire le plus courant d’un faible taux de fer. Elle peut entraîner des symptômes d’anémie tels que la fatigue, l’essoufflement, des ongles cassants et une peau pâle. La carence en fer peut être corrigée en modifiant le régime alimentaire, en prenant des suppléments ou en combinant les deux afin de s’assurer que les besoins sont satisfaits.

3. Calcium

Le calcium est absolument vital pour plusieurs aspects de la santé, du métabolisme osseux à la signalisation nerveuse. On le trouve principalement dans les produits laitiers, les poissons à chair tendre et les légumes verts à feuilles, mais de nombreuses personnes ne consomment pas assez de calcium dans leur alimentation. En fait, une étude publiée dans le Journal of Nutrition a même révélé que moins de 10 % des adolescentes et des femmes de plus de 50 ans respectaient l’apport quotidien recommandé en calcium.

Une carence peut être absolument préjudiciable et se traduire par une série de symptômes de carence en calcium. Ceux-ci comprennent des crampes, une faiblesse musculaire, un faible niveau d’énergie et des spasmes musculaires. Des effets secondaires encore plus graves peuvent également apparaître avec le temps, comme l’ostéoporose et le rachitisme, une affection caractérisée par le ramollissement des os chez les enfants. La carence en calcium est souvent traitée à l’aide d’un régime alimentaire et de suppléments, bien que les effets potentiels des suppléments de calcium aient fait l’objet de controverses ces dernières années.

4. Iode

L’iode est un minéral important qui joue un rôle central dans la fonction thyroïdienne et la production d’hormones thyroïdiennes. Ces hormones contribuent à tout réguler, du métabolisme à la température corporelle, en passant par le développement du cerveau et bien plus encore. C’est pourquoi un apport suffisant en iode dans votre alimentation est essentiel pour assurer le bon fonctionnement de votre thyroïde et prévenir les problèmes thyroïdiens.

Une carence en iode peut provoquer un goitre, c’est-à-dire une hypertrophie de la glande thyroïde. Elle peut également provoquer d’autres symptômes, tels que la fatigue, une sensibilité accrue au froid, une diminution de la capacité de concentration, la constipation et la prise de poids. Heureusement, la carence en iode peut généralement être évitée en incluant dans l’alimentation une grande quantité d’aliments riches en iode, notamment les algues, la morue sauvage, le yaourt, les œufs, le thon et le sel iodé.

5. Magnésium

Le magnésium est un minéral qui agit comme cofacteur dans près de 300 réactions enzymatiques dans l’organisme. Il forme également la structure des os et des dents, favorise le bon fonctionnement des nerfs et des muscles, et contribue à la régulation de la glycémie. Malheureusement, la plupart d’entre nous manquent cruellement de ce minéral essentiel.

Parmi les signes les plus courants de carence, on peut citer la perte d’appétit, les nausées, la faiblesse, les vomissements et la fatigue. La prise d’une multivitamine ou la consommation d’une grande quantité d’aliments riches en magnésium dans votre alimentation, comme les noix, les graines, les légumineuses et les légumes verts à feuilles, peut éviter une carence en magnésium et contribuer à compléter votre alimentation.

6. La vitamine A

Cette vitamine liposoluble est peut-être plus connue pour ses effets sur la santé des yeux. Elle est également impliquée dans de nombreux autres processus physiologiques, notamment le renouvellement des cellules de la peau, la fonction immunitaire et la santé reproductive. Bien que la carence en vitamine A soit rare dans de nombreuses régions du monde, elle constitue un problème grave dans de nombreux pays en développement. Certains rapports estiment que jusqu’à 127 millions d’enfants d’âge préscolaire et 7 millions de femmes enceintes dans le monde pourraient manquer de cette vitamine essentielle.

Les symptômes d’une carence en vitamine A comprennent des infections fréquentes, des yeux secs, une cécité nocturne et une peau sèche. Une consommation abondante d’aliments contenant de la vitamine A peut combattre la carence, notamment les abats, les carottes, les courges, les légumes verts à feuilles et les patates douces.

7. La vitamine B12

Impliquée dans la formation des cellules sanguines, la production d’énergie, le fonctionnement des cellules nerveuses et la synthèse de l’ADN, il ne fait aucun doute que votre corps a besoin d’un apport régulier en vitamine B12 pour fonctionner efficacement. Cependant, comme on la trouve principalement dans les produits d’origine animale, tels que la viande, le poisson et la volaille, les végétariens et les végétaliens courent un risque alarmant de carence. En fait, certains rapports estiment que le taux de carence chez ces populations à risque pourrait atteindre 86 %.

L’anémie mégaloblastique est l’effet secondaire le plus courant de la carence en vitamine B12. Il s’agit d’une affection caractérisée par un faible nombre de globules rouges. Outre l’augmentation de votre consommation d’aliments contenant de la vitamine B12, la supplémentation est le meilleur moyen de réduire votre risque de carence. De nombreuses multivitamines contiennent de la vitamine B12, ou vous pouvez opter pour un complexe B pour obtenir une dose concentrée de toutes les vitamines B dont votre corps a besoin en une seule fois.

8. La vitamine E

La vitamine E est à la fois une vitamine liposoluble et un puissant antioxydant. Elle aide à combattre les radicaux libres et protège les cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. Le régime alimentaire occidental moyen étant généralement riche en produits transformés et pauvre en aliments complets riches en nutriments comme les fruits et les légumes, de nombreuses personnes ont du mal à atteindre l’apport quotidien recommandé en vitamine E. La carence est rare, mais elle peut se produire dans certains cas.

Une carence est rare, mais elle peut se produire chez les personnes qui ont une mauvaise absorption des graisses ou qui souffrent de certains troubles digestifs. Les symptômes comprennent souvent un affaiblissement de l’immunité, des difficultés à marcher, une perte de la vision ou une perte de contrôle musculaire. Les germes de blé, les noix, les graines et les légumes sont quelques-unes des sources les plus concentrées de cette vitamine vitale. On la trouve également dans certaines multivitamines et elle est disponible sous des formes hydrosolubles spéciales pour les personnes ayant des problèmes d’absorption.

9. Choline

La choline est un nutriment essentiel qui est nécessaire au métabolisme, à la synthèse des neurotransmetteurs, à la formation des membranes cellulaires et au développement du cerveau. On la trouve dans de nombreuses sources alimentaires, mais surtout dans les produits animaux, comme les œufs, la viande et les produits laitiers. Bien qu’elle soit également présente dans plusieurs sources végétales, c’est un nutriment qui doit être surveillé de près si vous suivez un régime restrictif afin de vous assurer que vous en consommez suffisamment.

Une carence en choline a été associée à des lésions hépatiques et musculaires, ainsi qu’à des anomalies congénitales et à des troubles de la croissance et du développement. La carence est généralement traitée par le biais du régime alimentaire. Des suppléments sont également disponibles et parfois utilisés pour les cas les plus graves.

10. Acides gras oméga-3

Les acides gras oméga-3 sont des graisses bonnes pour le cœur qui ont été associées à une diminution de l’inflammation, à une amélioration de la fonction cognitive et à une meilleure santé cardiaque. Les formes les plus actives, DHA et EPA, se trouvent principalement dans les poissons gras comme le saumon, les sardines et les anchois. Les acides gras oméga-3 peuvent également être obtenus à partir de certaines sources végétales sous forme d’acide alpha-linolénique (ALA), mais les études estiment que seulement 5 % environ sont effectivement convertis en formes actives dans l’organisme, ce qui expose les personnes qui ne mangent pas régulièrement du poisson à un risque accru de carence.

Une carence en acides gras oméga-3 peut entraîner des symptômes tels que des difficultés de concentration, des douleurs articulaires, des sautes d’humeur, une peau sèche et des ongles cassants. Pour ceux qui ne consomment pas au moins deux portions de poisson gras par semaine, des suppléments d’oméga-3 sont largement disponibles sous forme d’huile de poisson, d’huile de foie de morue, d’huile de krill et d’huile d’algues.

Comment éviter les carences en nutriments ?

Le traitement le plus sûr et le plus efficace de la malnutrition consiste simplement à apporter quelques modifications à votre régime alimentaire pour vous assurer que vous obtenez tous les nutriments dont votre corps a besoin. Pour la plupart des gens, il suffit de suivre un régime riche en aliments à forte teneur en nutriments, comme les fruits, les légumes, les aliments protéinés et les graisses saines, pour couvrir vos besoins nutritionnels. Une cure de multivitamines peut également être un moyen simple et bénéfique de compléter votre alimentation et de combler les lacunes.

La supplémentation peut contribuer à la prévention de la malnutrition. En fait, elle peut être nécessaire pour certaines personnes, notamment celles qui suivent un régime restrictif ou qui souffrent de troubles digestifs qui entravent l’absorption des nutriments. Dans ce cas, il peut être préférable de travailler avec un professionnel de la santé de confiance pour déterminer la meilleure façon de répondre à vos besoins en micronutriments et les changements alimentaires nécessaires dans votre cas.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -